RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 15 langues
Nouvelles langues disponibles:  CS - HU - PL - RO

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Partenariat UE-Afrique

Introduction

Les relations entre l'Union européenne (UE) et l'Afrique se sont traditionnellement déroulées selon deux groupes régionaux: les pays africains faisant partie des pays ACP et les pays africains situés autour de la Méditerranée. Cependant, au début du nouveau millénaire, l'UE a lancé un nouveau dialogue avec l'Afrique pour bâtir un partenariat stratégique avec le continent entier renforçant les mesures existantes. Le premier sommet entre l'UE et l'Afrique a eu lieu au Caire en avril 2000.

Plan d'action

Pendant ce sommet, un plan d'action a été adopté qui met l'accent sur six grands domaines globaux:

  • les questions économiques (notamment la coopération et l'intégration économique régionale en Afrique);
  • l'intégration de l'Afrique dans l'économie mondiale;
  • l'approfondissement du lien entre le commerce et le développement au niveau international pour veiller à ce que la libéralisation économique contribue à la lutte contre la pauvreté est l'un des objectifs du partenariat;
  • le respect et la protection des droits de l'homme, les principes et institutions démocratiques, l'État de droit ainsi que la bonne gestion des affaires publiques;
  • la consolidation de la paix, la prévention, la gestion et le règlement des conflits en Afrique;
  • les actions dans le domaine du développement pour lutter contre la pauvreté (dans les secteurs de l'éducation, de la santé et de la sécurité alimentaire, par exemple).

Cependant, ces domaines sont très vastes et, dans un premier temps, huit domaines d'action plus spécifiques ont été choisis:

  • la prévention et la résolution des conflits (y compris le problème de mines terrestres antipersonnel);
  • la coopération et l'intégration régionale, l'intégration de l'Afrique dans l'économie mondiale et le commerce;
  • l'environnement, y compris la lutte contre la sécheresse et la désertification;
  • le VIH/SIDA et les maladies transmissibles;
  • la sécurité alimentaire;
  • les droits de l'homme et la démocratie;
  • la restitution des objets culturels volés ou exportés d'une manière illégale;
  • la dette extérieure africaine (l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) touche particulièrement les pays africains).

Les deux parties se réunissent régulièrement à différents niveaux pour assurer le suivi du plan d'action. Les trois mécanismes principaux sont: les sommets des chefs d'État et de gouvernement, les réunions entre les ministres qui ont lieu entre les sommets, ainsi que les réunions des groupes birégionaux.

Première réunion ministérielle

La première réunion ministérielle entre les représentants de l'Afrique et de l'UE a eu lieu le 11 octobre 2001 à Bruxelles. Depuis le sommet du Caire, il y a eu des progrès réalisés, notamment dans les domaines de l'intégration régionale, du VIH/SIDA, de la sécurité alimentaire, des droits de l'homme, de la démocratie et de la bonne gouvernance.

Nouveaux sujets inscrits à l'agenda

Depuis l'adoption du plan d'action, d'autres sujets importants ont été ajoutés à l'agenda, comme: la création de l'Union africaine (UA), le Nouveau partenariat pour l'Afrique (NPDA), la situation dans la région des Grands lacs et la lutte contre le terrorisme.

L'UA et le NPDA sont deux initiatives importantes lancées par les États africains en 2001 et qui sont pleinement soutenues par l'UE. L'UA a été créée par les États africains en mars 2001 pour remplacer l'Organisation de l'unité africaine. Cette organisation politique encadre et approfondit la coopération et l'intégration régionale politique et économique entre les États africains et sera dotée d'importantes institutions à cette fin. Le NPDA a été conçu par les États africains et représente un engagement des chefs d'État africains d'œuvrer à éradiquer la pauvreté et promouvoir une croissance et un développement durable, tout en participant activement à la vie politique et économique mondiale.

Les conflits dans la région des Grands lacs ont suscité des inquiétudes considérables au sein des deux parties. L'UE contribue à la prévention et à la résolution de ces conflits dans cette région de plusieurs manières, comme par exemple l'octroi de l'aide dans le cadre de la coopération au développement (le Fonds européen de développement notamment) ainsi que par de l'aide provenant des ressources de la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC). À titre d'exemple, l'UE soutient le dialogue intercongolais et participe à des initiatives qui visent à réintégrer les enfants soldats dans la société.

Suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, une déclaration sur la lutte contre le terrorisme a été publiée à la fin de la réunion ministérielle pour exprimer l'intention des États africains et de l'UE de travailler ensemble pour éliminer ce fléau.

Évolution du dialogue

Le dialogue UE-Afrique a fait l'objet, en juillet 2003, d'une communication de la Commission. Celle-ci explore les différentes manières de relancer le dialogue et propose, notamment, de nouer des liens institutionnels plus solides afin de combattre les problèmes politiques et de développement auxquels est confronté le continent africain.

Les chefs d'État ou de gouvernement africains, quant à eux, se sont réunis à Maputo, Mozambique, du 4 au 12 juillet 2003, pour la première réunion de l'UA depuis sa création à Durban en juillet 2002. La Commission européenne y était représentée afin de témoigner du support de l'UE à l'UA et discuter de la situation du dialogue UE-Afrique. De nombreux progrès ont déjà été faits dans le domaine des droits de l'homme et de la démocratie grâce à l'élaboration de valeurs communes en la matière et à la mise en place de sanctions dans le cas où celles-ci ne seraient pas respectées.

A la suite de cette réunion, le Conseil de l'UE a approuvé, en décembre 2003, une décision sur le financement par le Fonds européen de développement (FED) d'une Facilité de paix pour l'Afrique. Ceci répond à une demande du sommet de l'UA. Cette initiative, destinée à soutenir les institutions africaines et les mesures prises en faveur du maintien de la paix, exigera notamment une coopération entre l'UA, les organisations régionales africaines, l'UE et les Nations unies.

Ces dernières années, le dialogue entre l'UE et l'UA a été renforcé et a produit de nombreux résultats. En 2005, l'UE s'est engagée à augmenter l'aide publique au développement de 20 milliards d'euros par an d'ici 2010, dont la moitié sera destinée à l'Afrique. En outre, une nouvelle stratégie pour l'Afrique a été adoptée en octobre 2005 pour appuyer les efforts déployés par ce continent pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) des Nations unies.

Cette stratégie propose un partenariat stratégique pour la sécurité et le développement entre l'UE et l'Afrique. Afin d'assurer le développement durable, cette stratégie s'articule autour d'éléments-clés tels que la paix et la sécurité, une gouvernance judicieuse et efficace, le commerce, l'interconnectivité, la cohésion sociale et la viabilité écologique. De nouvelles initiatives ont été lancées, notamment une en matière de gouvernance et un partenariat euro-africain en matière d'infrastructure, qui a été lancé en juillet 2006.

Dans le cadre de l'initiative en matière de gouvernance, l'UE appuiera, notamment, les réformes engagées dans le prolongement du mécanisme africain d'évaluation par les pairs (MAEP), un outil unique d'évaluation et d'apprentissage entre pairs de la bonne gouvernance démocratique par et pour les Africains. Enfin, dans le contexte du partenariat pour l'infrastructure, l'UE soutiendra les programmes qui favorisent l'interconnectivité au niveau continental pour promouvoir l'échange, l'intégration, la stabilité et le développement régionaux.

 
Dernière modification le: 18.07.2007
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page