RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 5 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Ancienne République yougoslave de Macédoine – Éducation et culture

Les pays candidats conduisent des négociations avec l’Union européenne (UE) afin de se préparer à l’adhésion. Ces négociations d’adhésion portent sur l'adoption et la mise en œuvre de la législation européenne (acquis) et plus particulièrement sur les priorités identifiées conjointement par la Commission et les pays candidats, lors d’un examen analytique (ou «screening») de l’acquis politique et législatif de l’UE. Chaque année, la Commission examine les progrès réalisés par les candidats afin d’évaluer les efforts restant à fournir jusqu’à leur adhésion. Ce suivi fait l’objet de rapports annuels présentés au Conseil et au Parlement européen.

ACTE

Rapport de la Commission [COM(2011) 666 final – SEC(2011) 1203 - Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

L'ancienne République yougoslave de Macédoine a reçu le statut de pays candidat à l’Union européenne (UE) en 2005. Le partenariat pour l'adhésion, adopté par le Conseil en 2008, soutient les préparatifs du pays en vue de son adhésion future et de l’alignement de sa législation sur l’acquis communautaire. En 2008, les négociations d'adhésion n'ont pas encore été entamées, certains progrès devant encore être accomplis concernant les objectifs et conditions définis dans le cadre du partenariat.

Le rapport 2011 met l’accent sur les progrès réalisés au niveau du cadre stratégique « Éducation et formation 2020 ». Il souligne, par ailleurs, la nécessité d’améliorer l’interaction entre les communautés ethniques dans l’enseignement.

ACQUIS DE L’UNION EUROPÉENNE (selon les termes de la Commission)

Les domaines de l'éducation, de la formation, de la jeunesse et de la culture relèvent principalement de la compétence des États membres. Un cadre de coopération sur les politiques en matière d’éducation et de formation a été adopté en vue d’une convergence des politiques nationales et de la réalisation d’objectifs communs par une méthode ouverte de coordination. Il a débouché sur le programme de travail «Éducation et formation 2010», qui intègre toutes les actions dans les domaines de l’éducation et de la formation au niveau européen. Par ailleurs, les États membres doivent tenir compte des principes énoncés par le traité et veiller à ce que leurs engagements internationaux contribuent à préserver et promouvoir la diversité culturelle. Il incombe aux États membres de se doter d’un cadre juridique, administratif et financier, et des capacités de mise en œuvre nécessaires pour assurer une gestion financière saine des programmes de l’Union européenne relatifs à l’éducation, à la formation et à la jeunesse.

ÉVALUATION (selon les termes de la Commission)

Des progrès sont à signaler en ce qui concerne les normes européennes dans les domaines de l'éducation, de la formation, de la jeunesse et de la culture. Le pays a amélioré ses performances par rapport aux critères de référence communs fixés dans le cadre stratégique «Éducation et formation 2020». Les programmes «Éducation et formation tout au long de la vie» et «Jeunesse en action» sont restés suspendus. Accroître l'interaction entre les communautés ethniques dans l'enseignement reste un défi.

ACTES LIÉS

Rapport de la Commission [COM(2010) 660 final – SEC(2010) 1326 - Non publié au Journal officiel].
Dans son rapport 2010, la Commission fait état de progrès limités dans les domaines de l’éducation. En effet, si des réformes ont été accomplies, les préparatifs pour la mise en place des programmes de l’UE ne sont pas achevés. Le pays a partiellement rempli ses objectifs dans le domaine de la culture.

Rapport de la Commission [COM(2009) 533 final – SEC(2009) 1333 final – Non publié au Journal officiel].
Le rapport d’octobre 2009 indiquait que des progrès avaient été réalisés dans le domaine de l’éducation, de la formation et de la jeunesse, en particulier en termes de préparation à la participation du pays aux programmes de l’Union. Néanmoins, des efforts supplémentaires sont toujours nécessaires pour mettre en œuvre la stratégie de réforme nationale, pour atteindre les objectifs communs de l’UE dans le domaine de l’éducation et de la formation, pour préparer la gestion des programmes de l’Union et d’établir un système efficace de contrôle du fonctionnement de l’agence nationale.

Rapport de la Commission [COM(2008) 674 final – SEC(2008) 2694 final – Non publié au Journal officiel].
Le rapport de novembre 2008 indiquait que des progrès notables avaient été accomplis dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse. Toutefois, les capacités du pays à mettre en œuvre la législation adoptée n’étaient pas suffisantes. Si les préparatifs à la gestion des programmes communautaires en faveur de la jeunesse et de l’éducation et de la formation tout au long de la vie étaient en bonne voie, des efforts supplémentaires restaient à faire.

Dernière modification le: 20.12.2011

Voir aussi

Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page