Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Approfondir la dimension sociale de l'Union économique et sociale

05/12/2013

Pendant toute l'année 2013, plusieurs parties prenantes et organismes officiels de l'Union européenne ont publié des rapports et fait des déclarations sur la nécessité de mettre davantage l'accent sur la dimension sociale de l'UE : ils sont brièvement analysés ci-dessous.

Appels des parties prenantes et des ONG 

En septembre 2013, le Réseau européen des associations de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale a publié une évaluation des programmes nationaux de réforme 2013pdf , dans laquelle il demandait à la Commission de renforcer la dimension sociale de l'Europe. Le rapport appelait, entre autres, au développement d'un pacte social et de la gouvernance sociale au cours du semestre européen. Il notait également un manque de conformité entre les mesures relatives aux investissements sociaux de février 2013  et les recommandationspdf Choisir les traductions du lien précédent  des programmes nationaux de réforme ainsi que l'analyse annuelle de la croissance, en partie pour des raisons de calendrier. Peu après la publication de ce rapport, Eurodiaconia écrivit au président Barroso et aux Commissairespdf , pour demander que la CE fasse porter l'analyse annuelle de la croissance 2014 sur l'inclusion, la réduction de la pauvreté et la cohésion sociale plutôt que sur l’adoption d’une orientation purement économique. Il demandait à ce que la stratégie Europe 2020 demeure le principal objectif du semestre européen et que le tableau de bord social proposé par la Direction générale de la Communication de la CE sur la dimension sociale de l'Union économique et monétaire incite les États membres à élaborer des plans correctifs.

Rapports et déclarations officiels

En octobre, le comité de la protection sociale a rédigé un rapport sur les réformes de politique sociale pour la croissance et la cohésion, qui passait en revue les réformes structurelles entreprises entre janvier 2012 et juin 2013 afin d'optimiser les opportunités d'apprentissage mutuel entre les États. Le rapport était divisé en plusieurs parties et regroupait des études de cas sur l'impact des réformes de la protection sociale dans certains pays spécifiques ainsi qu’un tour d'horizon de réformes récentes des retraites, des soins de santé et de l'inclusion sociale en Europe. Tout en reconnaissant l'impact de la crise, le rapport recommandait de réorienter les priorités de l'UE en matière de protection sociale au-delà des conséquences sociales de la crise pour construire des systèmes de protection sociale résilients, flexibles et efficaces qui reposent sur des prestations adéquates, un financement durable et le bon type d'investissements.

Dans un même temps, le président Barroso a poursuivi ses efforts de développement de plans pour un « tableau de bord » social pour l'Europe. En effet, le président Barroso a constaté que l'examen approfondi des déficits nationaux par la Commission européenne devait s'accompagner de progrès en matière de politique sociale. Les plans proposés, expliqués en octobre 2013, consistent à ajouter de nouveaux indicateurs sociaux aux aspects déjà contrôlés par la Commission, notamment des données relatives aux taux de chômage globaux et aux taux de chômage des jeunes, des données sur le pourcentage de la population active qui risque de sombrer dans la pauvreté ainsi que sur l'inégalité des revenus. 

 

Subscribe
Unsubscribe