RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 11 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Stratégie de l'information sur l'euro: dernières phases de mise en place de l'UEM

La Commission européenne actualise ses priorités et ses stratégies de la campagne d'information sur l'euro. Elle confirme son engagement à cet égard.

ACTE

Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social et au Comité des régions, du 2 février 2000, sur la stratégie de communication à adopter durant les dernières phases de mise en place de l'UEM [COM(2000) 57 final - Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

Le 1er janvier 1999, onze États membres ont fait de l'euro leur monnaie officielle, selon le calendrier défini par le traité sur l'Union européenne. La période transitoire, pendant laquelle l'euro reste une monnaie scripturale, se terminera le 31 décembre 2001 à minuit. À partir de ce moment, les banques n'émettront plus que des pièces et des billets en euros. Les États membres feront tout leur possible pour que la plupart des transactions en espèces puissent être effectuées en euros avant la fin de la première quinzaine 2002. La période de la double circulation doit être courte pour que le retrait des billets et des pièces nationales soit terminé au début du mois de mars 2002.

Depuis 1995, la Commission poursuit une campagne d'information très active sur l'euro. En 1998, elle a prononcé son engagement vis-à-vis de la campagne d'information en adoptant une communication concernant la stratégie d'information sur l'euro. Un budget important a été consacré à la campagne dans le cadre du programme PRINCE (programme d'information du citoyen européen). Le Parlement a toujours soutenu les efforts de la Commission.

La Commission a donné priorité aux partenariats avec des organismes relais et a essayé parallèlement de responsabiliser les États membres afin qu'ils poursuivent leurs propres campagnes d'information. Comme résultat, des lignes téléphoniques gratuites, des sites Internet spécialisés et des expositions ont été créés dans plusieurs États membres. Toutes ces actions ont eu comme objectif de sensibiliser et d'informer certains groupes cibles.

Les fournisseurs d'information du secteur privé se sont montrés également très motivés en essayant de sensibiliser les petites et moyennes entreprises (PME).

Lors du passage à l'euro, il a été constaté que les citoyens ne pouvaient pas assimiler les informations. En ce qui concerne le secteur des entreprises, seul un petit nombre a déjà adopté l'euro dans leur comptabilité et la majorité des PME n'ont pas encore pris les mesures nécessaires pour l'utilisation de l'euro. Par contre, le double affichage des prix est souvent pratiqué dans le commerce de détail et les services.

PRIORITÉS

Suite à ces constatations, la Commission a décidé de recentrer sa politique pour les années 2000 et 2001.

Afin que cette campagne puisse être très réussie, la Commission et les responsables de l'information des États membres ont défini des principes qui contribueront au succès de l'opération:

  • la définition d' objectifs clairs et spécifiques à chaque groupe cible;
  • le respect du principe de subsidiarité et la promotion des actions des États membres;
  • la subsidiarité conduit à la proximité. Les informations seront plus crédibles venant des autorités régionales et locales que d'institutions lointaines. Mais une telle proximité implique l'engagement de ressources humaines qui serviront comme points de contact;
  • la coopération entre tous les acteurs impliqués, tant nationaux qu' européens (Banque centrale européenne, Comité des régions, Comité économique et social). Une telle coopération nécessite une très étroite coordination.
  • la flexibilité est nécessaire pour pouvoir évaluer les résultats de la campagne d'information et remettre en question les procédures si nécessaire.

GROUPES CIBLES

Toutes les entreprises de la zone euro seront obligées d'utiliser l'euro pour leurs transactions à partir du 1er janvier 2002. Selon les études réalisées, la majorité des entreprises communautaires n'ont pas encore adopté une stratégie précise concernant le basculement. Le risque est que des milliers d'entreprises vont essayer de passer à l'euro à la dernière minute, provoquant une perturbation chez les consommateurs comme d'ailleurs dans toute l'économie de la zone euro.

Le but est de persuader les entreprises d'établir un plan de passage à l'euro ayant un calendrier, prévoyant les ressources humaines nécessaires et établissant un budget.

Certains types d'entreprises auront besoin d'un suivi plus attentif comme les entreprises de petite taille, les petits détaillants, les entreprises situées en zone touristique ou périphérique, et les entreprises des pays "pre-ins".

Les pouvoirs locaux ou régionaux peuvent mobiliser des canaux d'information plus "proches" des entreprises tels que les consultants, les experts comptables, les grandes entreprises qui travaillent avec les PME.

