RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 15 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Livre blanc sur la jeunesse

L’objectif principal de cette communication est de proposer un cadre renouvelé de coopération entre les différents acteurs du domaine de la jeunesse afin d’améliorer l’implication des jeunes dans les décisions qui les concernent.

ACTE

Livre blanc de la Commission du 21 novembre 2001 - «Un nouvel élan pour la jeunesse européenne» [COM(2001) 681 final - Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

Ces dernières années, l’Europe a connu une évolution économique et socioculturelle qui a fortement touché la jeunesse européenne. Espérant répondre aux attentes des jeunes en leur donnant les moyens d’exprimer leurs idées et de mieux s’investir dans nos sociétés, la Commission a adopté ce livre blanc après de vastes consultations des parties prenantes concernées, y compris les jeunes, aux niveaux national et européen.

Le livre blanc sur la jeunesse entend également réagir à la profonde désaffection des jeunes pour les formes traditionnelles de participation à la vie publique et appelle à une implication citoyenne active des jeunes européens, et ce dans la lignée tracée par le livre blanc sur la gouvernance.

Afin d’aider les pays et les régions de l’Union européenne (UE) à mettre en œuvre des actions pour la jeunesse européenne, le livre blanc propose un cadre renouvelé de coopération. Ce cadre comporte deux volets: le renforcement de la coopération entre pays de l’UE et une meilleure prise en compte de la dimension jeunesse dans les politiques sectorielles.

Renforcer la coopération entre les pays de l’UE

La «méthode ouverte de coordination» encourage la coopération entre pays de l’UE et permet de tirer profit des bonnes pratiques développées dans toute l’Europe. Elle consiste à définir des lignes directrices pour l’Union, assorties de calendriers pour réaliser des objectifs à court, moyen et long terme fixés par les pays de l’UE. Elle prévoit également des mécanismes de suivi. À ce propos, le livre blanc propose la nomination d’un coordinateur national comme interlocuteur de la Commission pour les questions relatives à la jeunesse.

Les champs d’intervention prioritaires de cette méthode de travail portent sur:

  • un renouvellement des formes de participation des jeunes à la vie publique. La Commission propose la généralisation des conseils régionaux et nationaux de jeunesse ainsi que la refonte du Forum européen de la Jeunesse afin d’en améliorer la représentativité. En 2003 et 2004, la Commission lancera aussi des projets pilotes visant à encourager la participation des jeunes;
  • une amélioration de l’information sur les questions européennes. Dans ce but, la Commission propose la mise en œuvre d’un portail Internet et d’un forum électroniques permettant aux jeunes de se renseigner et de donner leur opinion;
  • une promotion du volontariat. En tant qu’expérience éducative et facteur d’intégration des jeunes dans la société, le volontariat joue un rôle important tant au niveau européen dans le cadre du Service volontaire européen (le SVE est repris par le programme Jeunesse en action) qu’aux niveaux national (pour lequel les pays de l’UE sont appelés à faire plus d’efforts pour éliminer les dernières entraves à la mobilité), régional et local;
  • une amélioration de la connaissance des questions liées à la jeunesse. Cela passe, entre autres, par la mise en réseau des structures et travaux de recherche existant à l’échelle continentale.

Intégrer la dimension jeunesse dans les politiques sectorielles

Le livre blanc appelle à une meilleure prise en compte des besoins des jeunes dans les politiques de l’UE et nationales. Les politiques particulièrement concernées sont l’emploi et l’intégration sociale, la lutte contre le racisme et la xénophobie, l’éducation et la formation tout au long de la vie et la mobilité. La question complexe de l’autonomie des jeunes fait également partie du programme de travail à venir.

Contexte

Sur la base de l’article 149 du traité instituant la Communauté européenne (actuel article 165 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne), diverses actions de l’Union concernant les jeunes ont été développées au cours des dernières années. Ces actions visaient l’éducation, mais aussi l’emploi, la formation professionnelle et les technologies de l’information. Une coopération entre pays de l’UE, autour des questions de mobilité et d’échanges de jeunes, a également été amorcée.

L’ensemble de ces actions spécifiques a reçu le soutien constant du Parlement européen et du Conseil des ministres, que ce soit lors de l’adoption des programmes ou sous forme de résolutions portant, entre autres, sur la participation des jeunes ou sur leur intégration sociale et, plus tard, sur le sens de l’initiative chez les jeunes. Quant au Comité des régions et au Comité économique et social, ils émettent régulièrement des avis positifs et encourageants sur différents aspects relatifs à la jeunesse. Toutefois, ce socle d’informations restait à valoriser, et l’embryon de coopération ainsi formé devait être étoffé au profit et avec la jeunesse elle-même.

ACTES LIÉS

Communication de la Commission au Conseil du 22 octobre 2004 - Suivi du livre blanc «Un nouvel élan pour la jeunesse européenne»: bilan des actions menées dans le cadre de la coopération européenne dans le domaine de la jeunesse [COM(2004) 694 final - Non publiée au Journal officiel].
La Commission dresse le bilan de l’action menée depuis la publication du livre blanc, tant au regard du mandat qui lui a été confié par le Conseil, qu’à celui des engagements pris auprès de tous les acteurs de ce processus. L’ensemble des engagements qui ont fait suite au livre blanc de la Commission ont été tenus et une large mobilisation des jeunes, des organisations de jeunesse, des pouvoirs publics, des ministres et des institutions européennes a été réalisée.
Pour éviter une démobilisation après le nouvel élan suscité par le livre blanc, la Commission estime que le Conseil devrait tenir compte des aspects suivants:

  • une réflexion est nécessaire sur les priorités du cadre de coopération européenne;
  • l’équilibre entre flexibilité et efficacité de la méthode ouverte de coordination (MOC) doit être réévalué;
  • la MOC doit conduire à une action efficace au niveau national, afin d’assurer le soutien et l’engagement des jeunes à ce processus;
  • la consultation des jeunes doit être régulière, structurée et effective tant au niveau national qu’au niveau européen.
Dernière modification le: 13.04.2011
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page