RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 4 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Lutte contre le VIH/sida dans l'Union européenne et les pays voisins pour 2006 - 2009

Archives

S'appuyant sur le document de travail « Une approche coordonnée et intégrée de la lutte contre le VIH/sida dans l'Union européenne et les pays voisins », la Commission européenne entend rassembler l'ensemble des acteurs concernés autour d'une action conjointe. À travers cette communication, elle fixe, pour chaque domaine nécessitant une intervention, les objectifs et les actions à mener d'ici à fin 2009. Par ailleurs, un plan d'action plus détaillé des grands axes d'intervention pour la période 2006 - 2010 est proposé en annexe.

ACTE

Communication de la Commission au Conseil et au Parlement européen, du 15 décembre 2005, « Lutte contre le VIH/sida dans l'Union européenne et les pays voisins, 2006-2009 ». [COM(2005) 654 final - Non publié au Journal officiel]

SYNTHÈSE

La tendance actuelle montre une baisse de la mobilisation en matière de VIH/sida, et ce, notamment, dans les domaines de la prévention, de la surveillance et de la lutte contre la discrimination. Une réalité qui va à l'encontre des objectifs fixés que sont, entre autres, l'élimination de la transmission de la mère à l'enfant au même titre que l'accès universel au traitement.

Face à cela, la Commission européenne entend impulser une action conjointe au niveau communautaire en complément des initiatives nationales et internationales. Les différents objectifs et actions menées dans le cadre de cette action viseront essentiellement:

  • la participation de la société civile;
  • la surveillance;
  • la prévention;
  • le dépistage;
  • les traitements, soins et aide;
  • la recherche;
  • la coopération avec les pays voisins.

Participation de la société civile

Dans ce domaine, l'objectif premier est de renforcer la participation de la société civile à tous les aspects de la lutte contre l'épidémie de VIH/sida.

À l'heure actuelle, plusieurs initiatives ont déjà été prises en ce sens:

  • association de la société civile au groupe de réflexion sur le VIH/sida;
  • création d'un forum rassemblant 30 organisations européennes visant notamment à améliorer l'échange d'informations.

À l'avenir, la Commission entend favoriser la coopération et le dialogue avec les patients mais également avec les organisations non gouvernementales (ONG) afin de les associer plus activement encore à la conception, à l'exécution et au suivi de la politique menée en matière de VIH/sida. Soucieuse de renforcer son partenariat avec le secteur privé, elle invite également les acteurs du monde des entreprises, dont l'Union des industries de la Communauté européenne (UNICE), à réagir avec plus de force à l'épidémie et à jouer leur rôle dans la mise en œuvre de la stratégie de l'Union contre le VIH/sida.

Surveillance

En matière de surveillance, les objectifs sont:

  • l'amélioration et l'harmonisation des systèmes de surveillance de l'épidémie, des comportements à risque ainsi que de la vulnérabilité au virus;
  • la diffusion effective de données et d'informations sur d'autres infections sexuellement transmissibles (IST);
  • le renforcement de l'appui à la surveillance des tests de dépistage.

Jusqu'à présent, la coordination de la surveillance du VIH/sida en Europe était assurée par le réseau EuroHIV, cofinancé par la Commission. En 2008, il est prévu que le centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) prenne le réseau en charge.

En termes d'actions à mener, la Commission, en coopération avec les États membres, les pays voisins, le CEPCM et les autres partenaires:

  • contribuera à la mise en place d'une couverture géographique complète en ce qui concerne le signalement des cas de VIH;
  • réévaluera les objectifs de la surveillance du sida et incorporera ses rapports dans un système de surveillance intégré;
  • fera en sorte de disposer d'indicateurs de prévention appropriés;
  • procédera à des estimations de l'incidence du VIH en Europe;
  • renforcera et facilitera la surveillance des groupes à risque;
  • prendra les mesures nécessaires pour réduire les obstacles touchant à la confidentialité.

Prévention

Dans le domaine de la prévention, les actions qui seront entreprises viseront principalement à:

  • faciliter l'application des mesures adoptées;
  • assurer l'accès à l'information, à l'éducation et aux services d'aide pour tous ;
  • améliorer l'encadrement des consommateurs de drogue;
  • prévenir toute discrimination à l'égard des populations migrantes;
  • assurer une évaluation et un suivi continus des méthodes utilisées.

