Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

La situation des enfants dans le monde 2013 - les enfants handicapés (UNICEF 2013)

16/07/2013

En mai 2013, l'UNICEF a publié son dernier rapport sur « La situation des enfants dans le monde » , qui cette année se concentre sur les enfants handicapés. Le rapport, qui s'appuie sur des données statistiques du monde entier, présente à la fois une analyse de la situation actuelle et un programme d'action. Il comprend également plusieurs articles uniques de « mise en perspective » de personnes qui ont des expériences diverses de cette question.

child with disability

Quelques observations clés sur la situation actuelle

Bien que le rapport admette que la situation de nombreux enfants handicapés et de leur famille se soit quelque peu améliorée, il insiste sur le fait que les progrès accomplis varient considérablement d'un pays à l'autre. En février 2013, 193 pays avaient ratifié la Convention relative aux droits de l'enfant et 127 pays et l'Union européenne avaient ratifié la Convention relative aux droits des personnes handicapées; mais « la ratification à elle seule ne suffira pas ».

Dans la plupart des pays, on a tenté avant tout de faire entrer les enfants handicapés dans les cadres institutionnels préexistants, afin de les intégrer dans la société, par exemple, en leur faisant fréquenter des écoles « normales ». Cependant, dans de nombreux cas, ces initiatives n'ont fait que renforcer la marginalisation des enfants vulnérables et la discrimination dont ils sont victimes dans leur communauté. Des efforts ont été mis en Ĺ“uvre pour adapter ces établissements aux besoins de ces enfants afin qu'ils puissent pleinement participer à la vie scolaire. Un bilan de la situation des enfants souffrant de handicaps intellectuels, dans 22 pays européens, a révélé que les enseignants habituels ne bénéficiaient pas d'une formation suffisante pour travailler avec les enfants handicapés. Le rapport de l'UNICEF cite également une étude britannique datantpdf de 2007 et ciblant les enfants ayant des besoins éducatifs spéciaux, dans laquelle 55 % d'entre eux déclaraient ne pas avoir été traités de façon équitable en raison de leur handicap. Autrement dit, intégration n'est pas forcément synonyme d'inclusion.

Les enfants handicapés sont confrontés à de nombreux obstacles physiques, civiques et sociaux dans leur vie de tous les jours, dont l'ampleur et la gravité peut varier d'une culture à l'autre. Dans ce rapport, l'UNICEF vise à remettre en question les approches charitables actuelles selon lesquelles les enfants handicapés sont des « bénéficiaires passifs de soins et de protection » et cherche plutôt à les élever au rang légitime de « membres à part entière de la société ». Le rapport invite instamment les décideurs à modifier leurs attitudes rigides vis-à-vis des enfants handicapés et à coopérer avec eux non seulement en tant que bénéficiaires, mais aussi en tant « qu'agents de changement » afin de surmonter les obstacles auxquels ils sont confrontés. L'UNICEF suggère entre autres de multiplier les campagnes publiques de sensibilisation relatives aux enfants handicapés.

Un programme d'action

L'UNICEF a élaboré une liste de recommandations qui pourraient être adoptées par les pays qui ont déjà pris des mesures en vue de ratifier les Conventions. L'UNICEF encourage les gouvernements nationaux à collaborer avec les autorités locales, les employeurs, les associations et autres prestataires de service pour lutter contre la discrimination ; éliminer les obstacles à l'inclusion ; mettre un terme au placement en institution ; soutenir les familles ; aller au-delà des normes minimums ; coordonner les services pour soutenir l'enfant et faire participer les enfants handicapés à la prise de décision.

Le rapport insiste en particulier sur le fait que les États doivent fournir un soutien financier, physique et émotionnel aux familles, car souvent c'est le fait de ne pas pouvoir faire face qui oblige les parents à placer leur enfant dans une institution. La peur de la discrimination et de l'exclusion sociale peut également conduire les parents à « cacher » leurs enfants, leur refusant de ce fait l'accès aux soins et à l'éducation dont ils ont besoin. À la question de « l'invisibilité » vient s'ajouter le cruel manque de données et d'informations rigoureuses sur les enfants handicapés. Par conséquent, l'UNICEF réclame un plus grand effort, au niveau international, afin d'aboutir à des estimations fiables, valables et comparables à l'échelle internationale et de faciliter la mise en place, par les gouvernements et leurs partenaires internationaux, de « politiques et de programmes adaptés ».

Subscribe
Unsubscribe