En ce qui concerne le calendrier, la campagne d'information sera intensive tout au long de l'année 2000 et elle devrait se recentrer en 2001.

Grand public

Le grand public doit également bien se préparer pour le passage à l'euro. Il doit être capable de reconnaître les différentes pièces et billets, se familiariser avec les prix et les valeurs exprimées en euro.

Les recherches montrent que les citoyens ont déjà oublié une partie des informations qu'ils ont reçues lors des précédentes campagnes d'information. Il semble donc approprié de:

  • rappeler aux consommateurs pourquoi l'Union européenne a adopté l'euro;
  • rassurer les consommateurs que, même après la période de double circulation, les anciens billets garderont toujours leur valeur;
  • poursuivre des initiatives telles que le logo "paiements en euros acceptés" contrôler leur déroulement;
  • créer et renforcer les observatoires locaux pour l'euro.

Pendant l'année 2000, il faut continuer à informer le grand public et mettre en évidence tous les avantages que l'euro apportera à la vie économique et dans leur vie quotidienne. Pourtant, en 2001, la campagne d'information doit s'intensifier afin que le public soit prêt à utiliser l'euro.

Groupes ayant besoin d'une aide spécifique

La stratégie d'information doit s'adapter aux besoins de certains groupes de population spécifiques, qui n'ont pas accès aux canaux d'information traditionnels tels que:

  • les personnes économiquement et socialement marginalisées;
  • les personnes socialement isolées;
  • les personnes souffrant d'un handicap physique (aveugles, malvoyants, sourds et malentendants) ou mental;
  • les illettrés.

Les messages transmis à ces groupes seront les mêmes que ceux adressés au grand public, mais leur forme sera adaptée à leurs besoins.

En 2000, les actions d'information entamées en 1999 se poursuivront et l'année 2001 marquera le point culminant de cette campagne.

Population scolaire

Depuis la rentrée scolaire de septembre 1999, l'euro est entré à l'école. Ce groupe cible paraît très important puisqu'il peut servir de canal d'information. Les jeunes peuvent servir de relais d'information pour leur entourage (parents, personnes âgées, etc.). L'année scolaire 2000 sera la dernière occasion de lancer de nouvelles initiatives.

Pays "pre-ins" et pays tiers

Les pays "pre-ins", qui n'ont pas encore adopté l'euro (le Danemark, le Royaume-Uni et la Suède), constituent une cible également étant donné que leurs liens avec les États membres faisant partie de la zone euro sont très intensifs.

Pour les pays tiers, les échanges commerciaux et économiques ainsi que la présence de l'euro comme monnaie de référence dans les marchés financiers, constituent une raison pour laquelle l'effort de communication sur l'euro doit être poursuivi et intensifié.

ÉVALUATION DES PROGRÈS

La Commission propose l'établissement d'indicateurs et d'objectifs de référence qui aideront les États membres à mesurer les progrès réalisés dans le cadre de leurs actions de communication. Ces indicateurs doivent être harmonisés entre les administrations publiques et les acteurs privés.

RÔLES ET RESPONSABILITÉS EN MATIÈRE DE COMMUNICATION

Le rôle du Parlement européen est fondamental dans la définition, l'évaluation et la mise en œuvre de la stratégie de communication sur l'euro, comme d'ailleurs pour l'allocation des crédits.

La communication sur l'euro, tout en respectant le principe de subsidiarité, relève essentiellement de la responsabilité des États membres. La plupart ont déjà élaboré une stratégie d'information.

La Commission, pour sa part, poursuivra ses actions d'information vers les entreprises, le grand public, les touristes et les pays tiers, assurant la coordination de tous les autres acteurs.

La Banque centrale européenne (BCE) a lancé en 1999 une grande campagne d'information s'intitulant "Euro 2002", qui va atteindre son point culminant à la fin de 2001. Cette campagne s'adresse au grand public, aux entreprises, aux pouvoirs publics et aux différents relais d'information. Quant à son objectif, elle vise à:

  • apprendre au grand public à reconnaître les pièces et les billets et à le préparer en ce qui concerne la mise en circulation;
  • apprendre aux commerçants et aux banques à détecter les éventuelles contrefaçons.
Dernière modification le: 13.10.2005

Voir aussi

Pour des informations complémentaires, veuillez visiter le site Internet suivant de la Commission européenne, direction générale Affaires économiques et monétaires:

  • L'euro (EN).
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page