RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 15 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Indicateurs sur la qualité de l'éducation scolaire

L'objectif principal de ce rapport est de convenir d'une série d'indicateurs en matière de qualité de l'éducation scolaire destinés à faciliter l'évaluation des systèmes au niveau national. Les indicateurs peuvent être utilisés pour identifier les questions qui devraient être approfondies et permettent ainsi aux pays de l'Union d'apprendre les uns des autres en comparant les résultats obtenus.

ACTE

Rapport européen de mai 2000, sur la qualité de l'éducation scolaire: seize indicateurs de qualité - rapport établi sur base des travaux du groupe de travail «Indicateurs de qualité» [Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

Les experts des ministères de l'éducation des 26 pays ayant participé aux travaux du groupe de travail «Indicateurs de qualité» ont élaboré le présent rapport sur la qualité de l'éducation scolaire.

Enjeux en matière de qualité de l'éducation en Europe

Les indicateurs et les repères utilisés dans le rapport ont permis d'identifier les cinq enjeux suivants:

  • l'enjeu du savoir;
  • l'enjeu de la décentralisation;
  • l'enjeu des ressources;
  • l'enjeu de l'intégration sociale;
  • l'enjeu des données et de la comparabilité.

À l'échelle de l'Union européenne, l'enjeu principal reste celui d'accorder à tout européen un niveau élevé d'éducation scolaire.

Les quatre grands domaines évalués

Le groupe de travail propose un nombre limité de seize indicateurs, portant sur les quatre domaines suivants:

  • niveau atteint dans les domaines des mathématiques, de la lecture, des sciences, des technologies de l'information et de la communication (TIC), des langues étrangères, de la capacité d'"apprendre à apprendre" et de l'éducation civique;
  • réussite et transition: cet indicateur identifie la capacité des élèves à mener à terme leurs études en vérifiant le taux d'abandon, l'achèvement de l'enseignement secondaire supérieur ainsi que le taux de scolarisation dans l'enseignement supérieur;
  • suivi de l'éducation scolaire: cet indicateur permet de vérifier la participation des acteurs concernés aux systèmes scolaires à travers une évaluation et un pilotage de l'éducation scolaire ainsi qu'en évaluant la participation des parents;
  • ressources et structures: cet indicateur se concentre notamment sur les dépenses consenties en matière d'éducation par étudiant, sur l'éducation et la formation des enseignants, sur le taux de fréquentation d'un établissement pré-primaire mais également sur le nombre d'étudiants par ordinateur.

Pour chaque indicateur, le présent rapport analyse les données dont il dispose (représentées par des graphiques et des tableaux) et identifie les éléments partagés par les différents États membres, lance le débat en posant des questions de fond et énumère enfin des exemples de bonnes pratiques.

LE DETAIL DES 16 INDICATEURS

Mathématiques

Une solide formation en mathématiques, qui donne accès à des compétences d'analyse, de logique et de raisonnement numérique, est à la base de tout programme scolaire. Toutefois, d'après les données disponibles, des différences considérables subsistent suivant les priorités accordées dans les programmes scolaires à la géométrie plutôt qu'à l'algèbre, par exemple.

Développer une méthode d'enseignement susceptible de garantir une aptitude positive à l'égard des mathématiques; encourager les élèves à développer et entretenir leurs connaissances dans le domaine; définir, si possible, les compétences et les aptitudes communes en mathématiques que les citoyens européens devraient posséder, représentent les enjeux principaux concernant les mathématiques.

Parmi les bonnes pratiques sont à signaler celles de Chypre qui a lancé des concours de mathématiques pour les élèves de tout âge, celle de la France qui à crée un observatoire national de l'enseignement des mathématiques et celle de l'Allemagne qui a élaboré des supports à l'intention des enseignants.

