RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 5 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Réduction des gaz à effet de serre: feuille de route à l’horizon 2050

La Commission présente les principales étapes qui doivent contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne d’ici à 2050. En effet, la transition rentable et progressive vers une économie à faible intensité de carbone doit se réaliser grâce à l’efficacité énergétique, à l’innovation et à l’accroissement des investissements.

Communication de la commission au parlement européen, au conseil, au comité économique et social européen et au comité des régions du 8 mars 2011 «Feuille de route vers une économie compétitive à faible intensité de carbone à l’horizon 2050» [COM(2011) 112 final – Non publié au journal officiel].

SYNTHÈSE

L’Union européenne (UE) adopte une feuille de route pour la réduction progressive des gaz à effet de serre (GES). En effet, l’UE doit devenir une économie compétitive à faible intensité de carbone.

Ainsi, l’UE s’est engagée à:

  • réduire ses émissions internes de GES de 20 % au minimum à l’horizon 2020;
  • porter à 20 % la part des énergies renouvelables dans son approvisionnement énergétique;
  • atteindre une efficacité énergétique de 20 % d’ici à 2020.

De plus, l’UE doit se préparer à réduire ses émissions internes de GES de 40 % avant 2030, et de 80 % avant 2050. Ces niveaux d’émission sont calculés par rapport aux niveaux de 1990.

Innover pour améliorer l’efficacité énergétique

La présente feuille de route doit s’accompagner de stratégies sectorielles favorisant l’innovation technologique. Ces stratégies sectorielles doivent concerner en particulier:

  • le secteur de l’électricité, afin de le rendre plus sûr, plus compétitif et d’en éliminer les émissions de carbone. L’approvisionnement électrique doit être plus diversifié, notamment en ayant recours à l’énergie photovoltaïque;
  • la mobilité durable, notamment grâce à l’utilisation optimale des réseaux de transports, à l’efficacité énergétique des véhicules, à l’électrification et aux carburants propres, y compris pour l’aviation;
  • le secteur de la construction, en améliorant la performance énergétique des bâtiments afin de parvenir à une réduction des GES de 90 % en 2050 pour ce secteur;
  • l’industrie, y compris les industries à forte consommation d’énergie. En effet, les émissions du secteur pourraient être réduites de 83 à 87 % en 2050 grâce aux innovations en matière d’utilisation des ressources, de recyclage ou de captage de carbone à grande échelle;
  • l’agriculture, pour l’utilisation durable des terres et la réduction des émissions, en particulier grâce à la gestion des sols et des fumiers, à l’utilisation efficace des engrais, à la diversification et à la commercialisation de la production locale, ainsi qu’à l’agriculture extensive.

Investir pour un futur à faible intensité de carbonne

Le développement des sources d’énergie à faible intensité de carbone doit se fonder sur des investissements financiers durables et diversifiés. L’augmentation des capitaux doit permettre de:

  • développer les infrastructures de base, les réseaux et technologies de l’information et de la communication;
  • diversifier les ressources énergétiques internes et réduire la dépendance de l’UE à l’égard des importations de combustible fossile;
  • développer les secteurs créateurs d’emploi et former les travailleurs, notamment dans les secteurs des énergies renouvelables, de la construction et des nouvelles technologies;
  • améliorer la qualité de l’air, en contrôlant et en réduisant progressivement les polluants atmosphériques.

Coopération internationale

Les connaissances scientifiques permettent d’établir qu’une réduction des émissions mondiales de GES de 50 % à l’horizon 2050 peut éviter une augmentation des températures de 2° C.

Ainsi l’UE, dont les émissions de l’UE représentent environ 10 % des GES mondiales, s’engage à intensifier ses relations de coopération bilatérale et multilatérale en faveur de la lutte contre le changement climatique. Son action doit en particulier contribuer à l’innovation, la sécurité énergétique et la compétitivité dans les secteurs clés de croissance et de développement.

Contexte

La présente feuille de route prend en compte les objectifs du plan SET pour le développement des technologies à faible intensité de carbone, et du système d’échange de quotas d’émission de l’UE (SEQE).

Elle est également cohérente avec la stratégie pour les compétences nouvelles et les nouveaux emplois et l’initiative phare pour l’utilisation efficace des ressources de la stratégie Europe 2020.

Dernière modification le: 29.04.2011

Voir aussi

  • Le site Internet de la Commission européenne, Action pour le climat (EN)
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page