RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 11 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


L’avenir démographique de l’Europe: transformer un défi en opportunité

À l’heure où l’Europe est confrontée au défi démographique, la Commission, qui entend faire de cette question cruciale une opportunité, publie une communication pour présenter ses objectifs en matière d’emplois des personnes âgées, de modernisation de la protection sociale et de renouveau démographique en Europe.

ACTE

Communication de la Commission du 12 octobre 2006 intitulée «L’avenir démographique de l’Europe, transformer un défi en opportunité» [COM(2006) 571 final - Non publiée au Journal officiel].

SYNTHÈSE

L'Union européenne (UE) doit aujourd’hui faire face au déclin démographique, au faible accroissement naturel et au vieillissement d’une partie de la population. Pour relever ce défi, la Commission formule un certain nombre de recommandations s’appuyant notamment sur la stratégie de Lisbonne renouvelée afin de tirer le meilleur parti des opportunités d’une vie plus longue, mais également d’amorcer un renouveau démographique.

Le vieillissement démographique en Europe: tendances et perspectives

Le vieillissement de la population (soit la part des personnes âgées au sein de la population globale) résulte des progrès considérables réalisés dans les domaines économique, social et médical en termes de services offerts aux Européens. Ce vieillissement de la population résulte de plusieurs tendances démographiques simultanées:

  • le nombre moyen d’enfants par femme qui est de1,5 enfant dans l’UE en 2006 alors que le seuil de renouvellement des générations est de 2,1. L’UE projette un taux de 1,6 pour 2030;
  • le déclin de la fécondité («baby crash») a suivi le baby-boom qui est l’origine de la forte part des 45-65 ans au sein de la population européenne, ce qui pose quelques problèmes en termes de financement des retraites;
  • l’espérance de vie (qui a augmenté de 8 ans entre 1960 et 2006) pourrait continuer de s’accroître de 5 années supplémentaires entre 2006 et 2050 et devrait dès lors amener une plus grande proportion de personnes vivant aux âges de 80 et 90 ans, personnes qui sont souvent en situation de fragilité;
  • l’immigration (1,8 million d’immigrés à destination de l’UE en 2004, 40 millions en 2050 selon les projections d’Eurostat) pourrait compenser les effets de la faible fécondité et de l’allongement de la durée de vie.

Ces tendances réduiront légèrement la population totale de l’UE qui deviendra également beaucoup plus âgée. Le nombre d’européens en âge de travailler (âgée de 15 à 64 ans) dans l’UE-25 diminuera de 48 millions entre 2006 et 2050 et le taux de dépendance devrait doubler pour atteindre 51% en 2050. Ce changement démographique s’accompagnera de bouleversements sociaux profonds (protection sociale, logement, travail) dans tous les pays concernés par le défi du vieillissement de la population.

L’impact du vieillissement de la population

La prochaine décennie verra la population active diminuer puisqu’un grand nombre de « baby-boomers » prendront leur retraite. Cette réduction de la population en âge de travailler peut affecter le taux de croissance économique si les tendances et politiques actuelles restent inchangées. Une mise en œuvre résolue de l’agenda de Lisbonne devrait permettre de passer ce cap en utilisant pleinement les ressources de ces travailleurs expérimentés mais aussi en offrant une formation de qualité aux plus jeunes.

Le vieillissement de la population ne sera pas sans impact sur la protection sociale et les finances publiques. Sur les bases des politiques actuelles, le vieillissement conduira à des pressions significatives à la hausse sur les dépenses publiques. De tels déficits budgétaires pourraient compromettre le futur équilibre des systèmes de retraite, de protection sociale en général et même le potentiel de croissance économique ou le fonctionnement de la monnaie unique. Les gouvernements des États membres ont cependant déjà commencé à agir notamment dans le domaine des systèmes publics de retraites ou de la modernisation de la protection sociale. Enfin, une meilleure adaptation des services de santé au même titre qu’une démarche préventive en matière de maladies chroniques pourraient atténuer de moitié les dépenses publiques de santé et des soins de dépendance.

