RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 15 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Stratégie d'assistance à l'Asie centrale 2007-2013 et programme indicatif 2007-2010

Le document de stratégie régionale pour l'Asie centrale vise à apporter des réponses aux besoins de la région concernant la coopération régionale, la réduction de la pauvreté et l'amélioration du niveau de vie ainsi que la bonne gouvernance et les réformes économiques. Le document de stratégie régionale (DSR) 2007-2013 et le programme indicatif 2007-2010 présentent les modalités de la mise en œuvre.

ACTE

Communauté Européenne - Document de stratégie régionale d'aide à l'Asie centrale pour la période 2007-2013 (EN ) et programme indicatif 2007-2010.

SYNTHÈSE

Le document de stratégie régionale (DSR) définit les objectifs et priorités de la coopération avec la région de l'Asie centrale dans des domaines qui présentent un intérêt commun pour les pays partenaires (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan).

Malgré leur passé commun, la situation, la taille du territoire, la population, le niveau de développement humain ou encore la volonté de coopérer et de s'intégrer avec le reste du monde, diffèrent fortement d'un pays à l'autre. Toutefois, la région partage des défis politiques, économiques, sociaux et environnementaux, tels que:

  • le commerce et l'accès aux marchés mondiaux, caractérisés par des politiques de commerce complexes et peu coordonnées, un manque de transparence, des coûts élevés de transport et de transit ainsi que des retards dans les importations et les exportations aux frontières;
  • le climat d'investissement, dont le caractère encore fluctuant est renforcé par une législation incertaine;
  • le transport, qui nécessite une intégration progressive mais effective dans les accords européens et internationaux, l'amélioration de la sécurité routière, ferroviaire, maritime et aérienne et du transport par voies navigables ainsi que l'introduction des concepts d'intermodalité;
  • la gestion des ressources naturelles partagées et particulièrement celle de l'eau mais aussi la question du changement climatique, de la déforestation, des catastrophes naturelles ou encore des ressources énergétiques renouvelables;
  • le développement social et la réduction de la pauvreté, car la région est caractérisée par de fortes inégalités de revenus, un chômage élevé, une espérance de vie peu élevée et une résurgence des maladies contagieuses.

Stratégie de réponse de l'UE

La stratégie d'assistance et le programme indicatif 2007-2010 identifient trois objectifs prioritaires retenus par l'Union européenne (UE) pour le partenariat des cinq années à venir.

Tout d'abord, l'UE a pour objectif de promouvoir la coopération régionale avec l'Asie centrale et les bonnes relations de voisinage. L'UE se concentrera principalement sur quatre objectifs qui peuvent offrir une réelle plus-value par une mise en œuvre au niveau régional, à savoir:

  • le soutien aux réseaux des transports et de l'énergie et à l'intégration avec le marché international, afin d'intensifier les liaisons et les relations commerciales;
  • l'amélioration de la gestion de l'environnement, ce qui comprend la gestion durable et la bonne gouvernance dans les secteurs de l'eau et des forêts, la conservation de la biodiversité et la protection de la nature, notamment concernant le changement climatique;
  • la gestion des frontières et de la migration ainsi que la lutte contre le crime organisé et les douanes;
  • la promotion des échanges éducatifs ainsi que des activités scientifiques et de proximité avec la population de la région.

Au niveau de l'assistance bilatérale, la réduction de la pauvreté et l'amélioration du niveau de vie constitue la première priorité. Elle s'inscrit dans le contexte des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). En effet, la pauvreté affecte une grande partie de la région et les inégalités dans le développement socio-économique amplifient l'instabilité, l'insécurité et l'extrémisme dans ces pays. Cet objectif se focalisera sur le développement régional et des communautés locales ainsi que sur le soutien au développement rural et aux réformes dans le secteur social.

La promotion de la bonne gouvernance et des réformes économiques est le second domaine prioritaire d'assistance pour cette période. La Commission se focalisera sur la promotion de la bonne gouvernance de la société civile, du dialogue social, des processus démocratiques, mais également sur les réformes permettant une meilleure régulation des marchés et du commerce. Le soutien aux réformes politiques, administratives et judiciaires permet, en effet, d'assurer la stabilité des pays de l'Asie centrale. Un programme spécifique est défini pour chaque pays prenant en compte les politiques nationales et les situations particulières.

L'assistance de l'UE repose sur une série d'instruments et de mesures, tels que l'instrument de coopération au développement (ICD), y compris les 5 programmes thématiques, l'instrument pour la démocratie et les droits de l'homme, l'instrument de sureté nucléaire, l'instrument de stabilité et l'instrument humanitaire.

Modalités

Le financement du programme indicatif géopolitique pour l'Asie centrale (DCI) pour la période 2007-2010 s'élèvera à 314 millions d'euros dont 94,2 millions d'euros seront consacrés à la promotion de la coopération régionale avec l'Asie centrale et 219,8 millions d'euros aux deux dernières priorités. Le Conseil européen contrôlera en juin 2008, puis au moins tous les deux ans, les progrès réalisés lors de la mise en œuvre de la stratégie.

Le programme indicatif 2007-2010 présente les résultats escomptés de l'assistance communautaire sur les différentes priorités présentées ci-dessus. Ainsi, concernant les programmes régionaux, il s'agit de l'amélioration de la gestion de l'énergie et des infrastructures, l'augmentation du flux des transports (nombre et qualité) et l'harmonisation du transport maritime, ferroviaire et routier, la conscientisation concernant les affaires environnementales et la coopération de la société civile dans ce domaine, l'amélioration de l'efficacité et de la sécurité aux frontières et l'harmonisation des procédures ou encore l'extension et la modernisation des infrastructures locales et régionales ainsi que l'amélioration de l'accès aux services pour la population et l'alignement des lois et des pratiques avec les standards internationaux, entre autres, en ce qui concerne les droits de l'homme.

Des indicateurs de performance définis au moment de l'élaboration des programmes permettront d'en mesurer l'impact (progrès réalisés en matière de droits de l'homme et dans les autres domaines précités, pertinence des activités, statistiques sur l'évolution de la pauvreté, notamment les objectifs du Millenium, rapports de mise en œuvre, etc.).

Dernière modification le: 12.06.2008
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page