Lecture

La faculté de lire et de comprendre des textes est une condition de base au développement des connaissances, au développement personnel et à l'intégration sociale des individus. Le rapport montre que l'environnement familial et les caractéristiques propres à certains élèves, comme le sexe, jouent un rôle important.

Des questions restent ouvertes concernant la façon dont on pourrait améliorer l'accès aux livres dans les établissements secondaires, les bibliothèques et les libraires; comment encourager la participation des parents à l'apprentissage de leurs enfants; comment attirer les jeunes à la lecture (publicité, télévision, CD-ROM par exemple).

Parmi les exemples d'initiatives nationales, on retrouve celle de l'Allemagne qui a fait parvenir gratuitement aux élèves ses quotidiens nationaux , le contenu duquel a été traité systématiquement par les enseignants; également intéressante est l'expérience de la Suède qui a encouragé les parents à passer une demi-heure par jour à lire un bon livre avec leur enfant âgé de 10 à 12.

Sciences

La science développe chez les élèves leurs capacités d'analyse, d'investigation et d'expérimentation: facultés indispensables au progrès technologique. Le rapport met en relief l'existence d'écarts importants entre pays dans les connaissances scientifiques et l'importance recouverte par des facteurs tel que la motivation, le sexe, les pratiques méthodologiques, le statut des études scientifiques et l'emploi, etc.

Encourager l'ensemble des élèves à s'intéresser suffisamment aux sciences et promouvoir l'apprentissage à travers des méthodes plus efficaces et rattachées aux expériences pratiques, sont les éléments sur lesquels le rapport sollicite le débat.

Parmi les bonnes pratiques, le rapport souligne l'initiative «Schola ludus» de la République slovaque destinée à promouvoir l'enseignement des sciences par le biais d'une exposition interactive faisant le tour du pays, ainsi que l'initiative européenne dénommée «Femmes et la science» illustrant l'histoire des sciences à travers les réalisations des femmes.

Technologies de l'information et de la communication (TIC)

Les TIC recouvrent une importance croissante dans la vie de tous les jours en permettant de développer une nouvelle façon d'apprendre, de vivre, de travailler, de consommer et de nous divertir.

Malgré les disparités existantes en ce qui concerne le rôle joué par les TIC dans le programmes d'enseignements scolaires (dans certains pays, les TIC sont considérés comme des outils et dans d'autres comme des matières à part entière), la plupart des pays envisagent de renforcer l'utilisation des TIC.

Des questions restent ouvertes concernant la façon dont on pourrait encourager l'utilisation des TIC par tous, même par les milieux les plus désavantagés et les plus vulnérables de la population et encourager la formation des enseignants de toutes les disciplines aux compétences requises.

L'Islande, où tous les élèves du cycle supérieur ont leur propre ordinateur portable, représente un exemple et un objectif que tous les pays européens devraient atteindre. Au niveau européen, les initiatives eEurope et eLearning soutiennent l'usage des TIC.

Langues étrangères

La maîtrise de plusieurs langues communautaires est devenue une condition sine qua non pour tous les citoyens de l'UE désirant bénéficier des possibilités offertes sur le plan professionnel et personnel par le marché unique.

D'après les donnés disponibles, il semble y avoir un lien entre la langue officielle du pays et l'aptitude des jeunes à parler une autre langue: les pays dont la langue n'est pas dominante (tels que la Danemark, la Suède et autres) sont plus motivés à apprendre une autre langue par rapport aux pays utilisant une langue dominante (comme par exemple la France, l'Espagne ou autres). Des facteurs sociaux et culturels jouent également un rôle important.
Promouvoir l'intérêt des jeunes à l'apprentissage des langues, développer des méthodes capables d'accroître la confiance en soi des élèves dans l'interaction dans une langue différente de la langue maternelle, restent des enjeux importants. En Belgique, le ministère de l'Éducation assure une formation dans 18 langues tant européennes que non européennes. Au niveau européen, le Label est destiné à stimuler l'intérêt pour l'apprentissage des langues en mettant en relief des projets novateurs.

