Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Éducation et intégration des enfants migrants de deuxième génération en Europe

30/05/2013

La migration est essentielle pour relever les défis auxquels est confrontée une société européenne vieillissante, mais les différences entre le statut socio-économique des migrants et des populations autochtones persistent et sont dans une certaine mesure transmises aux générations nées dans le pays d'accueil. Bien qu'elle soit plus enviable que celle des migrants de première génération, la situation socio-économique des migrants de deuxième génération nés de parents étrangers (c'est-à-dire dont les deux parents sont nés à l'étranger), demeure défavorisée par rapport à celle des autochtones. Alors que d'après les statistiques d'Eurostat, les migrants en tant que groupe sont défavorisés en termes de résultats scolaires, de revenus et de taux d'emploi, pour ceux de deuxième génération (c'est-à-dire les personnes nées dans le pays dont un ou deux parents sont nés à l'étranger), il semblerait que ces handicaps se soient estompés, voire même, dans le cas des migrants de deuxième génération d'origine mixte (dont un seul parent est né à l'étranger), se soit parfois inversé. Néanmoins, les niveaux de résultats scolaires des migrants de deuxième génération différent considérablement d'un État membre à l'autre.

children playing at school, (c) IStock

Les enfants migrants de deuxième génération et le système éducatif

Le terme « migrants de deuxième génération » fait référence à deux groupes distincts de descendants directs de migrants. Le premier groupe, d'origine mixte, concerne les natifs qui ont un parent né à l'étranger et un parent né dans le pays. Le second groupe, d'origine étrangère, concerne les natifs dont les deux parents sont nés à l'étranger.

Les études menées au niveau des États membres ou qui se concentrent sur des groupes de migrants particuliers ont démontré que la structure du système scolaire joue sur l'intégration. Les jeunes migrants de deuxième génération d'origine étrangère risquent généralement plus souvent de quitter le système éducatif et de formation sans avoir obtenu un diplôme secondaire supérieur. Si l'on compare le taux de jeunes qui quittent prématurément l'école parmi les migrants de deuxième génération d'origine étrangère et les migrants de première génération, la situation des migrants de deuxième génération est bien meilleure ; le nombre de jeunes d'origine étrangère qui quittent l'école prématurément est nettement inférieur à celui des jeunes nés à l'étranger (17 % contre 26 % respectivement). Pour les hommes comme pour les femmes au niveau de l'UE, le nombre de migrants de deuxième génération qui ont un faible niveau d'instruction a tendance à être légèrement inférieur à celui de leurs homologues dont les parents sont natifs. D'un côté, cette tendance suggère que les systèmes éducatifs s'efforcent d'intégrer les enfants d'immigrés, bien qu'il demeure difficile d'évaluer l'efficacité de ces mesures par rapport au potentiel d'intégration de l'écolepdf. D'un autre côté, comme le montrent les études sur l'intégration des migrants de deuxième génération en Suède, présentées par le Professeur Kirk Scott lors du Forum sur la démographie qui s'est tenu à Bruxelles en 2013, l'origine socio-économique des enfants migrants (c'est-à-dire le revenu et le niveau d'instruction de leurs parents) explique en grande partie l'écart qui existe entre leurs résultats et ceux des élèves natifs. Une fois ces facteurs pris en compte, l'écart entre les niveaux d'instruction est considérablement réduit et suggère que la cause de la divergence est de nature plus socio-économique que culturelle.

Facteurs qui améliorent les résultats scolaires et l'intégration : les relations avec l'école, la famille et les amis

Il s'est avéré que la participation à des structures éducatives et de soutien adaptées aux origines sociales des enfants migrants contribue en grande partie à faciliter l'intégration. Une étudepdf réalisée dans le cadre du projet européen TIESpdf sur les enfants turcs de deuxième génération en Europe, a révélé qu'une scolarisation précoce réduit l'écart entre les enfants d'immigrés et les enfants de natifs. Entrer à la maternelle à l'âge de deux ou trois ans semble être la solution la plus efficace. Bien que la présence d'une grande proportion de pairs migrants de première génération corresponde à des résultats inférieurs chez les pairs natifs comme chez ceux de deuxième génération, les écoles ségréguées peuvent avoir des effets négatifs supplémentaires ; en effet, on s'est aperçu que les jeunes qui les fréquentaient poursuivaient moins souvent leurs études. De même, dans les systèmes scolaires où la sélection est précoce, il est important de proposer des voies d'accès plus longues et différentes à l'enseignement supérieur afin de donner aux enfants d'immigrés d'autres opportunités de suivre des études supérieures.

Le rôle de la coopération entre les parents et l'école et la composition de groupes d'amis jouent aussi un rôle important pour améliorer les niveaux d'instruction et l'intégration en général. Souvent les parents migrants ne peuvent fournir à leurs enfants qu'un soutien socio-émotionnel et non pratique et nécessitent une stratégie de soutien différente de la part des écoles. De plus, les écoles peuvent souvent faire appel à des frères et sÅ“urs plus âgés qui, dans les familles d'immigrés, se chargent de nombreuses responsabilités généralement assurées par les parents et qui peuvent participer à des activités de mentorat. D'après des études[V8]msw8 réalisées en Allemagne, les groupes d'amis et en particulier les cercles d'amis diversifiés, sont également un catalyseur important d'une intégration réussie, aussi bien du point de vue des niveaux d'instruction que du succès professionnel ou des liens avec la communauté du pays d'accueil.

Pour conclure, tenir compte des spécificités des antécédents socio-économiques et culturels des migrants de deuxième génération semble avoir le potentiel de faciliter de façon importante l'intégration et le succès scolaire et professionnel de ces enfants.

Subscribe
Unsubscribe