Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Protéger les enfants internautes (EU Kids online)

08/05/2013

Les enfants d'aujourd'hui évoluent dans un environnement radicalement différent de celui de leurs parents quand ils étaient enfants. La présence croissante du monde virtuel dans la vie privée et l'enseignement est l'une des différences intergénérationnelles les plus notables. Elle a un effet profond sur les niveaux d'activité physique et de socialisation de l'enfant et remet en question les modèles de comportement des générations précédentes. Les activités en ligne exposent tout particulièrement les enfants à de nouvelles formes de risques et engendrent des vulnérabilités peu connues des parents et des enseignants. Les institutions européennes et les projets financés par l'UE cherchent de plus en plus à prévenir ces risques et à protéger la sécurité des enfants en ligne.

child looking at computer screen, (c) IStock

Internet est un élément important de la vie des enfants européens

Aujourd'hui internet est fortement ancré dans la vie de la plupart des enfants. D'après une enquête paneuropéenne couvrant 33 pays et menée dans le cadre du projet « EU Kids Online », 60 % des 9 à 16 ans vont en ligne tous les jours ou presque tous les jours. Les enfants ont accès à internet de plus en plus jeunes. Ils réalisent une série d’activités en ligne variées et potentiellement bénéfiques: les 9-16 ans utilisent internet principalement pour le travail scolaire (85 %), pour jouer à des jeux (83 %), pour regarder des vidéo clips (76 %) et pratiquer la messagerie instantanée (62 %). En moyenne, 59 % des 9-16 ans ont un profil sur un réseau social et cette proportion augmente avec l'âge de l'enfant. Parmi les utilisateurs des sites sociaux, 26 % ont un profil public. L'utilisation de l'informatique, les compétences et les risques encourus varient énormément d'un pays à l'autre et d'un groupe socioéconomique à l'autre, mais en général plus l'usage est élevé et plus les risques encourus par les enfants sont grands.

Les risques ne se traduisent pas forcément par des conséquences négatives

D'après une évaluation réalisée par l'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information (ENISA), les risques les plus graves associés à internet incluent la cyber-intimidation et le « grooming » en ligne (pratique qui consiste à utiliser internet pour mettre un mineur en confiance afin d'en abuser sexuellement) entraînant de graves problèmes de santé physique ou mentale ; s'exposer irréversiblement à internet en publiant des informations personnelles importantes ; le déséquilibre entre les compétences techniques et sociales ; la discrimination fondée sur les habitudes de comportement (souvent utilisée par les agences marketing) et une utilisation abusive suite à une perte de données.

Bien qu'internet présente des risques significatifs pour les jeunes utilisateurs et que l'exposition à ces risques augmente avec l'âge et la fréquence d'utilisation, ils ne se traduisent pas forcément par des conséquences négatives. De plus, les enfants ne sont pas totalement sans défense face aux cyber-risques. D'après l'enquête de EU Kids Online, la plupart des 11-16 ans savent bloquer des messages de personnes indésirables (64 %) ou trouver des conseils de sécurité en ligne (64%). La moitié d'entre eux (56 %) sait modifier les paramètres de sécurité, comparer les sites web pour évaluer leur qualité (56 %) et bloquer les pourriels (51 %).

Le « grooming » par des pédophiles, la cyber-intimidation par des pairs et l'exposition à du matériel pornographique sont les risques les plus graves qui menacent les jeunes internautes. Cependant, l'enquête révèle que le contenu pornographique n'est pas nécessairement perçu comme dangereux par les enfants eux-mêmes : par exemple, tandis que 14 % d'enfants déclaraient avoir vu des images sexuellement explicites en ligne au cours des douze derniers mois et 13 % avoir reçu des messages sexuels, ils n'étaient que 2 % à dire que cela les avait perturbé. Cela soulève la question de la désensibilisation des enfants qui sont souvent exposés à des contenus inappropriés. En revanche, bien que le harcèlement ait généralement lieu hors ligne et que 6 % seulement des enfants interrogés aient reçu des messages blessants, ils disaient souvent en avoir été très perturbés. Une étudepdf menée aux États-Unis révéla que les comportements préjudiciables en ligne avaient souvent tendance à correspondre à une plus grande utilisation de la technologie par les enfants : chez les adolescentes, une forte augmentation du nombre de textos envoyés, par exemple, correspondait à nombre croissant de messages de harcèlement et d'intimidation. Ainsi, les environnements virtuels reflètent les comportements réels et ouvrent de nouvelles possibilités pour le vécu des enfants.

Les parents et l'école ont un rôle important à jouer pour apprendre aux enfants comment utiliser internet

D'après l'Eurobaromètrepdf Choisir les traductions du lien précédent , les parents s'inquiètent essentiellement du contenu auquel leurs enfants ont accès sur internet et craignent qu'ils ne deviennent victimes de « grooming » en ligne, cependant ils ne savent pas très bien si ces risques se matérialisent ou non. L'enquête d'EU Kids Online révèle que plus de la moitié des parents ne sait pas que leurs enfants sont exposés à un contenu dangereux, échangent des messages sexuels ou rencontrent dans la vie réelle des personnes rencontrées en ligne. Bien que la plupart des parents pensent qu'il est important de parler à leurs enfants de leurs activités en ligne et tentent de nouer un dialogue, peu connaissent l'existence d'outils destinés à réduire les risques, comme les filtres. La plupart des enfants considère que leur école est le principal interlocuteur au sujet de leur sécurité sur internet.

La sécurité en ligne implique les enfants, les adultes et les fournisseurs de services internet

Étant donné que l'Union européenne considère l'inclusion numérique et la formation en compétences électroniques comme des priorités fondamentales, s'assurer que les enfants sont protégés contre les cyber-risques et adoptent une attitude responsable vis-à-vis de leurs actions en ligne est d'une importance capitale. Les gouvernements nationaux, les institutions européennes, et les projets financés par l'UE s'intéressent de plus en plus à ces questions. Pour atteindre ces objectifs, le projet EU Kids recommande que des campagnes d'information et des initiatives visant à développer les capacités répondent non seulement aux besoins des enfants mais aussi à ceux des parents et des éducateurs. De plus, les prestataires de service comme les réseaux de médias sociaux, sont responsables de tenir compte de la sécurité des jeunes utilisateurs lorsqu'ils définissent et font respecter leurs politiques sur la protection des données et des renseignements personnels. Cependant, il ne faut pas oublier que certains problèmes comme le harcèlement, nécessitent une approche qui va au-delà des activités associées aux comportements en ligne et qui englobe des contextes socio-politiques plus larges.

Subscribe
Unsubscribe