Capacité d'"apprendre à apprendre"

Savoir apprendre tout au long de la vie signifie s'assurer une réussite dans le monde du travail et dans la société. Pour apprendre efficacement, il est nécessaire de savoir comment apprendre et de disposer d'un ensemble d'outils et de stratégies utiles pour réaliser cet objectif.

Il n'existe pas encore de données concernant l'ensemble de l'Europe, même si certains États membres ont déjà développé des méthodes dont le but est de comprendre la réussite et l'échec scolaires. L'enjeu consiste à garantir que les compétences liées à l'apprentissage de l'apprentissage deviennent des priorités politiques, de façon à adapter les programmes scolaires et à promouvoir la formation continue des enseignants.

Éducation civique

Préparer les jeunes à devenir des citoyens signifie aussi leur donner une culture civique basée sur les principes de la démocratie, de l'égalité et de la liberté mais également de la reconnaissance des droits et des devoirs. Le rapport a en particulier identifié la difficulté à promouvoir la diversité sociale et culturelle et la nécessité de sensibiliser les enseignants au rôle qui leur incombe dans le développement de l'élève en tant que citoyen.

En Grèce, chaque année les lycéens élus se réunissent au Parlement et débattent de questions d'actualité. En Italie, tous les établissements scolaires sont dotés d'un statut des droits et des obligations de l'élève.

Taux d'abandon scolaire

Souvent, ceux qui abandonnent le système scolaire n'ont ni compétences fondamentales ni formation professionnelle et seront confrontés à des difficultés pour trouver un emploi. Une résistance majeure à s'embarquer dans une stratégie d'apprentissage tout au long de la vie expose cette catégorie de personnes à la menace du chômage de longue durée.

Le rapport souligne que l'existence d'écarts importants entre pays n'a pas seulement trait aux différences entre les systèmes éducatifs, mais aussi aux disparités socio-économiques. En Allemagne, par exemple, un système de formation en alternance, dans lequel l'élève poursuit un apprentissage en entreprise tout en continuant de suivre un enseignement professionnel, permet d'obtenir une qualification professionnelle. D'un autre côté, les taux d'échec scolaire peuvent être liés à des facteurs économiques tels qu'un fort taux de chômage, des disparités entre économie urbaine et rurale, etc.

Le Conseil européen de Lisbonne, en mars 2000, a fixé pour objectif de diviser par deux avant 2010 le nombre des 14 à 18 ans ayant seulement accompli le cycle inférieur de l'enseignement secondaire. Aux Pays-Bas, l'abandon scolaire prématuré est limité par une coopération entre les écoles au niveau de la région; en Allemagne, des partenaires industriels offrent des stages.

Achèvement de l'enseignement secondaire supérieur

Les taux d'achèvement de l'enseignement secondaire supérieur sont d'importants indices du bon fonctionnement des systèmes éducatifs. Le rapport met un relief le fait que la réussite d'un élève ne peut pas être considérée séparément ni du reste de la carrière scolaire du jeune ni de la conjoncture économique du pays.

Accroître la motivation des jeunes et leurs permettre de mieux comprendre le lien entre le savoir théorique et l'activité pratique ainsi que promouvoir un intérêt accru des élèves à développer l'apprentissage tout au long de la vie, sont les enjeux principaux.

Taux de scolarisation dans l'enseignement supérieur

Les possibilités offertes par l'enseignement supérieur deviennent de plus en plus importantes. Il est toutefois essentiel de prévoir la tendance de la demande à la lumière du développement de nouvelles technologies, des tendances du marché de l'emploi, etc.

