RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 5 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Coopération en matière d’enseignement et de formation professionnels (EFP)

Ces conclusions encouragent les États membres et la Commission à renforcer la coopération européenne dans le domaine de l’enseignement et de la formation professionnels (EFP) en adoptant des mesures dans les quatre domaines prioritaires suivants: mise en œuvre d’outils communs, promotion de la qualité et de l’attrait de l’EFP, renforcement des liens avec le marché du travail et renforcement des modalités de la coopération européenne.

ACTE

Conclusions du 24 janvier 2009 du Conseil et des représentants des gouvernements des États membres, réunis au sein du Conseil, sur les priorités futures de la coopération européenne renforcée en matière d’enseignement et de formation professionnels (EFP) [Journal officiel C 18 du 24.1.2009].

SYNTHÈSE

Ces conclusions énoncent des mesures d’application volontaire qui pourraient permettre aux États membres de coopérer en vue d’améliorer la qualité et l’efficacité de l’enseignement et de la formation professionnels (EFP). Elles identifient quatre domaines prioritaires pour la période 2008-2010 qui devront être traités, en parallèle des priorités et des lignes directrices énoncées dans le processus de Copenhague (EN).

Mise en œuvre d’outils et de dispositifs communs de promotion de la coopération en matière d’enseignement et de formation professionnels (EFP)

Il convient d’élaborer des systèmes et des cadres nationaux de certification sur la base des acquis d’apprentissage correspondant au cadre européen des certifications et de mettre en œuvre les futurs système de transfert de crédits pour l’enseignement et la formation professionnels (ECVET) et cadre européen de référence pour l’assurance de la qualité (CERAQ). Dans cette perspective, il importe de développer des projets pilotes, des méthodes et des instruments appropriés, notamment pour la validation des acquis d’apprentissage non formels et informels, ainsi que des instruments d’assurance qualité.

Promotion de la qualité et de l’attrait des systèmes EFP

L’attrait de l’EFP devrait être promu auprès de tous les publics, en particulier les élèves, les adultes et les entreprises. En parallèle, l’accès et la participation à l’EFP pour tous devraient être garantis, en particulier pour les personnes ou les groupes exposés au risque d’exclusion. De même, l’accès à des services d’information, de conseil et d’orientation devrait être facilité. Les parcours permettant aux personnes de progresser d’un niveau de qualification à un autre devraient également être facilités.

Des instruments communs devraient être créés pour la promotion de la qualité des systèmes d’EFP. En particulier, des mécanismes d’assurance qualité devraient être développés dans le cadre du futur système CERAQ. Les politiques d’EFP devraient reposer sur des données cohérentes, dont la collecte doit être améliorée. En outre, il conviendrait d’investir davantage dans la formation des formateurs de l’EFP, de développer l’apprentissage des langues adapté à l’EFP, de promouvoir la créativité et l’innovation dans l’EFP et d’améliorer des parcours d’apprentissage entre les différents niveaux d’éducation et de formation.

Renforcement des liens entre l’EFP et le marché du travail

En vue d’améliorer les liens entre l’EFP et le marché du travail, il est essentiel de continuer à développer des mécanismes de prospective, mettant l’accent sur les emplois et les qualifications et déterminant les éventuelles pénuries de main-d’œuvre. En parallèle, il importe de veiller à la participation des partenaires sociaux et des acteurs économiques dans l’élaboration des politiques d’EFP.

Il convient également d’améliorer les services d’orientation et de conseil, afin de faciliter le passage de la formation à l’emploi. Les mécanismes destinés à favoriser la formation des adultes devraient également être renforcés pour contribuer à améliorer les possibilités de carrière et accroître la compétitivité des entreprises. En outre, des efforts devraient être consentis en ce qui concerne la validation et la reconnaissance des acquis d’apprentissage non formel et informel. La mobilité des personnes en formation professionnelle par alternance devrait être accrue, en particulier par le renforcement des programmes communautaires concernés. Enfin, il est nécessaire de développer le rôle de l’enseignement supérieur dans l’EFP et dans l’amélioration de l’insertion sur le marché du travail.

Renforcement de la coopération européenne

L’efficacité des activités d’apprentissage en équipe devrait être améliorée et leurs résultats, mis à profit au niveau des politiques nationales en matière d’EFP. Il faudrait veiller à l’intégration et à la visibilité des priorités associées à l’EFP au sein du futur cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation. Des liens plus étroits devraient être noués avec les politiques relatives aux niveaux d’éducation et de formation, au multilinguisme et à la jeunesse. En outre, il est nécessaire de consolider la coopération avec les pays tiers et les organisations internationales.

La Commission et les États membres sont invités à mettre en œuvre, dans les limites de leurs compétences respectives, les mesures établies dans le cadre de ces quatre priorités. Ils devraient utiliser des financements publics et privés appropriés en vue d’accompagner les réformes au niveau national et la mise en œuvre des instruments communautaires. Ils devraient également continuer d’améliorer la portée et la qualité des statistiques sur l’EFP et intégrer une dimension «EFP» plus explicite au cadre cohérent d’indicateurs et de critères de référence. Par ailleurs, ils devraient poursuivre le développement d’activités relatives à l’anticipation des besoins en matière de compétences.

La Commission et les États membres devraient échanger des informations et coopérer avec les pays tiers en matière d’EFP. Le Cedefop (Centre européen pour le développement de la formation professionnelle) et l’ETF (Fondation européenne pour la formation) sont également étroitement associés aux actions de la Commission dans le domaine de l’EFP.

Dernière modification le: 24.06.2009

Voir aussi

Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page