Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Résultats du Semestre européen de 2013 – Recommandations relatives aux politiques de l’enfance et de la famille

30/08/2013

À l’occasion du Semestre européen, la Commission européenne examine avec les États membres leur progrès relatifs aux objectifs de la stratégie Europe 2020 adoptée par tous. Ce cycle annuel évalue et coordonne les réformes nationales économiques, sociales et structurelles. Le Semestre se termine lorsque le Conseil adopte les Recommandations spécifiques par pays (CSR) proposées par la Commission. Les Recommandations visent à la réalisation d’une base plus solide pour la croissance après la crise et mettent en exergue la manière dont les pays peuvent améliorer leur potentiel de croissance, accroître les opportunités d’emploi et la compétitivité pour l’année 2013-2014.

Un nouveau Semestre européen commence à la fin de l’année, une fois que la Commission a adopté son examen européen annuel de la croissance. Le document définit les priorités clés pour l’année à venir, dans le but d’encourager une hausse des niveaux d’emploi et de croissance économique.

Les Recommandations offrent des conseils sur mesure pour guider les politiques d’un État membre et couvre un large éventail de questions, du marché du travail aux réformes structurelles en passant par les finances publiques. Les pays faisant partie du Programme d’action (c.à.d. la Grèce, le Portugal, l’Irlande et la Chypre), ne reçoivent pas de Recommandations car leurs programmes sont évalués séparément et plus rigoureusement, dans le but de rétablir le plus rapidement possible leur stabilité financière, leur compétitivité et leur croissance.

L’un des objectifs phares les plus importants de la stratégie Europe 2020 consiste à réduire la population pauvre à raison de 20 millions de personnes d’ici à 2020. La crise actuellement en cours met cet objectif en grand danger. La Commission a évoqué ses inquiétudes vis-à-vis de l’augmentation de la pauvreté (particulièrement celle de la pauvreté des enfants) dans ses Recommandations à plusieurs États membres. En 2012, deux pays seulement (le Royaume-Uni et l’Espagne) avaient reçu une Recommandation sur la pauvreté des enfants ; ce chiffre s’élève désormais à cinq (la Hongrie, l’Italie, la Lettonie, la Roumanie et le Royaume-Uni).

Dans sa récente Recommandation sur l’investissement dans l’enfance qui fait partie du train de mesures sur les investissements sociaux, la Commission a insisté sur l’argument suivant : une meilleure couverture financière des besoins liés à l’enfance représente la condition pour créer une économie du savoir compétente et productive et rendre nos sociétés plus équitables. Il est largement reconnu que l’accès aux services d’éducation et de garde destinés à la petite enfance est d’une importance capitale pour que les enfants issus des milieux défavorisés n’arrête pas les études  trop tôt, pour garantir un meilleur état de santé et de bonnes perspectives d’emploi, et promouvoir une mobilité sociale ascendante. Voilà pourquoi, alors qu’en en 2012, 9 pays ont reçu une Recommandation relative à une garde d’enfants se devant d’être abordable, disponible et de qualité, le chiffre s’élève à 12 en 2013pdf(181 kB).

Lors de la conception de programme de redressement, les décideurs politiques doivent prendre en compte la vulnérabilité des familles pauvres et de leurs enfants ; l’égalité et l’équité doivent se trouver au centre de toute réforme efficace et durable. Cela se traduit par une hausse de 4 à 10 des pays ayant reçu une Recommandation relative à l’efficacité de l’aide sociale, et une hausse de 2 à 8 concernant la Recommandation relative à la couverture satisfaisante des prestations de protection sociale. Le Semestre européen représente l’instrument principal pour encourager les États membres à intensifier l’investissement dans l’enfance.

Subscribe
Unsubscribe