Le rapport témoigne des différences existantes dans les systèmes scolaires , notamment en ce qui concerne les programmes d'enseignement scolaire (certaines matières sont traitées à un niveau non supérieur dans certains pays et à un niveau d'enseignement supérieur dans d'autres) et l'existence ou non de formation professionnelle (faute d'une formation professionnelle, les jeunes poursuivent leurs études). Un marché d'emploi saturé pousse souvent ceux qui ont des difficultés à trouver un emploi à s'inscrire dans l'enseignement supérieur. Un taux de scolarisation élevé aura comme conséquence une main- d'œuvre très qualifiée, ce qui rendra la recherche d'emploi dans certains secteurs encore plus difficile pour ceux qui n'ont pas de diplôme supérieur..

Un fort taux de scolarisation réparti sur une fourchette d'âges aura également un impact significatif sur la part de la population non disponible à l'emploi à un moment donné. Le rapport remarque en outre que le taux de scolarisation parmi les filles est généralement plus élevé par rapport aux garçons.

Parmi les éléments à étudier le rapport mentionne: la relation entre le ratio garçons/filles dans certaines disciplines, la réaction entre le choix de l'enseignement supérieur et le marché de l'emploi, la relation entre les taux de scolarisation des tranches d'âges supérieures et la productivité du marché de l'emploi, etc.

Évaluation et pilotage de l'éducation scolaire

L'évaluation et le pilotage permettent aux écoles de se comparer à d'autres institutions similaires. Tous les pays sont à la recherche des meilleurs moyens pour faire état de la performance des écoles, et cela, à travers une évaluation interne ou externe ou bien une évaluation qui combine les deux éléments.

En Autriche, un site Internet a été mis en place à l'intention des écoles leur permettant d'obtenir des informations, des idées, des propositions de procédures pour le développement de programmes scolaires. Le présent rapport constitue à son tour une contribution importante au niveau européen pour améliorer les systèmes d'évaluation en Europe.

Participation des parents

La participation des parents à l'éducation de leurs enfants a des retombées importantes dans l'amélioration du fonctionnement de l'école et dans la qualité de l'éducation des enfants. Le rapport souligne comment la participation des parents peut se faire sur une base volontaire à travers une participation directe dans les activités éducatives ou par les biais d'organismes consultatifs, d'associations bénévoles et des clubs extra-scolaires.

Cet indicateur soulève d'importantes questions de fond concernant le rôle et l'influence des parents, en ce qui concerne la valeur ajoutée qu'ils peuvent apporter et les circonstances dans lesquelles leurs contributions sont les plus pertinentes et utiles.

Il existe de nombreuses bonnes pratiques, à signaler surtout celle de l'Allemagne, où des séminaires sont organisés à l'intentions des parents dans le but de les informer des nouveaux développements dans le domaine de l'apprentissage et de l'enseignement.

Éducation et formation des enseignants

Le rôle et le statut des enseignants connaissent des changements sans précédent: la nécessité d'une formation continue vis à vis de nouveaux outils (TIC) s'accompagne de la nécessité de faire face à des besoins et à des attentes toujours en mutation. Les pays européens ont un besoin urgent de formation initiale de qualité, appuyée par de bons stages professionnels et un perfectionnement professionnel continu.

Le rapport souligne que si l'on dispose de données concernant la formation initiale des enseignants (voir le réseau EURYDICE), il s'avère en revanche plus difficile de repérer les données concernant la formation continue. Cet indicateur distingue d'une coté l'éducation et la formation générales / spécialisées, destinées à l'enseignement des matières, et de l'autre, la formation pédagogique et pratique, liée à la profession d'enseignant.

Bien que des différences importantes existent, le rapport lance le débat sur les mesures à prendre pour que les enseignants mettent à jour leurs connaissances et sur la façon de rétribuer et retenir les enseignants particulièrement efficaces.

Taux de fréquentation des établissements pré-primaires

L'éducation pré-scolaire apporte une contribution importante au développement émotionnel et intellectuel de l'enfant, facilite le passage de l'apprentissage ludique à l'apprentissage formel et contribue à la réussite scolaire de l'enfant.
L'éducation pré-scolaire, qui concerne les enfants âgés d'au moins trois ans, doit être dispensée par un personnel bien formé.

