RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 5 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Donner un nouvel élan à la coopération en matière d’enseignement et de formation professionnels

Cette communication vise à relancer la coopération européenne dans le domaine de l’enseignement et de la formation professionnels (EFP). En réponse à la stratégie Europe 2020, elle contribue à la modernisation de l’EFP pour le rendre plus attractif.

ACTE

Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions du 9 juin 2010 – Donner un nouvel élan à la coopération européenne en matière d’enseignement et de formation professionnels pour appuyer la stratégie Europe 2020 [COM(2010) 296 final – Non publiée au Journal officiel].

SYNTHÈSE

Cette communication, qui se fonde sur la stratégie Europe 2020 et sur le cadre stratégique Éducation et formation 2020, tout en y contribuant, propose une nouvelle approche de l’enseignement et de la formation à distance (EFP) au sein de l’Union européenne (UE). Elle aborde les grands thèmes du processus de Copenhague, sur la base des objectifs stratégiques dans le domaine de l’enseignement et de la formation pour 2020.

Concrétiser l’enseignement et la formation tout au long de la vie et la mobilité

Il convient d’améliorer l’accès à tous les niveaux de formation, ce qui peut nécessiter une modification importante de l’organisation de l’EFP. Il est essentiel d’assouplir les modalités d’obtention et d’évaluation de l’acquis d’apprentissage et de conversion de cet acquis en qualifications. Cela implique d’accorder une place plus grande aux employeurs, aux prestataires classiques de formation initiale et aux établissements d’enseignement supérieur, d’une part, et d’améliorer l’offre d’enseignement et de formation professionnels continus (EFPC), d’autre part. La validation des acquis non formels et informels passe par une approche des qualifications professionnelles qui repose l’acquis, conformément au cadre européen des certifications et au système européen de crédits d’apprentissage pour l’enseignement et la formation professionnels (ECVET). En parallèle, il convient de garantir des passerelles ouvertes entre l’EFP et l’enseignement supérieur et de développer des programmes d’EFP de niveau supérieur. Il convient également d’offrir des services de conseil et d’orientation pour faciliter la transition de la formation à la vie active et d’un emploi à un autre.

La mobilité transnationale doit se généraliser dans le domaine de l’EFP, en particulier dans le domaine de l’enseignement et de la formation initiaux (EFPI), tant pour les apprenants que pour les enseignants et les formateurs. Il est également essentiel de veiller à la reconnaissance des périodes de mobilité dans le cadre du système ECVET. Des structures d’appui appropriées devraient être instaurées pour faciliter les stages de formation et la mobilité virtuelle (apprentissage électronique) devrait être utilisée pour compléter la mobilité physique.

Améliorer la qualité et l’efficacité de l’enseignement et de la formation

L’attrait de l’EFP dépend de sa qualité et de son efficacité, du niveau des enseignants et des formateurs, de son adaptation aux besoins du marché du travail et des passerelles qu’il propose vers des formations complémentaires. Pour améliorer la qualité et l’efficacité de l’EFP, il convient de:

  • mettre en œuvre des systèmes d’assurance de la qualité au niveau national, conformément au cadre européen de référence pour l’assurance de la qualité dans l’enseignement et la formation professionnels;
  • revoir le perfectionnement continu des aptitudes et compétences des enseignants et des formateurs en fonction de l’évolution de leur rôle;
  • renforcer l’acquisition des compétences clés et des compétences professionnelles requises par le marché du travail, en particulier par différentes possibilités d’apprentissage par le travail;
  • élaborer des outils prévisionnels qui fassent correspondre les compétences aux emplois demandés et nouer des partenariats avec les parties prenantes concernées pour renforcer l’adaptation des compétences aux besoins du marché du travail.

Promouvoir l’égalité des chances, la cohésion sociale et la citoyenneté active

Les systèmes d’EFP jouent un rôle important dans la lutte contre l’exclusion sociale et dans la promotion de la croissance inclusive. Les apprenants défavorisés pourraient tirer davantage profit d’un apprentissage par le travail en entreprise en fonction des demandes du marché du travail local. Intégrée dans un programme d’EFP classique, la formation non seulement devrait être souple et modulable, mais aussi proposer des parcours d’apprentissage personnalisés. Faciliter la transition de l’EFP vers l’enseignement supérieur permettrait de favoriser les possibilités d’ascension sociale. En parallèle, des services d’orientation accessibles et ciblés devraient être prévus. Il importe également d’assurer le suivi régulier du taux d’emploi des apprenants de l’EFP, en particulier des apprenants défavorisés.

Renforcer la créativité, l’innovation et l’esprit d’entreprise

Il conviendrait d’établir un cadre d’EFP propice à la créativité et à l’innovation, qui encourage la prise de risques et l’expérimentation, et de privilégier l’apprentissage par l’expérience et l’apprentissage actif, notamment par des programmes en ligne, pour assurer la souplesse et l’accessibilité de la formation. L’enseignement de l’entrepreneuriat devrait également être encouragé pour insuffler non seulement un sens de l’initiative et de la créativité, mais aussi la capacité à concrétiser des idées. Ce domaine devrait également faire partie du cadre de compétences des enseignants et des formateurs de l’EFP.

Une dimension internationale

La politique de l’UE dans le domaine de l’EFP devrait faire l’objet d’un dialogue plus poussé et d’un apprentissage mutuel avec la communauté internationale. Avec le concours de la Fondation européenne pour la formation (ETF), une coopération structurée dans le domaine de l’EFP devrait être consolidée avec les pays voisins et les pays de l’élargissement, en vue d’améliorer:

  • la collaboration transnationale;
  • le développement régional;
  • la gestion de la mobilité légale;
  • la lutte contre l’immigration clandestine.

En particulier, la coopération dans le domaine de la recherche et l’élaboration de stratégies sur la base d’éléments factuels devraient être renforcées avec l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) et l’Organisation internationale du travail (OIT).

La voie à suivre

À la fin de l’année 2010, la coopération dans le domaine de l’enseignement et de la formation professionnels devrait être relancée en étroite collaboration avec les parties concernées des pays de l’UE et de la Commission. Il convient d’élaborer une stratégie de modernisation ambitieuse de l’EFP assortie de priorités pour les dix prochaines années, notamment des objectifs à court terme sujets à révision. Les programmes nationaux dans le cadre de la stratégie Europe 2020 devraient mettre en œuvre cette réforme de l’EFP.

Dernière modification le: 03.09.2010

Voir aussi

  • Site de la DG Éducation et culture de la Commission européenne consacré à l’EFP
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page