RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 4 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Une première vision à long terme pour les capacités et besoins en capacités de l'Europe en matière de défense

La vision à long terme présente une communauté de vue sur l'état du monde en 2025, dans lequel s'inscriront les opérations relevant de la politique européenne de sécurité et de défense (PESD). Le rapport, destiné à servir de document d'orientation pour les responsables de la planification en matière de défense pour les 20 prochaines années, fournit des indications quant aux capacités qui seront nécessaires pour mener à bien les opérations relevant de la PESD.

ACTE

Le document relatif à «une première vision à long terme pour les capacités et besoins en capacités de l'Europe en matière de défense» (EN ) a été adopté, le 3 octobre 2006, par les États membres réunis au sein du comité directeur de l'AED, comme base raisonnable pour la réalisation des objectifs à moyen et long termes de l'Agence. [Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

Le document s'efforce de fournir des orientations donnant un aperçu des tendances les plus significatives et les plus fiables aux responsables qui seront amenés à développer les futures capacités de l'Europe en matière de défense. Il ne s'agit que d'une première vision, qui sera revue à intervalles réguliers.

En 2025, la Chine sera la deuxième puissance économique dans un monde encore plus interdépendant. L'Europe perdra sa suprématie économique principalement en raison de faibles taux de fécondité, de charges de pensions en augmentation ainsi que de sa dépendance à l'égard du reste du monde, en particulier dans le domaine de l'énergie. Le voisinage immédiat de l'Europe pourrait poser davantage de problèmes et, tandis que les préoccupations ayant trait à la légalité des opérations militaires iront croissant, les contribuables seront plus favorables à des dépenses de «sécurité» qu'à des dépenses de «défense».

Les défis à relever dans le domaine de la défense

La défense doit être constamment adaptée aux éléments suivants:

  • l'évolution du rôle de l'armée.
    L'armée fait l'objet d'une attention permanente de la part des médias, de sorte qu'il existe une interaction constante entre ces derniers, les acteurs politiques et les forces armées. La guerre quitte l'ère industrielle pour entrer dans celle de l'information, le recours à la technologie et aux renseignements/à l'espionnage étant devenu indispensable dans des contextes obscurs ou contre des ennemis mal identifiés;
  • la révolution technologique.
    La science et la technologie jouent un rôle capital dans l'évolution du rôle de l'armée. Les progrès permanents de la micro-électronique, des technologies de communication et de détection, des sciences de la vie et des matériaux ainsi que des technologies dans le domaine de l'énergie avantageront sensiblement les armées modernes. Nos adversaires feront tout ce qui est en leur pouvoir pour tirer profit de nos propres avancées. De plus en plus, les progrès réalisés dans le cadre des technologies civiles devront être utilisés dans le domaine de la défense.

Opérations dans le cadre de la PESD

Le plus souvent, les opérations relevant de la PESD seront de type expéditionnaire et feront appel à plusieurs pays ainsi qu'à plusieurs instruments; l'objectif sera davantage la «stabilité» que la «victoire». Les forces armées ne constituent qu'un élément d'une approche globale et intégrée des opérations de gestion des crises relevant de la PESD. L'information joue un rôle de plus en plus crucial et le cyberespace occupe une place toujours plus stratégique. L'«asymétrie» en vient à caractériser non seulement la tactique des adversaires, mais aussi leurs objectifs et leurs valeurs.

Forces et capacités futures

Les futures forces et leurs capacités doivent s'appuyer sur une planification globale, axée sur les effets. Quatre caractéristiques principales commencent à émerger comme des éléments stratégiques fondamentaux:

  • Synergie: le développement des opérations militaires interarmes grâce à une meilleure coordination avec les acteurs autres que militaires (ONG, médias, etc.);
  • Souplesse: rapidité de réaction, capacité de déploiement et constitution des bataillons en fonction des besoins - les futures forces conjointes devront également faire preuve de souplesse sur les plans opérationnel, tactique et stratégique;
  • Sélectivité: capacité à graduer le recours à la force en choisissant parmi une large panoplie de possibilités (utilisation de moyens cinétiques ou non, par exemple) sur la base d'une analyse approfondie;
  • Pérennité: choix d'un soutien logistique adapté et accès au théâtre des opérations.

Les caractéristiques précitées des futures forces et capacités sont inscrites dans le profil des futures capacités (annexé à la vision à long terme), qui est divisé en six rubriques: commandement, information, engagement, protection, déploiement et stabilité.

Éléments fondamentaux

Les responsables de la planification en matière de défense devront concentrer particulièrement leur attention sur les éléments fondamentaux suivants:

  • Utilisation des connaissances (intelligence, informations et analyse);
  • Interopérabilité (équipement et systèmes);
  • Équilibre des ressources humaines;
  • Acquisition rapide;
  • Politique industrielle (accroissement des investissements et renforcement de la BITDE);
  • Flexibilité en cas d'imprévu.

Contexte

En novembre 2005, le comité directeur de l'Agence européenne de défense (AED) réuni au niveau des ministres a demandé à l'Agence d'élaborer une première vision à long terme, c'est-à-dire pour les 20 prochaines années, relative aux capacités et aux besoins en capacités de l'Europe en matière de défense. Le «rapport sur une vision à long terme» est le résultat d'une étude menée pendant 11 mois, à laquelle ont participé des fonctionnaires et des experts des gouvernements, des membres d'organismes de défense, des universités et des industriels de l'Europe entière. L'Institut d'études de sécurité (IES) et le Comité militaire de l'UE (CMUE) y ont apporté une contribution prépondérante.

La présente fiche de synthèse est diffusée à titre d'information. Elle ne vise pas à interpréter ni à remplacer le document de référence, qui demeure la seule base juridique contraignante.

 
Dernière modification le: 21.01.2007

Voir aussi

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site Internet suivant:
- Agence européenne de défense.

Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page