RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 5 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Rapport Emploi en Europe 2007

Au vu des bons résultats du marché de l’emploi et de la croissance économique européenne, l’année 2007 constitue un contexte favorable pour progresser vers les objectifs de Lisbonne.

ACTE

Rapport de la direction générale de l’emploi et des affaires sociales de la Commission européenne – Emploi en Europe 2007 (EN) [Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

En 2006 la situation du marché de l’emploi s’est améliorée dans l’ensemble de l’Union européenne (UE). Cette tendance a été soutenue par l’augmentation de la croissance économique, qui représentait en moyenne 3% du produit intérieur brut (PIB) de l’UE. L’essentiel des postes crées concernaient des femmes, des personnes âgées de 25 à 54 ans et des emplois salariés (90%). Les taux d’emploi étaient particulièrement élevés dans les États membres ayant adhéré au 1er mai 2004.

La hausse de l’emploi et de la productivité de l’emploi ont permis de progresser vers la réalisation des objectifs de l’agenda de Lisbonne. Cependant des réformes doivent encore être accomplies, notamment afin d’atteindre l’objectif de 70% d’emploi et 50% de travailleurs âgées sur le marché de l’emploi. L’objectif de 60% des femmes sur le marché de l’emploi est presque atteint.

Le faible taux d’emploi des jeunes demeure préoccupant. La transition entre la fin des études et le premier emploi est généralement difficile. Les jeunes sont également très souvent cantonnés dans des emplois peu rémunérés et temporaires. L’éducation et la formation tout au long de la vie contribuent à diminuer la pauvreté et l’exclusion sociale. Il est également nécessaire de faciliter l’embauche des jeunes actifs par les entreprises.

Emploi des travailleurs âgés: les politiques de vieillissement actif

Le taux d’emploi des personnes âgées de 55 et 64 ans a augmenté de 7% depuis 2000. Pourtant les emplois créés sont souvent précaires et à temps partiel. De plus, la participation des travailleurs âgés au marché de l’emploi européen reste faible au regard de la stratégie sur l’avenir démographique de l’Europe, ainsi que par rapport aux standards internationaux.

Les mesures adoptées en faveur du vieillissement actif visent en particulier la qualité des soins de santé, la formation tout au long de la vie, la flexibilité de l’organisation du travail et l’amélioration des aspects financiers de l’emploi.

Les modèles de flexicurité en Europe

Les régimes de flexicurité appliqués par certains États membres sont fondés sur des modèles différents. Ils privilégient soit la flexibilité dite externe, qui implique des politiques de ressources humaines adaptées aux contraintes du marché, soit la flexibilité dite interne, qui se caractérise par une organisation du travail adaptée aux besoins des travailleurs. Deux modèles concilient ces formes de flexibilité:

  • le modèle anglo-saxon fondé sur la flexibilité externe, la mobilité du travail et l’innovation. Ce modèle se caractérise aussi par un niveau de pauvreté élevée et des dépenses publiques faibles;
  • le modèle nordique pratique essentiellement la flexibilité interne. Il se caractérise par de bons résultats économiques, un bon niveau de satisfaction et de santé au travail, un faible niveau de pauvreté et des dépenses publiques élevées.

Formation professionnelle continue en entreprise

La Commission souligne que l’interventionnisme public est nécessaire pour renforcer l’accès équitable et l’efficacité de la formation professionnelle continue. Dans cette perspective, plusieurs éléments doivent être pris en compte:

  • la réduction de l’exclusion sociale et des inégalités salariales;
  • le vieillissement actif, l’emploi des jeunes ayant un faible niveau d’éducation et la viabilité des systèmes de protection sociale;
  • les politiques de flexicurité mises en place grâce à des marchés de l’emploi plus dynamiques et au caractère transférable des compétences des travailleurs;
  • l’évolution des connaissances dans le contexte du passage de la production de masse à une production privilégiant la qualité et l’innovation.

La part des revenus du travail

La part de valeur ajoutée attribuée au travail a atteint un niveau historiquement bas en 2006. Cette tendance résulte notamment des progrès technologiques et de l’ouverture commerciale mondiale. Elle peut avoir un impact négatif sur l’équité sociale, l’efficacité économique et la stabilité macro-économique. C’est pourquoi, l’évolution vers une économie de la connaissance doit s’accompagner de politiques de l’emploi et de flexicurité, destinées en particulier aux travailleurs les moins qualifiés.

Dernière modification le: 30.07.2009
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page