RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 9 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Accord de partenariat et de développement avec le Bangladesh

Le présent accord renforce les liens de coopération entre l’Union européenne (UE) et le Bangladesh. Il met en avant l’importance capitale du développement social du pays, parallèlement au développement économique du pays et à la protection de son environnement.

ACTE

Décision 2001/332/CE du Conseil du 26 février 2001 relative à la conclusion de l'accord de coopération entre la Communauté européenne et la République populaire du Bangladesh en matière de partenariat et de développement.

Accord de coopération entre la Communauté européenne et la République populaire du Bangladesh en matière de partenariat et de développement.

SYNTHÈSE

La coopération mise en place entre l’Union européenne (UE) et le Bangladesh doit contribuer au développement durable du pays et à la lutte contre la pauvreté. En effet, le Bangladesh fait partie des pays les moins avancés (PMA).

Domaines de coopération

Une attention particulière est portée par les partenaires à la lutte contre la drogue et contre le VIH/sida. Leurs actions se traduisent par:

  • des mesures de prévention, de suivi et de lutte contre le sida;
  • des activités d’information et d’éducation;
  • l’amélioration de l’accès aux services de santé et de traitement des malades;
  • la réinsertion des toxicomanes.

La coopération commerciale vise l’expansion du commerce et l’ouverture des marchés. Elle se déroule en conformité avec les accords de l’organisation mondiale du commerce (OMC). Ainsi les partenaires doivent progresser vers la suppression des obstacles aux échanges et la résolution des problèmes de transit ou de réexportation. Ils doivent améliorer la coopération douanière et les échanges d’informations.

De plus, le pays doit progresser dans ses engagements en matière de protection des droits de propriété intellectuelle, industrielle et commerciale.

La coopération économique vise en particulier à:

  • faciliter les contacts entre opérateurs économiques, milieux d’affaires, entreprises et investisseurs;
  • améliorer l’environnement des entreprises et les conditions d’investissement, en particulier à destination des petites et moyennes entreprises;
  • promouvoir le transfert de technologie.

L’accord fonde le principe d’un accès réciproque des partenaires à leurs marchés publics respectifs. Ils appliquent le principe de libre accès aux marchés de transport maritime international.

Dans le domaine de l’environnement, la coopération doit notamment permettre de:

  • réduire les risques de catastrophes naturelles, et en particulier lutter contre la dégradation des sols;
  • développer la politique environnementale et la formation du personnel;
  • promouvoir les énergies durables et non polluantes.

Les partenaires procèdent à des échanges de connaissance dans le domaine des sciences et technologies. Ils coopèrent dans le domaine de la lutte contre la production de drogue et le blanchiment de capitaux.

Un point essentiel du partenariat est le développement des droits et des compétences des travailleurs. Les instruments de l’organisation internationale du travail (OIT) doivent être mis en application (dans les domaines du travail des enfants, du travail forcé, de la liberté d’association, des droits syndicaux, etc.). De plus, des mesures doivent être prises pour favoriser l’éducation et les qualifications professionnelles, en particulier pour les catégories de population les plus pauvres.

Coopération régionale

Des actions de coopération peuvent être entreprises avec d’autres pays de la région, en priorité dans les domaines de:

  • l’assistance technique et la formation du personnel;
  • la promotion des échanges commerciaux intra-régionaux;
  • le soutien aux organisations de coopération régionale (tels que l’Association sud-asiatique de coopération régionale (SAARC));
  • l’étude des questions ayant une dimension régionale, notamment dans le secteur des transports, des communications, de l’environnement et de la santé.
Dernière modification le: 14.07.2011
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page