RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 1 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Rapport «Emploi en Europe» 2008

Le présent rapport fait état des performances et de l’évolution du marché du travail, enregistrés en 2008 dans l'Union européenne et les pays candidats.

ACTE

Rapport de la Commission «Emploi en Europe 2008» [Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

Le marché de l’emploi européen a été particulièrement dynamique en 2007, ce qui a abouti à la création de 3,5 millions d'emplois. Pourtant dès 2008, les signes de la crise financière internationale ont eu un impact néfaste sur la croissance économique et les créations d’emplois.

Ainsi, malgré les bons résultats enregistrés en 2007 et un taux global d’emploi de 65,4 %, il est hautement improbable que les objectifs de la stratégie de Lisbonne, à l'exception de celui pour le taux d'emploi des femmes, soient atteints en 2010. Enfin, des différences importantes persistent entre les États membres, et seuls sept d’entre eux ont un taux d’emploi global supérieur à 70 %.

Des mesures rapides devraient être prises aux niveaux national et communautaire, afin de stimuler la création d'emplois et l'accroissement de la productivité au travail. Elles devraient permettre de consolider les structures du marché de l’emploi, des marchés financiers, du marché des biens et services, et d’améliorer la stabilité de l’environnement macroéconomique européen.

Immigration extracommunautaire

Dans le contexte du vieillissement de la population européenne, l’immigration en provenance de pays tiers apporte une contribution essentielle au besoin accru en main-d'œuvre et en compétences. Depuis 2000, les travailleurs immigrants ont participé à près d’un quart de la croissance économique européenne.

La majorité des immigrants occupent des emplois peu qualifiés, dans des secteurs à forte demande. Ils contribuent à la flexibilité du marché du travail. Leur inclusion dans la société européenne représente un enjeu politique majeur. En effet, leur intégration professionnelle et sociale dépend essentiellement de la voie d'entrée dans le pays d'accueil, de la maîtrise de la langue, de la reconnaissance des qualifications, des mesures d’aides publiques, de la situation du marché de l’emploi et de l’existence de discriminations.

Mobilité intracommunautaire

Sur la période 2003-2007, la part de population originaire des nouveaux États membres installés dans les anciens pays de l’Union européenne (UE) a progressé sensiblement. Ces mouvements de populations intracommunautaires ont eu une incidence économique positive. Les salaires ont continué d'augmenter et le chômage a régressé dans l’ensemble de l’UE. L’arrivée de nouveaux travailleurs n’a eu qu’un faible impact sur les travailleurs nationaux.

Le potentiel migratoire supplémentaire en provenance de ces nouveaux États est limité par la mise en convergence des salaires et des marchés de l’emploi en Europe ainsi que par la tendance croissante des travailleurs à retourner dans leur pays d’origine. Un phénomène migratoire trop important aurait des conséquences sur la croissance des nouveaux États membres, en raison de leurs besoins en main-d’œuvre et en qualifications.

Qualité des emplois en Europe

La stratégie européenne de l’emploi promeut la création d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité. La Commission a entrepris un réexamen de la notion de qualité de l’emploi, tout en considérant la perception des salariés et le sentiment croissant d’insécurité.

Elle se base sur des indicateurs pertinents à l’échelle européenne tels que la sécurité socio-économique (niveau de salaire, santé et sécurité, évolutions de carrière, etc.), l’accès à l’éducation et à la formation, les conditions de travail (organisation, autonomie, intensité de la charge de travail, etc.), l’égalité de traitement entre les sexes, la conciliation entre vie professionnelle et familiale.

Il ressort de ces analyses que les États ayant les meilleurs résultats en matière de qualité sont aussi ceux ayant les taux d'emploi et de productivité les plus hauts.

Éducation et formation

De façon générale, les travailleurs sont amenés à changer plusieurs fois d'emploi au cours de leur vie et à utiliser différentes compétences. Il existe ainsi un lien direct entre éducation, formation et emploi. Or des inadéquations demeurent entre les compétences des travailleurs et les réalités du marché de l’emploi.

Des stratégies intégrées peuvent soutenir l’évolution des travailleurs, en les accompagnant dans les phases de transition (indemnités chômage, bourse de formation, conseil en orientation carrière), en leur permettant d’accéder à l’éducation et à la formation tout au long de la vie. Les politiques de l’emploi doivent soutenir la mise en œuvre du principe de flexicurité et prévoir la modernisation des institutions du marché de l’emploi.

Contexte

Le présent rapport fournit les analyses et les données statistiques servant de base à l’élaboration des instruments clés de la politique européenne de l’emploi tels que le rapport conjoint sur l’emploi.

Dernière modification le: 13.02.2009

Voir aussi

Pour plus d’informations consultez le site Internet de la Commission européenne, Direction générale Emploi et Affaires sociales:

Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page