RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 15 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Protection des travailleurs salariés en cas d'insolvabilité de l'employeur

La directive vise à garantir le versement des salaires des travailleurs si leur employeur se trouve en situation d'insolvabilité. En effet, elle oblige les États membres de l’Union européenne (UE) à mettre en place des institutions de garantie, et fixe les modalités pour les cas d'insolvabilité des employeurs transfrontaliers.

ACTE

Directive 2008/94/CE du Parlement européen et du Conseil du 22 octobre 2008 relative à la protection des travailleurs salariés en cas d’insolvabilité de l’employeur (Texte présentant de l’intérêt pour l’EEE).

SYNTHÈSE

La directive protège les travailleurs salariés qui ont une créance pour rémunérations impayées, vis-à-vis d’un employeur qui se trouve en état d'insolvabilité.

L’état d’insolvabilité fait suite à une demande de procédure judiciaire qui entraîne le dessaisissement partiel ou total de l’employeur et la désignation d’un syndic, dans le cas où l’autorité judiciaire compétente a:

  • décidé l’ouverture de la procédure; ou
  • constaté la fermeture définitive de l’entreprise ou de l’établissement de l’employeur, ainsi que l’insuffisance de l’actif financier disponible.

Les États membres de l’Union européenne (UE) peuvent, à titre exceptionnel, exclure les créances de certaines catégories de travailleurs, si d’autres formes de garanties leur assurent une protection équivalente. Les États membres peuvent exclure de la protection de la directive les gens de maison occupés par une personne physique et les pêcheurs rémunérés à la part.

Toutefois, en dehors de ces exceptions, tous les travailleurs peuvent bénéficier de la présente directive, quelle que soit la durée du contrat de travail ou de la relation de travail. Ainsi, elle s’applique aux travailleurs à temps partiel, aux contrats à durée déterminée et aux contrats intérimaires.

Institutions de garantie

Les États membres mettent en place des institutions de garantie qui assurent le paiement des créances des travailleurs, et le cas échéant des dédommagements pour cessation de la relation de travail. Ils peuvent fixer des plafonds aux paiements versés par l’institution, qui doivent être suffisamment élevés pour contribuer à l’objectif social de la directive.

La période minimale de rémunération par l’institution de garantie, se calcule en fonction:

  • d’une période de référence minimale de six mois, donnant lieu au paiement des créances pendant au moins trois mois;
  • d’une période de référence d'au moins dix-huit mois, donnant lieu au paiement des créances pendant au moins huit semaines. Dans ce cas, les périodes les plus favorables au travailleur sont retenues pour le calcul.

Les employeurs contribuent au financement de ces institutions, sauf si le financement est entièrement assuré par les autorités publiques.

Sécurité sociale

Les États membres peuvent prévoir que la garantie de paiement ne s'applique pas aux cotisations:

  • de sécurité sociale;
  • des régimes complémentaires de prévoyance professionnels ou interprofessionnels, existants en dehors des régimes légaux de sécurité sociale.

De plus, si l’employeur n’a pas payé les cotisations obligatoires de sécurité sociale mais qu’elles ont été retenues sur les salaires versés, les travailleurs bénéficient pleinement de leurs droits auprès des institutions d’assurance.

Les intérêts des travailleurs salariés sont protégés concernant les prestations de vieillesse, y compris concernant les prestations de survivant au titre des régimes complémentaires de prévoyance. Cette protection s’applique également aux travailleurs qui ont quitté l’entreprise avant la survenance de l’insolvabilité.

Situations transnationales

Si l’activité de l’employeur insolvable était exercée sur les territoires d'au moins deux États membres, l’autorité compétente pour le paiement des créances est celle du pays où le travailleur exerçait habituellement son travail.

De même, l’étendue des droits des travailleurs auprès des institutions de garantie est déterminée par le droit national qui s’applique à l’institution de garantie.

RÉFÉRENCES

ActeEntrée en vigueurDélai de transposition dans les États membresJournal officiel
Directive 2008/94/CE

17.11.2008

17.11.2008

JO L 283 du 28.10.2008

ACTES LIÉS

Rapport de la Commission au Parlement européen et au Conseil du 28 février 2011 sur la mise en œuvre et l’application de certaines dispositions de la directive 2008/94/CE relative à la protection des travailleurs salariés en cas d’insolvabilité de l’employeur [COM(2011) 84 final – Non publié au Journal officiel].
Le dispositif de protection des salariés instauré par la directive 2008/94/CE a prouvé son efficacité et son utilité. En effet, 3,4 millions de travailleurs ont pu bénéficier de l’intervention des institutions de garantie au cours de la période allant de 2008 à 2011, en particulier dans le contexte de crise économique mondiale.

Dernière modification le: 06.05.2011
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page