RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 5 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Éducation des enfants issus de l’immigration

Ces conclusions font suite à la consultation publique de 2008 sur la politique de scolarisation des enfants issus de l’immigration et font le point sur les enjeux et les solutions potentielles qui ont été soulevés.

ACTE

Conclusions du Conseil du 26 novembre 2009 sur l’éducation des enfants issus de l’immigration [Journal officiel C 301 du 11.12.2009].

SYNTHÈSE

Ces conclusions font suite à la consultation sur la politique de scolarisation des enfants issus de l’immigration organisée par la Commission en 2008. La consultation a soulevé plusieurs questions relatives aux enjeux de la politique de scolarisation et aux solutions à proposer pour les enfants issus de l’immigration. Les conclusions les prennent en considération et invitent les pays de l’UE et la Commission à prendre des mesures en conséquence.

Les enjeux

Dans le contexte actuel de mondialisation croissante et d’évolution démographique, le succès de l’intégration des immigrants dans la société demeure une condition préalable à la compétitivité économique et à la stabilité sociale de l’Europe. La scolarisation peut jouer un rôle important dans ce processus d’intégration. Toutefois, les enfants issus de l’immigration sont nombreux à ne pas obtenir d’aussi bons résultats scolaires que leurs camarades et sont confrontés à des problèmes de discrimination raciale et ethnique et à l’exclusion sociale. La présence d’un nombre important d’enfants issus de l’immigration dans les systèmes d’enseignement européens pose donc des défis, mais constitue également un atout.

Les résultats scolaires de la plupart des enfants issus de l’immigration sont nettement inférieurs, ce qui se traduit souvent par davantage de décrochage scolaire, un niveau de qualification moins élevé et une moindre fréquentation de l’enseignement supérieur. La situation des enfants qui non seulement sont confrontés à des différences linguistiques et culturelles, mais qui subissent également un environnement socio-économique défavorisé est particulièrement préoccupante. Par ailleurs, les différences d’accessibilité des systèmes scolaires et de qualité des établissements peuvent entraîner une situation dans laquelle un grand nombre d’enfants issus de l’immigration sont regroupés dans des écoles sous-performantes. Offrir à ces enfants de meilleures perspectives de réussite scolaire pourrait réduire leur marginalisation et leur exclusion.

L’intégration des immigrants demande des efforts collectifs de la part des immigrants eux-mêmes, des différents secteurs de la société, des administrations compétentes, des services de l’enseignement, des services de santé, sociaux, du logement et de ceux chargés de l’immigration et de l’asile, ainsi que de la société civile. En parallèle, dès lors que ces enjeux sont largement partagés dans les pays de l’UE, il convient d’accroître l’aide, la recherche et la coopération à l’échelle européenne.

Les solutions

La scolarisation peut contribuer de manière importante à une intégration réussie des immigrants, à tous les niveaux de l’éducation et de la formation tout au long de la vie. Des mesures d’aide ciblées doivent être coordonnées aux politiques mises en place pour pourvoir aux besoins des enfants issus de l’immigration. En outre, les systèmes d’enseignement doivent s’engager à accorder une place privilégiée à l’équité et à la qualité. Ces systèmes auront pour effet d’améliorer les résultats scolaires de ces enfants, tout en renforçant la cohésion sociale. Les établissements scolaires d’Europe promeuvent également l’enseignement interculturel en vue de favoriser le respect mutuel et de combattre les préjugés. Les mécanismes de lutte contre la discrimination, l’accessibilité des parcours au sein des systèmes scolaires, l’enseignement personnalisé et un soutien individuel peuvent contribuer à améliorer les résultats scolaires des enfants issus de l’immigration et à combattre la ségrégation.

En vue de favoriser l’adaptation aux différents contextes scolaires des autorités scolaires, des chefs d’établissement, des enseignants et du personnel administratif, il convient d’encourager les formations spécialisées dans la gestion de la diversité linguistique et culturelle et le développement de compétences interculturelles. Par ailleurs, il faudrait peut-être adapter les méthodes d’enseignement, le matériel pédagogique et les programmes d’études à l’ensemble des élèves. Une aide ciblée, notamment sous forme de moyens supplémentaires pour les écoles, d’un enseignement personnalisé et de conseils destinés aux parents, peut permettre de compenser un handicap scolaire et un niveau d’intégration insuffisant.

