RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 15 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Les enfants dans l'action extérieure de l'UE

L'Union européenne (UE) cherche à promouvoir fermement les droits de l'enfant et à les faire progresser sur la scène internationale. La présente communication contribue à la définition d'un plan d'action en faveur des enfants dans l'action extérieure de l'UE, fondé sur une approche holistique qui tient compte des différents aspects du problème en faisant appel aux politiques humanitaires, de développement, de sécurité et des droits de l'homme.

ACTE

Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social européen et au Comité des régions du 5 février 2008 - Une place à part pour les enfants dans l'action extérieure de l'UE [COM(2008) 55 final - Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

Les enfants et adolescents représentent un tiers de la population mondiale et constituent la moitié de la population dans la plupart des pays en développement. Investir dans les enfants, c'est donc investir dans l'avenir. L'amélioration de la situation des enfants permet, en effet, de prévenir la fragilité des États et d'assurer un développement durable à long terme ainsi qu'une stabilité et une sécurité humaine au niveau régional, national et mondial.

Les enfants sont vulnérables. C'est pourquoi, ils doivent occuper une place au centre des politiques de l'Union européenne (UE) en matière de développement, d'aide humanitaire et de relations extérieures.

Les défis liés à cette tranche de la population sont, entre autres, la santé, l'éducation et la formation, l'insertion sociale, la lutte contre les crimes tels que la traite des êtres humains et l'exploitation sexuelle, mais aussi la lutte contre le travail des enfants et l'enrôlement dans les groupes armés. Certains enfants sont particulièrement à risque, notamment dans les situations de crise humanitaire. Une attention particulière doit être portée sur les filles, car elles sont exposées à des risques supplémentaires tels que diverses formes de violence, sexuelle ou subie dans leur milieu familial.

Cadre normatif

L'UE s'est engagée à respecter les droits de l'homme en général et les droits de l'enfant plus particulièrement, en vertu des traités internationaux et européens. Ainsi, elle adhère à la convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant qui énonce quatre principes généraux applicables à toutes les actions touchant les enfants, à savoir la non-discrimination, l'intérêt supérieur de l'enfant, le droit de l'enfant à la survie et au développement et le droit de l'enfant d'exprimer librement son opinion.

L'UE adhère également à la déclaration du Millénaire et aux objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et soutient le plan d'action intitulé «Un monde digne des enfants» des Nations unies.

La protection des droits de l'enfant bénéficie, en outre, d'une attention particulière dans la politique de l'UE en matière de promotion des droits de l'homme et de la démocratisation dans les pays tiers, avec la mise en œuvre notamment des orientations de l'UE sur la protection des enfants dans les conflits armés et de celles concernant la promotion et la protection des droits de l'enfant.

Le processus d'élargissement ainsi que l'aide humanitaire constituent également des leviers utiles à la promotion des droits de l'enfant.

Action de l'UE

Afin de répondre aux nombreux défis existants, l'UE met en place un cadre pour une approche globale de la protection et la promotion des droits de l'enfant dans les pays tiers. Cette approche doit être fondée sur une vision globale et universelle des droits de l'enfant. Elle doit également s'inscrire dans des stratégies plus larges de développement et de réduction de la pauvreté.

Afin d'assurer la coordination de son action extérieure, l'UE entend s'appuyer sur plusieurs mesures telles que:

  • la coopération au développement afin de remédier aux causes profondes de la pauvreté;
  • la politique commerciale, qui se doit d'être cohérente avec la protection et la promotion des droits de l'enfant. En effet, dans les accords bilatéraux, la question des droits de l'enfant est couverte par des normes du travail;
  • le dialogue politique entre l'UE et les pays partenaires, qui permet d'insister sur l'exécution des engagements pris dans la convention relative aux droits de l'enfant;
  • les actions aux niveaux régional et mondial qui complètent les actions au niveau national et portent sur des questions à caractère supranational;
  • le renforcement de l'autonomie des enfants et adolescents pour leur permettre de jouer un rôle plus actif dans les domaines qui les concernent directement;
  • l'aide humanitaire, car dans les situations difficiles résultant de catastrophes naturelles ou de conflits, les enfants sont particulièrement affectés. L'aide humanitaire ciblera notamment les enfants séparés de leur famille et les enfants non accompagnés, les enfants enrôlés dans des forces ou des groupes armés ainsi que l'éducation des enfants dans des situations d'urgence.

Contexte

La présente communication fait suite à la communication de 2006 qui propose de définir une stratégie à long terme pour l'UE dans le domaine des droits de l'enfant. Elle complète les «orientations de l'UE pour la promotion et la protection des droits de l'enfant», adoptées par le Conseil le 10 décembre 2007, qui représentent la base de l'action de l'UE en matière de protection et promotion des droits de l'enfant dans sa politique extérieure.

Chiffres-clés de l'acte
  • Enfants non scolarisés: 72 millions dont 57 % de filles.
  • Enfants victimes du travail des enfants: 110 millions.
  • Plus de 50 % des femmes qui accouchent ne sont pas assistées par une accoucheuse qualifiée.
  • Plus de 3 millions d'enfants meurent de complications qui se produisent pendant ou juste après l'accouchement.
  • Plus de 300 000 nouveau-nés sont séropositifs chaque année.
  • 10 millions d'enfant meurent chaque année de causes évitables avant d'avoir atteint l'âge de cinq ans.
Dernière modification le: 20.05.2008
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page