RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 15 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Emploi des jeunes: perspectives

Actuellement, plus de cinq millions de jeunes sont au chômage dans l’Union européenne (UE), ce qui signifie qu’un jeune disponible pour le marché du travail sur cinq se retrouve dans l’incapacité de trouver un emploi. La présente communication propose plusieurs pistes afin d’offrir aux jeunes des formations adéquates qui leur permettent d’envisager de meilleures perspectives professionnelles.

ACTE

Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen, et au Comité des régions du 20 décembre 2011 intitulée «Initiative sur les perspectives d’emploi des jeunes» [COM(2011) 933 final - Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

La présente communication expose la situation actuelle de l’emploi des jeunes au sein de l’Union européenne (UE) et propose des solutions afin de lutter contre le chômage élevé dans cette catégorie d’âge.

Situation actuelle de l’emploi des jeunes

Les jeunes peinent de plus en plus à trouver un emploi dans un contexte de montée du chômage. Dans certains pays de l’UE, le taux de chômage des jeunes peut atteindre 40 %. La présente communication relève un nombre total de 7,5 millions de personnes âgées de 15 à 24 ans sans emplois et ne suivant pas d’études ou de formation.

Bien que le chômage soit élevé, un grand nombre de postes demeure vacant. Cette situation atteste d’une inadéquation du marché du travail dans l’UE. D’ici à 2020, 73 millions de postes seront libres en raison d’un nombre considérable de départs à la retraite, et devront être occupés par des jeunes disposant des compétences nécessaires.

La Commission européenne a ainsi identifié plusieurs facteurs du chômage des jeunes:

  • la sortie prématurée du système scolaire sans qualification;
  • le manque de compétences appropriées et d’expérience professionnelle;
  • l’emploi précaire suivi par des périodes de chômage;
  • les possibilités de formation limitées;
  • des programmes actifs du marché du travail insuffisants/inappropriés.

Face à ce problème, la Commission propose d’examiner les politiques nationales et leurs performances. Elle envisage également d’apporter un soutien financier à l’action nationale et transfrontalière.

Objectifs pour favoriser l’emploi des jeunes

Pour l’année 2012, la Commission encourage les États membres à se concentrer sur les objectifs suivants:

  • Prévenir le décrochage scolaire: la stratégie 2020 vise à faire passer le décrochage scolaire de 14 % à 10 %. Un des outils proposés pour atteindre cet objectif est la recommandation du Conseil du 28 juin 2011 concernant les politiques de réduction de l’abandon scolaire. Celle-ci préconise des mesures qui combinent prévention, intervention et compensation.
  • Développer les compétences dont le marché du travail a besoin: les jeunes doivent acquérir les compétences requises par le monde du travail dans le cadre de leurs études. En matière de budget, les États membres sont invités à programmer des dépenses efficaces dans le domaine de l’éducation et de la formation professionnelle. La stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois propose notamment une classification des compétences et des métiers pour rapprocher le monde des études et du travail. Par ailleurs, la stratégie numérique devrait permettre de renforcer les compétences des jeunes en matière de technologies de l’information (TIC).
  • Soutenir la première expérience professionnelle et la formation «sur le tas»: la Commission estime nécessaire de développer les contrats d’apprentissage, les stages de bonne qualité en entreprise, afin de permettre aux jeunes d’acquérir des compétences et de l’expérience. Les partenaires sociaux doivent aider les jeunes à mieux cibler leurs compétences dans le cadre de leurs recherches d’emplois.
  • Décrocher un premier emploi: la Commission souhaite améliorer l’accès des jeunes au marché du travail. Pour ce faire, les États membres sont invités à réformer la législation sur la protection de l’emploi, et ce, en consultation avec les partenaires sociaux. De plus, la Commission souhaite encourager le travail indépendant des jeunes afin qu’ils créent leurs propres entreprises.

Actions à entreprendre pour une jeunesse active

Afin d’améliorer l’accès à l’emploi des jeunes, la Commission suggère plusieurs pistes d’actions.

  • Utilisation du Fonds social européen: une partie des fonds structurels (Fonds européen de développement régional (FEDER) et Fonds social européen (FSE)) représentant 79 milliards d’euros doit être allouée à l’éducation et aux mesures en faveur de l’emploi. Il convient cependant d’élaborer de nouvelles approches afin de soutenir la participation des jeunes aux programmes de stages et d’apprentissage.
  • Améliorer la transition entre école et monde du travail: il est crucial d’améliorer la liaison entre l’enseignement et la formation professionnelle, et ce, grâce à la formation en alternance ou à l’apprentissage. Des projets existent déjà grâce au programme Leonardo da Vinci, mais la présente communication précise que les entreprises doivent faire preuve de plus de volonté d’engagement dans ce domaine. La Commission prévoit en 2012 de présenter un cadre visant à encourager l’offre et l’utilisation de stages de qualité, ainsi qu’une action préparatoire pour les «mesures d’activation ciblant les jeunes».
  • Soutien de la mobilité des jeunes sur le marché du travail: la Commission souhaite s’inspirer du succès du programme Erasmus pour encourager davantage la mobilité et l’efficacité sur le marché du travail. Pour ce faire, il existe déjà une action préparatoire «Ton premier emploi EURES» qui vise à soutenir les jeunes et employeurs à travers les recrutements et les placements transnationaux. La Commission vise également à renforcer le service volontaire européen pendant les deux dernières années du programme Jeunesse en action. Un nouveau corps de volontaires européens d’aide humanitaire devrait être mis en place.
Dernière modification le: 22.02.2012
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page