RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 4 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Livre vert «Face aux changements démographiques, une nouvelle solidarité entre générations»

La Commission publie un livre vert sur les changements démographiques et expose les défis auxquels l'Union européenne doit faire face: la baisse de la population, une faible natalité persistante et l'allongement continu de la durée de vie.

ACTE

Communication de la Commission. Livre vert «Face aux changements démographiques, une nouvelle solidarité entre générations» [COM(2005) 94 final - Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

Le présent livre vert de la Commission expose les différents défis auxquels l'UE doit faire face pour renverser la tendance au déclin démographique et le faible accroissement naturel. Il estime que pour relever ce défi, il est urgent de mettre en œuvre de façon résolue l' agenda de Lisbonne, en mettant l'accent sur des politiques visant une plus forte participation à l'emploi, à l'innovation et à la hausse de la productivité. Il est aussi urgent de mettre en place des politiques favorisant les naissances, et d'aborder de manière équilibrée la question du recours à l'immigration.

Le livre vert souligne aussi qu'il est nécessaire de poursuivre la modernisation des systèmes de protection sociale, notamment de retraite, afin d'en assurer la viabilité financière et sociale, et de leur permettre ainsi de gérer les effets du vieillissement.

Les causes des changements démographiques

Les changements démographiques de l'UE sont le fruit de trois tendances de fond:

  • l'allongement continu de la durée de vie, fruit du progrès de la santé et de la qualité de vie des Européens;
  • l'accroissement des effectifs des générations âgées de plus de 60 ans, qui se fera sentir jusque vers 2030, lorsque les enfants du « baby -boom » deviendront des «seniors»;
  • la faible natalité persistante, expliquée par plusieurs facteurs, notamment les difficultés d'insertion professionnelle, la pénurie et le coût des logements, le recul de l'âge des parents à la première naissance et des choix différents en matière d'études, de vie professionnelle et de vie familiale.

La société connaît aussi d'importants changements de structure: les structures familiales évoluent; il y a davantage de « travailleurs vieillissants » (55-64 ans), de seniors (65-79 ans) et de personnes très âgées. En plus, les transitions entre les différents âges de la vie sont devenues plus complexes, en particulier pour les jeunes, qui franchissent plus tard certaines étapes de la vie (fin des études, accès à l'emploi, premier enfant).

Les défis de la démographie européenne

Les politiques publiques doivent donc prendre en compte les changements démographiques dans l'ensemble des politiques concernées. Il faudra non seulement atteindre, mais aussi dépasser l'objectif de la stratégie de Lisbonne: un taux d'emploi de 70% pour compenser la baisse attendue de la population d'âge actif.

Dans ce contexte, une natalité faible est un défi pour les autorités publiques. Les Européens ont une fécondité qui n'assure plus le renouvellement des générations à cause des contraintes qui pèsent sur les choix privés: accès tardif ou instable à l'emploi, logement coûteux, manque de dispositifs incitatifs.

L'immigration extra-européenne pourrait contribuer à compenser la baisse de la population d'ici 2025, bien qu'elle ne puisse à elle seule résoudre tous les problèmes posés par le vieillissement ou se substituer aux réformes économiques. Cela impose d'assurer une gestion efficace et transparente de l'admission des ressortissants d'États tiers et de mettre en place des politiques proactives d'intégration et d'égalité des chances.

Les changements démographiques sont aussi en train de façonner une nouvelle société : de moins en moins de jeunes et d'adultes, de plus en plus de « travailleurs vieillissants », et de personnes très âgées. De nouvelles solidarités doivent être développées entre les générations, faites de soutien mutuel et de transfert de compétences et d'expériences.

L'UE doit prendre conscience que sa jeunesse devient une ressource rare qui rencontre des difficultés d'intégration, notamment le taux de chômage, le « risque de pauvreté » (c'est-à-dire un revenu inférieur à 60% du revenu médian après transferts) ou les discriminations liées à l'âge ou au manque d'expérience professionnelle.

L'anticipation des restructurations telles qu'une meilleure qualité des emplois, de l'environnement de travail ou de l'état de santé des travailleurs contribuera à mieux gérer le cycle de vie active. Il faudra aussi développer les incitations pour faire évoluer les comportements et mener une lutte contre les discriminations.

En ce qui concerne les « seniors », ils verront leur nombre s'accroître fortement après 2010, et jusqu'en 2030 environ (+37,4%). Ils seront aussi plus actifs, parce qu'en meilleure santé, et plus aisés, parce qu'ils auront constitué des pensions complètes et disposeront d'une épargne plus élevée. Ils pourront souhaiter participer à la vie sociale (leur rôle est déjà considérable dans le secteur associatif). Ils pourront aussi souhaiter poursuivre une activité professionnelle, ou combiner emploi à temps partiel et retraite, ce qui se développe aux États-Unis.

Grâce aussi aux gains constants d'espérance de vie, le nombre de personnes très âgées croîtra fortement. Les familles ne pourront résoudre seules la question de la prise en charge de ces personnes et il faudra une prise en charge adaptée qui est aujourd'hui assurée par les familles, surtout par les femmes. Les familles devront donc être soutenues davantage qu'aujourd'hui. C'est le rôle des services sociaux et des réseaux de solidarité et de soins au sein des communautés locales.

Le rôle de l'UE face aux changements démographiques

Face aux changements démographiques, le livre vert estime que l'UE devrait poursuivre trois priorités essentielles:

  • retrouver le chemin de la croissance démographique. Grâce á une mise en œuvre résolue de l'agenda de Lisbonne (modernisation des systèmes de protection sociale, augmentation du taux d'emploi des femmes et des travailleurs vieillissants), des mesures novatrices de soutien à la natalité et un recours maîtrisé à l'immigration, l'Europe peut créer de nouvelles opportunités de création de richesse;
  • veiller à un équilibre entre les générations dans le partage du temps tout au long de la vie, dans la répartition des fruits de la croissance, et dans celle des besoins de financement liés aux pensions et à la santé;
  • inventer des transitions nouvelles entre les âges: un nombre croissant de « jeunes retraités » est désireux de participer à la vie sociale et économique, le temps des études s'allonge, et les « jeunes actifs » ont envie de temps pour leurs enfants. Ces évolutions changent les frontières et les transitions entre activité et inactivité.

Dans le but d'aborder toutes ces questions, la Commission organisera une conférence rassemblant tous les acteurs concernés les 11 et 12 juillet 2005. Cette conférence permettra de rassembler les meilleures pratiques des États membres et d'autres acteurs.

La consultation publique est ouverte jusqu'au 1er septembre 2005. Le questionnaire est disponible à l'adresse suivante: http://europa.eu.int/yourvoice/consultations/index_fr.htm 

ACTES LIÉS

Rapport de la Commission (2004). La situation sociale dans l'Union européenne [Non publié au journal officiel].

 
Dernière modification le: 04.03.2008
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page