Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

11e bilan de l'UNICEF sur le bien-être des enfants dans les pays riches

08/05/2013

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a récemment publié une étudepdf comparative sur le bien-être des enfants dans 29 des économies les plus avancées au monde. En s'appuyant sur des données internationales de 2009 et 2010, le rapport analyse cinq dimensions du bien-être à savoir : l'éducation, le logement et l'environnement, le bien-être matériel, la santé et la sécurité et les comportements et risques. Ce bilan est divisé en trois sections : un classement des pays ; le point de vue des enfants sur leur propre bien-être et comment le bien-être des enfants a évolué depuis le bilan 2007 de l'UNICEF sur le même sujet. Dans l'ensemble, les données montrent une amélioration pour la plupart des indicateurs de bien-être des enfants, indépendamment du PIB par habitant. De plus des progrès particulièrement importants ont été notés en Europe centrale et orientale.

children playing outside, (c) IStock

Les multiples facettes du bien-être des enfants

Le bilan souligne que l'obligation morale d'améliorer le bien-être des enfants est largement admise, en partie à cause de ses conséquences sur tout un éventail de facteurs plus tard dans la vie comme la réussite scolaire, le salaire et l'emploi, la criminalité et les comportements antisociaux et les dépenses de santé, pour n'en citer que quelques-uns. Des indicateurs de substitution sont utilisés pour examiner l'évolution sur la durée des cinq dimensions du bien-être des enfants. Par exemple, l'aspect « éducation » du bien-être est mesuré en fonction des taux de participation à l'éducation préscolaire et à l'enseignement secondaire (de 15 à 19 ans), du taux de jeunes de 15 à 19 ans qui ne sont ni à l'école, ni en formation, ni sur le marché du travail (NEET) et des scores PISA en lecture, mathématiques et sciences. La première section du bilan fournit un classement résumé et donne la liste des substituts spécifiques qui constituent les indicateurs globaux pour les cinq domaines susmentionnés du bien-être des enfants ; les principaux résultats de chaque substitut sont également analysés. Par exemple, l'analyse du bien-être matériel utilise quatre indicateurs dont les taux de pauvreté relative des enfants (la proportion d'enfants qui vivent dans des ménages où le revenu disponible correspond à moins de 50 % du revenu national médian) et l'écart de pauvreté chez les enfants (qui évalue l'ampleur de la pauvreté des enfants en quantifiant la distance entre le seuil de pauvreté et le revenu médian de ceux vivant au-dessous de ce seuil de pauvreté.) Les données révèlent que dans environ un quart des 29 pays étudiés, l'écart de pauvreté chez les enfants est supérieur à 30 %.

Évolution du bien-être des enfants au cours des dix dernières années dans les économies avancées

Les sources de données ayant été modifiées, il n'est pas possible de faire une comparaison directe de l’intégralité des bilans 2007 et 2013. Par conséquent, l'analyse comparative présentée dans le rapport 2013, porte sur des indicateurs communs entre le bilan 2013 et le bilan 2007 (qui s'appuyait sur des données de 2001 à 2003). Dans l'ensemble et malgré des changements importants dans certains pays, le classement global des pays reste stable et l'on note des améliorations pour la plupart des indicateurs de bien-être des enfants. Bien que l'ajustement des indicateurs ne permette pas de réaliser de comparaisons directes portant spécifiquement sur la pauvreté infantile, certains indicateurs comme la privation matérielle semblent être en baisse et les États d'Europe centrale et orientale gagnent du terrain sur les pays d'Europe occidentale. L'écart entre l'Europe centrale et orientale et l'Europe occidentale semble également se réduire pour la santé infantile (évaluée à partir des taux de mortalité infantiles). Les taux de scolarisation dans l'enseignement secondaire ont augmenté dans 14 des 21 pays où ces données étaient disponibles, mais semblent avoir baissé d'environ deux points de pourcentage dans certains pays d'Europe occidentale dont la France et le Royaume-Uni. D'autres indicateurs révèlent que le nombre d'adolescents et d'enfants qui fument, boivent de l'alcool ou se battent a baissé. Par contre, le bien-être subjectif des enfants offre un tableau plus nuancé : la moitié des 21 pays pour lesquels des données étaient disponibles indiquait une augmentation de la perception de bien-être, tandis que l'autre moitié se déclarait moins satisfaite. La section comparative qui porte sur les tendances au cours de la dernière décennie s'achève par un commentaire sur la récession économique et ses répercussions. Elle établit une comparaison avec des pays qui ont connu la récession à la fin des années 1980 et au début des années 1990 et met en garde contre le fait de ne pas accorder une priorité élevée à l'enfance.

Subscribe
Unsubscribe