Faute de vaccin ou de traitement curatif, la prévention demeure le moyen le plus efficace de lutter contre le VIH/sida. Au vu de le situation au sein de l'Union européenne (augmentation constante du nombre de cas), il apparaît nécessaire de l'intensifier tant auprès du grand public que des groupes plus spécifiques (jeunes, femmes, travailleurs du sexe, usagers de drogue, etc.).

Pour ce faire, la Commission prévoit d'encourager:

  • la mise en œuvre des programmes de prévention, principalement à l'intention des groupes les plus vulnérables;
  • les relations sexuelles protégées;
  • les mesures nécessaires pour faire face à l'augmentation des comportements à risque chez les jeunes;
  • l'évaluation des risques de transmission du virus de la mère à l'enfant mais également des risques liés à la toxicomanie;
  • l'élaboration de programmes de formation destinés au personnel médical et autres professionnels en charge de personnes atteintes du VIH/sida.

Conseil, dépistage, soins et aide

Dans ce domaine, les objectifs visés sont:

  • la lutte contre la discrimination et la stigmatisation des personnes affectées ;
  • la généralisation de l'accès à des traitements et soins efficaces;
  • le renforcement de l'insertion sociale et professionnelle.

Chacun de ces objectifs est lié aux autres. En effet, des services abordables et accessibles ainsi que de bons résultats thérapeutiques réduisent la stigmatisation et l'exclusion sociale. Au surplus, ils encouragent un comportement sexuel responsable, lequel contribue à prévenir la propagation du virus.

Afin d'atteindre ces différents objectifs, les actions menées seront principalement axées sur:

  • l'amélioration des capacités des prestataires de services;
  • le renforcement du rôle des ONG actives dans le domaine;
  • le perfectionnement du monitoring du VIH/sida à l'échelon européen;
  • l'élaboration de modèles de référence européens à l'intention des États membres et des partenaires de la politique européenne de voisinage;
  • l'accès aux thérapies antirétrovirales, au conseil et au dépistage.

Recherche

Dans ce domaine, la Commission entend:

  • augmenter les engagements en faveur de la recherche et du développement de vaccins et de microbicides;
  • faciliter l'accès au traitement à travers le développement de moyens thérapeutiques et de diagnostics abordables;
  • soutenir la recherche en matière de santé publique;
  • promouvoir l'engagement du secteur privé;
  • favoriser le recours aux méthodes de prévention comportementale.

Depuis l'entrée en vigueur du sixième programme-cadre de recherche et de développement, la recherche sur le VIH/sida est devenue l'une des priorités de la Commission européenne. Un montant de 50 millions d'euros a notamment été affecté au financement de travaux de recherche tant dans le domaine de la prévention qu'en matière de thérapie. L'accent a également été mis sur les nouveaux États membres et les pays voisins d'Europe orientale, ceux-ci étant inviter à participer à des propositions financées par l'UE telles que le réseau d'excellence sur les essais cliniques thérapeutiques mais également à prendre part au processus d'évaluation.

Témoignant de la volonté de continuité de la Commission, le septième programme-cadre qui sera prochainement négocié avec les États membres continuera de donner la priorité à la recherche sur le VIH/sida. À cet égard, la Commission a proposé d'augmenter les crédits affectés au programme, notamment en ce qui concerne les biotechnologies, la recherche translationnelle et les soins de santé.

VIH/sida et politique européenne de voisinage

La Commission européenne entend associer toujours plus les pays voisins * dans la lutte européenne contre le VIH/sida, dans le but notamment de pérenniser l'échange d'informations et de meilleures pratiques.

Par ailleurs, la Commission invitera ces pays à examiner les moyens de faire face à l'épidémie d'une manière coordonnée, au travers du groupe de réflexion sur le VIH/sida et du forum de la société civile.

Plan d'action

Le plan d'action joint à la communication définit les actions à mener selon un calendrier précis par les acteurs concernés dans chacun des domaines prioritaires. Les différents projets contenus dans ce plan mettent essentiellement l'accent sur l'échange des meilleures pratiques, la formation et les programmes de sensibilisation.

Termes-clés de l'acte
  • Pays voisins: Fédération de Russie, Algérie, Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Égypte, Géorgie, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Moldava, Maroc, Autorité palestinienne, Syrie, Tunisie, Ukraine.
Dernière modification le: 22.05.2006
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page