Une réponse constructive au défi démographique

La Commission européenne définit un cadre de cinq orientations afin de répondre au défi démographique des prochaines années:

  • une Europe qui favorise lerenouveau démographique en améliorant la conciliation entre la vie professionnelle, la vie privée et la vie familiale (congé parental, organisation du travail plus flexible, mise en œuvre des engagements pris lors du Conseil européen de Barcelone sur la garde d’enfants);
  • une Europe qui valorise le travail à traversplus d’emplois et une vie active plus longue: l’UE désire améliorer les systèmes d’éducation et veut privilégier les systèmes de « flexicurité » permettant de meilleures transitions entre les différents cycles de vie (une flexibilité accrue sur le marché du travail combinée à des mesures de formation tout au long de la vie). Valoriser le travail implique également de lutter contre les préjugés discriminants à l’encontre des seniors et de promouvoir une véritable politique de santé publique à l’échelle européenne (lutte contre le tabagisme, l’alcoolisme et l’obésité) afin de réduire les écarts d’espérance de vie (directement liés au niveau de vie et au degré d’éducation);
  • une Europeplus productive et performante grâce à la stratégie de Lisbonne recentrée depuis 2005. Cette stratégie revisitée offrira aux différents acteurs économiques la chance de saisir pleinement les opportunités présentées par les changements démographiques;
  • une Europeorganisée pour recevoir et intégrer les migrants: l’UE, territoire attractif, est engagée avec les États membres dans le développement d’une politique commune d’immigration légale. En effet, au cours des 20 prochaines années, l’Europe devra attirer une main-d’œuvre extérieure qualifiée afin de combler les besoins du marché du travail. Il appartient également à l’Union de promouvoir la diversité et de lutter contre les préjugés pour une meilleure intégration économique et sociale des migrants;
  • une Europe aux finances publiques viables: pour garantir une protection sociale adéquate et l’équité entre les générations dans la plupart des États membres, un effort de rigueur budgétaire est indispensable, en particulier au niveau de la réforme du régime des retraites. Il faudra également adapter la couverture des systèmes et le niveau des cotisations au développement de l’épargne privée et des systèmes par capitalisation.

Contexte

La présente communication fait suite à celle adressée au Conseil européen «Les valeurs européennes à l’ère de la mondialisation» etaulivrevertdelaCommission«Faceauxchangementsdémographiquesunenouvellesolidaritéentrelesgénérations».

Les Nations unies ont attiré l'attention sur le vieillissement de la population mondiale depuis 1982, lors de la première conférence organisée sur ce sujet et l'adoption à cette occasion du plan d'action international sur le vieillissement.

Les Conseils européens de Stockholm (2001) puis de Barcelone (2002) ont souligné l’importance du défi démographique au sein de l’UE. Les réformes présentées par l’UE s’inscrivent dans le cadre de la stratégie de Lisbonne renouvelée et répondent à une perspective commune : celle de la confiance retrouvée. Le processus de réformes et de mise en œuvre sera l’objet du prochain forum démographique européen bisannuel dont la première édition s’est tenue en octobre 2006 et nourrira un chapitre du rapport annuel de progrès établi dans le cadre de la stratégie de Lisbonne.

Chiffres clés (UE 27)

  • Taux de population en âge de travailler en 2050 (20-64 ans): 52%
  • Taux de population âgée de 15 à 24 ans en 2050: 19%
  • Taux de population âgée de 65 ans et plus en 2050: 29%
  • Taux de dépendance en 2050: 50%
  • Taux de fécondité en 2060: 1,68 enfant par femme (seuil de renouvellement 2,1)
  • Espérance de vie des femmes en 2060: 89 ans
  • Espérance de vie des hommes en 2060: 84,5 ans
  • Solde migratoire en 2007: +1,9 millions

    (source: Eurostat Projections de population, 2008)

