RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 15 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Aspects extérieurs de la politique d'entreprise

Signature d'accords entre l'Union européenne et les pays tiers, tables rondes et forums d'affaires, programmes de coopération industrielle ou encore politique commerciale extérieure: tels sont les instruments permettant aux entreprises européennes de se développer dans le monde.

Afin de renforcer la compétitivité des entreprises européennes, certains paramètres internationaux sont essentiels. La politique commerciale permet ainsi de bâtir une Europe compétitive dans une économie mondialisée. Par ailleurs, la mise en place d'un partenariat renforcé pour un meilleur accès aux marchés extérieurs a pour objectif de développer les échanges. Enfin, la coopération en matière de politique industrielle donne aux entreprises européennes l'occasion d'établir des partenariats et de se développer en dehors des frontières de l'Union européenne (UE).

L'UE coopère avec ses principaux partenaires dans le monde de plusieurs manières. Tout d'abord la Commission entretient des relations étroites avec les gouvernements des États tiers. Ensuite, les entreprises elles-mêmes ont l'occasion de se rencontrer lors de forums et de tables rondes. Enfin, l'Union soutient la coopération industrielle à travers des programmes mis en œuvre en collaboration avec les pays tiers.

Les relations intergouvernementales

L'UE coopère de façon bilatérale avec les pays tiers. Cette collaboration se concrétise par des accords de reconnaissance mutuelle, des accords d'association, des accords-cadres de partenariat ou encore des pactes de stabilité.

L'élimination des obstacles à l'épanouissement des entreprises, par le biais d'une politique de réglementation moins contraignante, constitue l'une des principales préoccupations de l'UE. Les accords de reconnaissance mutuelle de normes prévoient ainsi, sur la base de l'article 133 du traité sur la Communauté européenne (TCE), l'acceptation mutuelle entre les gouvernements de rapports de test, de certificats et de marques de conformité que les agences concernées appliquent à certains biens produits dans un pays spécifique.

L'UE entretient des relations étroites avec les États-Unis, le Canada, la Chine, la Russie, l'Inde et le Japon. Par exemple, elle a instauré avec la Chine un dialogue de coopération réglementaire ainsi qu'un dialogue sur la politique industrielle.

Elle coopère également de façon régulière avec les pays candidats à l'adhésion, les pays des Balkans occidentaux et les pays voisins de l'Union (dans le cadre de la politique européenne de voisinage) tels que les pays d'Europe orientale, du Moyen-Orient et du bassin méditerranéen. La coopération euro-méditerranéenne s'effectue à travers cette politique de voisinage et à travers le processus de Barcelone. Ce dernier, lancé en 1995, visait à rapprocher l'Europe de ses partenaires méditerranéens sur le plan politique, culturel et économique. Dans le cadre de la coopération économique, la coopération industrielle est considérée comme un maillon important et est promue par le biais d'un établissement progressif de zones de libre échange ou encore l'accroissement des investissements. Elle s'illustre par la tenue de conférences entre les ministres de l'industrie ou encore de réunions de groupes de travail sur des sujets liés à la politique industrielle. L'une des principales réalisations du partenariat euro-méditerranéen est l'adoption de la Charte euro-méditerranéenne pour l'entreprise le 4 octobre 2004.

Les 23 et 24 avril 2007, le Conseil Affaires générales et relations extérieures a approuvé un projet de négociation d'accords d'association avec l'Amérique centrale et la Communauté andine et ses pays membres, ainsi qu'un projet d'accords de libre-échange avec l'association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE), l'Inde et la Corée du Sud.

La coopération interentreprises

Lors de tables rondes et de dialogues commerciaux, les entreprises ont l'occasion de se rencontrer et d'adresser des recommandations aux gouvernements des États membres et des pays concernés. Les tables rondes réunissent souvent des représentants du secteur industriel, mais aussi des administrations nationales et communautaires. Parmi les suggestions fréquemment adressées aux gouvernements figurent des recommandations sur la politique commerciale, sur les discussions au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), les investissements, les services financiers, les petites et moyennes entreprises (PME) ou encore l'élimination des obstacles aux activités économiques causés par des réglementations nationales divergentes.

Les principales tables rondes sont les suivantes:

  • le dialogue transatlantique d'affaires (EN);
  • le forum d'affaires Asie-Europe;
  • la table ronde de dialogue d'affaires UE-Japon (EN);
  • la table ronde d'industriels UE-Russie (EN);
  • le forum d'affaires Mercosur - UE (EN);
  • le dialogue industriel UE - Inde.

Les programmes de coopération industrielle

Enfin, l'UE encourage la coopération industrielle grâce à la mise en œuvre de programmes favorisant la création et l'expansion d'entreprises, les partenariats entre des entreprises européennes et des entreprises étrangères, notamment des PME, ou encore des programmes proposant des stages en entreprises pour les étudiants.

Parmi les principaux programmes soutenus par l'Union figurent:

 
Dernière modification le: 04.10.2007
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page