RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 9 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Stratégie de coopération avec l’Indonésie (2007-2013)

Le partenariat entre l’Union européenne (UE) et l’Indonésie vise en premier lieu à lutter contre la pauvreté et améliorer la stabilité du pays. Les partenaires identifient une série de priorités de coopération, complétées par des actions thématiques.

ACTE

Commission européenne – Document de stratégie pays 2007-2013 Indonésie .

SYNTHÈSE

L’Indonésie est engagée dans un processus de stabilisation politique et économique soutenu par l’Union européenne (UE). La présente stratégie de coopération soutient également la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), qui demeure une priorité pour le pays dont la majorité de la population vit dans la pauvreté.

Priorités de coopération

L’enseignement et la formation professionnelle sont des domaines d’action prioritaires. L’intervention de l’UE doit participer à l’amélioration des systèmes d’enseignement de base, de l’enseignement professionnel et de l’enseignement supérieur. L’objectif visé par les partenaires est l’augmentation du niveau d’instruction et l’adaptation de l’enseignement aux besoins du développement durable.

L’UE soutient le programme de réformes en matière de commerce et d’investissements, pour accélérer les performances économiques du pays et son intégration dans le système commercial international. L’impact social et environnemental de ces réformes doit être maîtrisé. Elles s’opèrent dans le contexte de l’élaboration d’une zone de libre échange entre l’UE et les pays de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE).

De plus, le fonctionnement du système judiciaire et répressif doit être renforcé. À cette fin, les actions de coopération soutiennent les réformes institutionnelles, la bonne gouvernance publique, les droits de l’homme, la lutte contre la corruption et contre la criminalité organisée. Le rôle de la société civile doit être particulièrement encouragé dans la conduite des réformes.

Au-delà de ces priorités, les partenaires mettent en place une série d’actions thématiques, notamment pour la démocratie et les droits de l’homme, le soutien à la société civile, la sécurité alimentaire, la politique d’asile et les migrations.

Domaines généraux de coopération

Certains domaines doivent intégrés de façon transversale aux actions prévues par le partenariat. Il s’agit de:

  • la protection de l’environnement, en particulier pour lutter contre l’abattage illégal de bois;
  • la prévention des conflits et la réponse aux besoins des régions qui sortent d’un conflit;
  • l’égalité entre les sexes, y compris dans la vie démocratique;
  • la gouvernance, la transparence et la gestion des finances publiques;
  • les droits de l’homme et la protection des peuples indigènes, la transparence et la gestion des finances publiques;
  • la lutte contre le VIH/Sida;
  • la maîtrise de l’impact de la mondialisation sur la cohésion sociale et la promotion de l’emploi décent.
Dernière modification le: 12.07.2011
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page