La réussite scolaire et l’intégration dans les sociétés européennes demandent la maîtrise de la (des) langue(s) officielle(s) du pays d’accueil. À cet effet, des mesures spécifiques doivent être prises. L’apprentissage ou l’entretien de la langue d’origine est également bénéfique pour les enfants issus de l’immigration, tant sur le plan professionnel que personnel. La scolarisation dès la petite enfance et les partenariats entre les établissements scolaires et les communautés locales peuvent également faciliter l’intégration.

Le rôle des pays de l’UE et de la Commission

Les pays de l’UE devraient élaborer une approche stratégique intégrée aux niveaux local, régional et national pour répondre aux enjeux précités, notamment par les mesures suivantes:

  • mettre en place ou renforcer des mécanismes de lutte contre la discrimination, en vue de favoriser l’intégration sociale et la citoyenneté active;
  • améliorer la perméabilité des parcours scolaires et supprimer les obstacles au sein des systèmes scolaires;
  • accroître la qualité de l’enseignement dans les établissements scolaires et réduire les différences entre eux, y compris en s’efforçant d’attirer et de garder les meilleurs enseignants et renforcer la fonction de direction dans les écoles sous-performantes;
  • améliorer l’accès à des services d’enseignement et d’accueil de grande qualité pour les jeunes enfants;
  • offrir un enseignement plus personnalisé et un soutien individuel, en particulier pour les enfants d’immigrants qui ont un faible niveau d’instruction;
  • proposer aux chefs d’établissement, aux enseignants et au personnel administratif des formations spécialisées en gestion de la diversité linguistique et culturelle et en acquisition de compétences interculturelles;
  • élaborer des actions adaptées pour enseigner la langue du pays d’accueil et étudier les moyens à mettre en Ĺ“uvre pour permettre aux élèves issus de l’immigration d’entretenir et de perfectionner la connaissance de leur langue maternelle;
  • veiller à proposer des programmes d’études de qualité et adaptés à tous les élèves, quelles que soient leurs origines, et prendre en compte les besoins des enfants issus de l’immigration dans les méthodes d’enseignement et le matériel pédagogique;
  • mettre en place des partenariats avec les communautés d’immigrants et intensifier les efforts destinés à améliorer la communication avec les parents issus de l’immigration;
  • apporter un soutien ciblé aux élèves issus de l’immigration qui ont des besoins spécifiques;
  • recueillir et analyser les données dans ce domaine, en vue de contribuer à l’élaboration des politiques.

À cet effet, il convient d’intensifier l’apprentissage mutuel des bonnes pratiques au moyen de la méthode ouverte de coordination au sein du cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation (Éducation et formation 2020). Les pays de l’UE devraient également mettre en place des projets en faveur de l’enseignement interculturel et de la scolarisation des enfants issus de l’immigration dans le cadre des programmes de financement et des fonds de l’UE concernés.

La Commission devrait faciliter et soutenir la coopération entre les pays de l’UE dans ce domaine. Elle devrait également contrôler l’écart entre les résultats des apprenants autochtones et ceux des apprenants issus de l’immigration. Par ailleurs, la Commission devrait évaluer les objectifs de la directive 77/486/CEE visant la scolarisation des enfants des travailleurs migrants à la lumière des tendances actuelles en matière d’immigration. En outre, elle devrait veiller à l’intégration des questions liées à l’immigration dans les programmes de financement et les initiatives de l’UE dans le domaine de l’enseignement et à leur inclusion dans les politiques de protection et d’inclusion sociales. Enfin, elle devrait favoriser une coopération étroite avec les organisations internationales actives dans le domaine de l’enseignement et de l’immigration.

Dernière modification le: 18.06.2010
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page