Nombre d'étudiants par ordinateur

Tout le monde doit pouvoir apprendre à utiliser un ordinateur efficacement: l'école doit pouvoir disposer d'un nombre adéquat d'ordinateurs. D'autre part, dans la mesure où la technologie connaît des mutations rapides, il est parfois préférable de donner à l'école moins d'ordinateurs mais d'assurer un remplacement de ces derniers au fur et à mesure que les modèles deviennent obsolètes. Face à la nécessité de doter un grand nombre d'écoles d'équipements coûteux, certains systèmes éducatifs se sont tournés vers le partenariat avec le secteur privé. Rendre économiquement intéressant l'investissement des établissements scolaires et des partenaires dans la mise à disposition des ordinateurs reste le défi principal.

Dépenses consenties en matière d'éducation par étudiant

La part des ressources financières totales consacrées à l'éducation est une décision clé pour les gouvernements nationaux. Il s'agit d'un investissement dont les bénéfices ne se font sentir qu'à long terme avec des répercussions sensibles dans des secteurs clés, tels que la cohésion sociale, la concurrence internationale et la croissance durable.

Le rapport souligne comment la différence de prospérité économique joue un rôle important. En Écosse, des partenariats public-privé permettent aux collectivités locales de financer les programmes de remise en état des écoles. Répartir efficacement le budget entre les différents niveaux local et régional; faciliter la participation du secteur privé sans que cela menace l'intégrité du système scolaire, sont parmi les enjeux auxquels les systèmes scolaires devront faire face en Europe.

Contexte

À l'occasion de la conférence de Prague, en juin 1998, les ministres de l'éducation de l'Union européenne (UE) et des pays candidats ont proposé de mettre sur pied un groupe de travail composé d'experts nationaux, ce groupe devait identifier une série d'indicateurs ou de repères facilitant l'évaluation des systèmes éducatifs au niveau national.

Les experts ont présenté leur rapport pour la réunion des Ministres de l'éducation des États membres de l'Union européenne et des pays candidats à Bucarest en juin 2000.

Sur la base d'une proposition de la Commission et de contributions des États membres, le Conseil a adopté le 12 février 2001 le rapport sur les objectifs concrets futurs des systèmes d'éducation et de formation. Il s'agit du premier document qui esquisse une approche globale et cohérente des politiques nationales dans le domaine de l'éducation autour de trois objectifs:

  • améliorer la qualité et l'efficacité des systèmes d'éducation et de formation dans l'Union européenne;
  • permettre l'accès de tous à l'éducation et à la formation tout au long de la vie;
  • ouvrir les systèmes d'éducation et de formation sur le monde.

Suite à l'approbation du rapport sur les objectifs concrets futurs des systèmes d'éducation et de formation, la Commission a préparé un programme de travail incluant environ 29 indicateurs pour le domaine de l'éducation et de la formation en général.

ACTES LIÉS

Programme de travail détaillésur le suivi des objectifs des systèmes d'éducation et de formation en Europe [Journal officiel C 142 du 14.06.2002].

Conclusions du Conseil, du 14 février 2002, sur la suite du rapport sur les objectifs concrets futurs des systèmes d'éducation et de formation dans la perspective d'un rapport conjoint du Conseil et de la Commission à présenter au Conseil européen du printemps 2002 [Journal officiel C 58 du 05.03.2002].

Recommandation du Parlement européen et du Conseil, du 12 février 2001, concernant la coopération européenne en matière d'évaluation qualitative de l'éducation scolaire [Journal officiel L 60 du 01.03.2001].

Recommandation 98/561/CE du Conseil, du 24 septembre 1998, sur la coopération européenne visant à la garantie de la qualité dans l'enseignement supérieur [Journal officiel L 270 du 07.10.1998].

Dernière modification le: 08.05.2006
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page