Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

La ségrégation des enfants roms persiste dans toutes les écoles européennes - un défi de taille

18/11/2013

Depuis des siècles, les Roms font partie du paysage culturel européen. Les membres de ce groupe éthique sont souvent victimes de discrimination et de préjudice, surtout en période de crise économique. Un exemple de discrimination particulièrement fréquent en Europe est la ségrégation des enfants roms dans les écoles publiques.

La ségrégation prend des formes multiples

Les processus qui conduisent à la ségrégation sont complexes et variés. Dans certains cas, les politiques d'admission scolaire, fondées sur les résultats des élèves, ont pour effet de placer un grand nombre de Roms dont les résultats scolaires sont insuffisants dans des écoles séparées. Dans d'autres cas, la ségrégation est le fruit d'une ségrégation résidentielle ; l'exode de la population blanche (quand les résidents majoritaires quittent un quartier dans lequel les minorités sont de plus en plus nombreuses) aggravant des tendances ségrégationnistes existantes aux niveaux résidentiels et scolaires. Enfin, des alliances officieuses entre les enseignants, les parents et parfois les administrateurs des écoles se forment souvent afin d’expulser ou de mettre à l'écart les enfants roms « perturbateurs » des classes et des écoles, dans l'intérêt de la scolarité des enfants. De nombreux autres facteurs interagissent pour tenir efficacement les enfants roms à l'écart dans différentes écoles un peu partout en Europe.

Les efforts de réglementation semblent insuffisants pour résoudre le problème

L'UE et les gouvernements nationaux ont voté des lois interdisant la ségrégation dans les écoles (comme la Directive relative à l'égalité raciale) et la Cour européenne des droits de l'homme a adopté une position anti-ségrégation dans un petit nombre de cas. Cependant, il ressort d'un examen juridique pdfqu'aucun tribunal européen ou national n'a jamais rendu de décision visant à mettre un terme à la ségrégation scolaire et peu de politiques ont pour but de lutter contre les principaux moyens qui la rendent possible. D'ailleurs, un rapport récent du projetpdf du 7e PC « Accept Realism » (Accepter le réalisme) sur les indicateurs de ségrégation a révélé que la ségrégation des enfants roms en Europe demeure une réalité persistante.

La communication culturelle dans le contexte plus large de la lutte contre le racisme

Bien que l'on pense souvent que les efforts d'intégration puissent aider les communautés à éviter et lutter contre les attitudes racistes, le rapport affirme que ces mesures n'atteignent pas toujours les effets souhaités et ont même parfois l'effet contraire. Les auteurs proposent d'envisager des approches réglementaires dont l'objectif serait de mettre en valeur le caractère culturel distinct des Roms pour améliorer les relations entre les communautés, en faisant par exemple appel à des médiateurs interculturels et en favorisant l'éducation interculturelle et le transport en autocars d'écoliers issus de minorités vers des écoles fréquentées par la majorité. Cependant, comme le soulignent les auteurs du rapport, les politiques qui visent spécifiquement la déségrégation ont peu de chances de résoudre efficacement le problème. Ce qui est requis, c'est une évolution culturelle fondamentale : il faut lutter contre le racisme à l'égard des Roms et l'éliminer, aussi bien dans les attitudes populaires que dans le discours politique.

Subscribe
Unsubscribe