ACTES LIÉS

Document de travail de la Commission - Rapport 2008 sur la démographie: Répondre aux besoins sociaux dans une société vieillissante [SEC(2008) 2911 - Non publié au Journal officiel].
En 2008, le développement démographique de l'Union européenne (UE) arrive à un tournant, considérant le vieillissement rapide de la population européenne. En effet, à partir de cette date, et pendant les vingt cinq prochaines années, la part de population âgée de 60 ans et plus devrait commencer à croître selon une moyenne de 2 millions chaque année. Ceci alors que la part de population en âge de travailler devrait chuter de 1 à 1,5 millions par an à partir de 2014.

Cette évolution démographique doit avoir des conséquences importantes sur le niveau de croissance économique et sur la viabilité des finances publiques des États membres de l’UE. Elle constitue également un facteur de transformation de la structure des familles européennes. L’utilisation de données statistiques en matière de démographie doit ainsi permettre d’orienter les politiques sociales et familliales.

Les États membres doivent continuer à encourager l’emploi des seniors. En 2007, 50% des hommes et 40% des femmes étaient toujours en activité à 60 ans. Ces taux démontrent une augmentation d’activité depuis l’an 2000, en accord avec les objectifs de la stratégie de Lisbonne en faveur du vieillissement actif.

De plus, le nombre de femmes actives est en augmentation dans tous les États membres, sans pour autant avoir d'impact sur les taux de natalité. Des politiques nationales et européennes appropriées doivent permettre d’accroître leur taux d’activité, grâce à des mesures en faveur des familles, de la lutte contre la pauvreté et de la conciliation entre vie professionnelle et familiale.

Décision2007/397/CE de la Commission du 8 juin 2007 instituant un groupe d’experts sur les questions démographiques [Journal officiel L 150 du 12.6.2007].
Conformément à la présente communication et à la demande des États membres, la Commission a mis en place un groupe d’experts chargé des questions démographiques. Ce groupe aura pour principale tâche d’aider et de conseiller la Commission dans l’élaboration de politiques adaptées à la nouvelle réalité démographique de l’Union mais également au niveau du processus de suivi des évolutions de la population et de la main-d’œuvre européennes en termes de vieillissement. Il servira également de plate-forme entre les États membres afin qu’ils puissent partager leurs expériences et échanger leurs bonnes pratiques, qu’il s’agisse de thèmes comme le vieillissement actif, la politique familiale, les soins pour les personnes dépendantes âgées ou encore l’immigration.

Le groupe est composé de représentants de tous les États membres assistés d’experts indépendants et présidé par Mme Eleonora Hostasch, ancienne ministre autrichienne de l’emploi, de la santé et des affaires sociales.

Rapport de la Commission sur la situation sociale dans l'Union européenne. Vue d'ensemble 2004 [Non publié au Journal officiel].

Communication de la Commission du 3 mars 2004 «Accroître l'emploi des travailleurs âgés et différer la sortie du marché du travail» [COM(2004) 146 final - Non publiée au Journal officiel].

Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social européen et au Comité des régions du 3 juin 2003 sur l'immigration, l'intégration et l'emploi. [COM(2003) 336 final - Non publiée au Journal officiel].

Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social et au Comité des régions du 30 décembre 2003 «Moderniser la protection sociale pour des emplois plus nombreux et de meilleure qualité: une approche globale pour rendre le travail rémunérateur» [COM(2003) 842 final – Non publiée au Journal officiel].

Rapport de la Commission au Conseil, au Parlement européen, Comité Économique et social et au Comité des régions - Rapport demandé par le Conseil européen de Stockholm: «Vers l'accroissement de la participation au marché du travail et la promotion du vieillissement actif» [COM(2002) 9 final - Non publié au Journal officiel].

Dernière modification le: 10.12.2008

Voir aussi

Pour en savoir plus sur le défi démographique au sein de l’UE, veuillez visiter le site de la DG Emploi et affaires sociales.

Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page