RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 5 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Lignes directrices pour les politiques de l’emploi

Les lignes directrices du Conseil orientent la coordination des politiques nationales des États membres de l’Union européenne (UE). Fondées sur les objectifs de la stratégie Europe 2020, les présentes orientations visent à soutenir les réformes pour une croissance durable, axée sur la connaissance et l’innovation.

ACTE

Décision 2010/707/UE du Conseil du 21 octobre 2010 relative aux lignes directrices pour les politiques de l’emploi des États membres [Voir acte(s) modificatif(s)].

SYNTHÈSE

Les États membres de l’Union européenne (UE) tiennent compte des lignes directrices pour les politiques de l’emploi lors de l’élaboration de leurs politiques. Ils traduisent ainsi les présentes recommandations en objectifs nationaux.

Les lignes directrices pour les politiques de l’emploi sont associées aux grandes orientations des politiques économiques; ensembles elles forment les lignes directrices intégrées de la stratégie Europe 2020.

Accroître la participation au marché du travail

L’UE se fixe pour objectif de relever à 75 % le taux d’emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans d’ici à 2020. Pour satisfaire à cet objectif, les États membres doivent encourager la participation au marché du travail des jeunes, des travailleurs âgés, des travailleurs faiblement qualifiés et des migrants en situation régulière.

À cette fin, les politiques nationales doivent notamment promouvoir les principes de flexicurité, de mobilité des travailleurs, de conciliation entre vie professionnelle et vie de famille.

Les États membres doivent prévoir des mesures précoces pour l’insertion des jeunes et des groupes vulnérables sur le marché du travail. Les mesures nationales doivent aussi permettre de rendre l’emploi plus attrayant, notamment pour les personnes faiblement qualifiées, tout en assurant un coût de la main-d’œuvre compatible avec la stabilité des prix et l’évolution de la productivité.

Enfin, les États membres doivent promouvoir l’emploi indépendant et l’entreprenariat. Ils doivent favoriser la création d’emploi, y compris dans le secteur des soins et des emplois verts.

Développer une main-d’œuvre qualifiée

Le développement de nouvelles compétences, correspondantes aux besoins du marché du travail, doit permettre d’accroître la productivité et l’employabilité des travailleurs. De plus, les États membres doivent accroître la capacité des systèmes d’éducation et de formation et favoriser leur adaptation aux évolutions de la société vers une économie à faible émission de carbone, efficace dans l’utilisation des ressources.

Dans cette perspective, les mesures prises doivent assurer la qualité de l’enseignement initial et les possibilités de formation tout au long de la vie. Les formations doivent être ouvertes aux travailleurs, qu’ils soient faiblement ou hautement qualifiés, et être organisées en coopération avec les partenaires sociaux et les entreprises.

Les États membres doivent également encourager la mobilité professionnelle dans l’UE, notamment par l’établissement de systèmes de reconnaissance des compétences acquises.

Améliorer les systèmes d’éducation et de formation

À l’horizon 2020, les taux d’abandon scolaire doivent être ramenés à moins de 10 % et au moins 40 % des personnes âgées de 30 à 34 ans devraient avoir achevé un cycle d’études supérieures.

Cet objectif implique d’investir dans la qualité des formations et des systèmes éducatifs, en adaptant les enseignements aux évolutions de la société et en privilégiant l’employabilité. Les États membres doivent également privilégier la formation tout au long de la vie, y compris à travers l’apprentissage non formel.

Ils doivent, par ailleurs, encourager la mobilité internationale des enseignants et des élèves, le développement de cadres de certification qui favorisent les parcours de formation flexibles, et les partenariats avec les entreprises.

Lutter contre l’exclusion sociale

La stratégie Europe 2020 promeut l’inclusion sociale et la lutte contre la pauvreté, afin que 20 millions de personnes au moins cessent d’être confrontées au risque de pauvreté et d’exclusion au cours des 10 prochaines années.

Ainsi, les États membres doivent porter une attention particulière à l’emploi des personnes les plus éloignées du marché du travail. Les mesures prises doivent favoriser l’autonomie des personnes, mais aussi permettre de lutter contre la pauvreté des travailleurs.

Les politiques nationales doivent permettre de garantir l’accès à des services abordables, durables et de qualité, y compris dans le domaine social. De plus, elles doivent assurer la modernisation et la viabilité des systèmes de protection sociale et de retraite.

Enfin, les États membres soutiennent l’économie sociale et l’innovation sociale. Ils encouragent l’égalité des chances et la lutte contre les discriminations.

RÉFÉRENCES

Acte Entrée en vigueur Délai de transposition dans les États membres Journal officiel

Décision 2010/707/UE

21.10.2010

-

JO L 308 du 24.11.2010

Acte(s) lié(s) Entrée en vigueur Délai de transposition dans les États membres Journal officiel

Décision 2011/308/UE

19.5.2011

-

JO L 138 du 25.5.2011

Dernière modification le: 04.07.2011
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page