RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 9 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Enseignement et formation dans le domaine de l’énergie nucléaire

L’énergie nucléaire fait actuellement l’objet d’un débat sur la scène européenne et internationale, à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima en mars 2011. Il est apparu indispensable de disposer d’un personnel expérimenté qui puisse utiliser l’énergie nucléaire de manière responsable, et qui puisse s’occuper de la gestion des déchets nucléaires et du démantèlement des centrales. La présente communication propose donc plusieurs pistes de formation de nature à renforcer les compétences du personnel de ce secteur, et faire en sorte que de tels accidents nucléaires comme celui de Fukushima ne se reproduisent plus.

ACTE

Communication de la Commission au Parlement européen et Conseil du 16 septembre 2011 intitulée «Premier rapport sur la situation en matière d’enseignement et de formation dans le domaine de l’énergie nucléaire dans l’Union européenne» [COM(2011) 563 final – Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

La présente communication fait état de la situation actuelle relative à la formation du personnel du secteur nucléaire. Elle propose plusieurs pistes afin que l’Union européenne (UE) dispose d’un personnel bien formé et en nombre suffisant pour utiliser l’énergie nucléaire de manière responsable.

Situation actuelle des ressources humaines du secteur nucléaire

En 2008, la Commission européenne a lancé et publié une étude intitulée «Sûreté nucléaire dans un contexte de perte de compétences dans le nucléaire» (EN) dont le but était d’analyser la disponibilité du personnel de sécurité nucléaire. Cette étude a révélé une situation préoccupante pour la période allant jusqu’en 2020, qui peut s’expliquer par les faits suivants:

  • le nombre d’étudiants et de diplômés possédant une formation solide en sciences nucléaires est insuffisant;
  • le secteur nucléaire n’attire pas les diplômés universitaires;
  • la formation continue du personnel du secteur nucléaire n’est pas assurée.

L’étude a fait apparaître la nécessité:

  • d’une analyse régulière de l’offre et de la demande dans l’UE des besoins quantitatifs et qualitatifs de nouveau personnel;
  • d’un suivi permanent des problèmes recensés.

Initiatives proposées

Il apparaît nécessaire pour la Commission d’améliorer la formation universitaire en sciences et techniques nucléaires. L’association du réseau européen de formation nucléaire (ENEN) créée en 2003 a un rôle à jouer. Elle est composée de 60 universités et s’emploie à assurer la libre circulation des connaissances dans le domaine nucléaire.

La Commission souhaite également mettre en place des mesures d’incitation pour les diplômés à accepter un emploi dans le secteur nucléaire. En janvier 2010, la «European Nuclear Energy Leadership Academy (ENELA) (EN)» a été créée par les entreprises européennes suivantes:

Le but de l’ENELA est de proposer aux jeunes diplômés du secteur scientifique, ou aux cadres possédant de l’expérience, les connaissances et les compétences nécessaires pour devenir de futurs dirigeants dans le domaine de l’énergie nucléaire.

Il est également crucial de développer des formations post-universitaires et professionnelles, ainsi que d’améliorer les compétences et la mobilité. La présente communication relève trois types d’initiatives qui visent à atteindre cet objectif:

  • Initiatives de l’UE: la Commission souhaite créer des «passeports européens de compétences» pour intégrer les exigences de la mobilité et de la formation tout au long de la vie. Il conviendrait également d’utiliser pour le nucléaire le système européen d’accumulation et de transfert d’unités de cours capitalisables pour l’enseignement et la formation professionnels (ECVET), les programmes de formation Euratom ou l’ENEN. L’instrument de coopération avec les pays tiers en matière de sûreté nucléaire (ICSN) peut aussi aider à améliorer les connaissances et les capacités techniques des pays tiers, de même que la plate-forme technologique pour l’énergie nucléaire durable (SNE-TP) (EN).
  • Initiatives internationales: L’ENEN est amené à participer à la «World Nuclear University» (WNU) (EN) dont le but est d’améliorer l’enseignement et l’encadrement de la science et de la technologie nucléaire. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) (EN) est par ailleurs fort active en ce qui concerne la dissémination d’information dans le domaine nucléaire. Celle-ci soutient l’École internationale de droit nucléaire, créée en 2001 par l’OCDE/AEN (EN), qui offre un cours intensif en droit nucléaire international.
  • Initiatives nationales: certains États membres (Belgique, Danemark, France ou Roumanie notamment) ont mis en place des réseaux nationaux de formation dans le domaine nucléaire, ainsi que des programmes post-universitaires.

Depuis 2009, l’Observatoire européen des ressources humaines dans le secteur de l’énergie nucléaire (EHRO-N) assure le suivi de la situation et fournit des données relatives aux ressources humaines.

Dernière modification le: 02.12.2011

Voir aussi

  • Direction générale de l’énergie – Énergie nucléaire (EN)
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page