RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 15 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Objectifs du millénaire pour le développement (OMD): plan d’action en douze points

Des efforts sont encore nécessaires pour atteindre l’ensemble des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) d’ici à 2015, bien que des avancées significatives aient été réalisées dans certaines régions du monde dans certains domaines. Ainsi, la Commission présente un plan d’action à moyen terme pour accélérer les progrès. Ce plan d'action a servi de base à l'élaboration d'une position européenne commune pour le "Sommet des OMD" des Nations-Unies qui s'est tenu à New York du 20 au 22 septembre.

ACTE

Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, Comité économique et social européen et au Comité des régions du 21 avril 2010 intitulée «Plan d’action de l’UE en douze points à l’appui des objectifs du millénaire pour le développement» [COM(2010) 159 final - Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

L’Union européenne (UE) s’engage à contribuer à l'accélération de la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) d’ici 2015.

En effet, les progrès réalisés par les pays en développement ne sont pas égaux, certains domaines et certaines régions connaissent des retards importants. Par exemple, des améliorations ont été effectuées pour réduire l’extrême pauvreté, pour l’éducation primaire universelle et l’accès à l’eau. Mais 1,4 milliard de personnes vivent toujours dans la misère (dont 51 % en Afrique subsaharienne) et un sixième de la population mondiale souffre de malnutrition. Peu de progrès ont été réalisés pour réduire la mortalité maternelle et infantile, et en ce qui concerne l’accès aux équipements sanitaires.

Réaliser les engagements en matière d'aide publique au développement

L’UE s’est engagée à augmenter son aide publique au développement (APD) pour atteindre 0,7 % de son revenu national brut (RNB) en 2015. Cet engagement doit être respecté, malgré les difficultés liées à la crise économique et financière. La Commission propose ainsi de:

  • établir des plans d’action annuels pour optimiser la mise en œuvre de l’APD;
  • renforcer le mécanisme de responsabilisation de l’UE, en se fondant sur une évaluation de l’APD;
  • élaborer des législations nationales servant à fixer des objectifs en matière d’APD.

La Commission appelle en outre les autres donateurs internationaux à augmenter leur contribution de manière à s'aligner sur l'APD de l’UE.

Améliorer l’efficacité de l’aide

L’UE doit renforcer l’efficacité de l’aide au développement et la coordination des différents acteurs impliqués. Dans cette optique, la Commission propose notamment de:

  • utiliser progressivement un cadre commun et un cycle de programmation unique pour l’UE et ses pays membres d’ici 2013;
  • mettre en place un cadre opérationnel pour l’efficacité de l’aide, la division du travail, la transparence des financements, la responsabilisation réciproque de l’UE et des pays en développement;
  • encourager les autres donateurs à suivre les principes d’efficacité de l’aide.

Plan d’action pour la réalisation accélérée des OMD

Afin d’accélérer la réalisation des OMD, la Commission propose de:

  • cibler en priorité les pays et populations les plus en retard, y compris les pays en situation de fragilité et les pays les moins avancés (PMA);
  • viser les OMD les plus en retard et améliorer l'impact des politiques européennes sectorielles, en particulier dans les secteurs clés de la santé, l’éducation, la sécurité alimentaire et l’égalité des sexes;
  • encourager l’appropriation des OMD par les pays partenaires, notamment par l'intégration de ces objectifs dans leurs propres stratégies de développement, ainsi qu’à travers l'amélioration de la qualité des données statistiques;
  • adopter un programme de travail pour la cohérence des politiques pour le développement concernant l’ensemble des politiques européennes qui sont susceptibles d'avoir un impact sur les pays partenaires. Ceci en particulier dans les domaines clés du commerce et des finances, du changement climatique, de la sécurité alimentaire, des migrations et de la sécurité;
  • promouvoir la mobilisation des ressources domestiques, notamment par une meilleure gouvernance fiscale nationale et internationale ainsi que par le renforcement des systèmes de taxation fiscale des pays partenaires;
  • promouvoir l’intégration régionale et les échanges commerciaux, qui favorisent la croissance et l’emploi;
  • identifier et promouvoir des sources de financement innovant, y compris via des partenariats publics-privés, en vue de garantir des revenus stables pour un développement durable, y compris dans les pays les plus pauvres et les plus vulnérables;
  • soutenir des stratégies d’adaptation et d’atténuation du changement climatique dans les pays partenaires, notamment en favorisant la coopération, la recherche et l’accès aux technologies vertes;
  • créer les conditions d’une sécurité à long terme, vu que la plupart des pays en retard dans les OMD sont fragilisés par des conflits armés;
  • donner une nouvelle impulsion au processus de réforme de l'architecture de gouvernance internationale, afin d'améliorer l’efficacité et la légitimité du processus grâce à une meilleure inclusion des pays les plus pauvres, dont les intérêts sont souvent marginalisés.

Ces objectifs doivent être mis en application par le Conseil et les pays de l’UE. La Commission doit procéder au suivi du plan d’action et de son financement.

Dernière modification le: 04.08.2010
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page