Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Conférence de Copenhagen sur les droits des enfants et la prévention de la pauvreté infantile

31/05/2012

Le 19 mars 2012, une conférence a eu lieu à Copenhague concernant la prévention de la pauvreté infantile, et le droit des enfants à grandir sur un pied d’égalité sur la base de la participation de la famille, des droits des enfants et de l’offre de services de haute qualité envers les enfants. Cette conférence a réuni des experts, des organisations non gouvernementales et d’autres parties prenantes, pour aborder la question de la pauvreté infantile dans les Etats Membres de l’Union européenne, intégrant l’approche des droits des enfants dans les politiques clé, ainsi que l’accès aux mesures de soutien aux famille, l’éducation des jeunes enfants et la garde des jeunes enfants, et la participation des enfants à l’élaboration de politiques. Cette conférence a été tenue par la présidence danoise du Conseil européen de 2012 et par le Ministère des Affaires Sociales et de l’Intégration, en collaboration avec la Commission européenne et le Groupe Intergouvernemental «l’Europe de l’Enfance».

children jumping in the air

Pauvreté  infantile en Europe

Elodie Fazipdf, de la Commission européenne, a abordé la pauvreté infantile du point de vue de l’Union européenne. Mme Fazi a mis en lumière l’exclusion sur le marché du travail en tant que risque principal engendrant la pauvreté infantile, ajoutant que l’emploi ne prévient pas nécessairement la pauvreté, autour de 8,5 % des travailleurs étant exposés au risque de pauvreté dans l’Union européenne.  Le rôle des transferts sociaux s’est avéré « essentiel », réduisant la pauvreté infantile d’environ 40 % sur l’Union européenne. Afin d’empêcher le désavantage de s’étendre à travers les générations, Mme Fazi a préconisé une intervention précoce au niveau des services relatifs au domaine de l’éducation, au domaine de la santé, au domaine du logement, au domaine de la protection infantile et au domaine des opportunités de participation. Mme Fazi a aussi souligné l’importance de la coordination des efforts des Etats Membres par l’Union européenne, indiquant que celle-ci a déjà contribué à la création d’une compréhension commune des désavantages de la pauvreté infantile et des défis communs. Mme Fazi a aussi indiqué que celle-ci a engendré une sensibilisation quant aux politiques et aux programmes qui fonctionnent le mieux, et quant aux programmes qui inscrivent la pauvreté infantile dans la stratégie politique.

Participation des enfants et élaboration de politiques efficaces

Leda Koursoumba,pdf le vice-président du « European Network of Ombudspersons for Children » (ENOC)(le Réseau européen des médiateurs des enfants), a parlé de l’importance de la participation des enfants en tant que droit en soi, et en tant que moyen d’exercice d’autres droits. Elle a indiqué que « la participation des enfants est souvent considérée comme ayant peu d’importance dans la création de politiques, du fait que, selon un nombre important de personnes, la consultation des enfants représente un gaspillage d’argent, d’énergie et de temps, et un luxe dont on ne peut pas se permettre ». Mme Koursoumba a conclu que, « pour que la création de politiques soit efficace, elle doit aller plus loin qu’un simple exercice consistant à cocher des cases ou qu’une consultation isolée : elle doit avoir pour objectif une analyse approfondie des expériences réelles des enfants ».

Aperçu sur la participation des enfants

Dr. Roberta Ruggieropdf, le Coordinateur du Secrétariat de ChildONEurope, a présenté un aperçu de la politique de participation des enfants à travers l’Europe. Celui-ci a indiqué que 18 pays ont des mesures en place pour la participation des enfants au niveau de diverses lois, que trois pays n’ont aucunes mesures en place, et qu’un pays n’a pas répondu concernant cette question. Dans les pays qui ont des mesures en place pour la participation des enfants, il existe 10 lois pour la promotion des enfants, et 16 lois pour la protection des enfants.

Conclusions tirées de cette Conférence

Le Secrétaire permanent adjoint des Affaires Sociales et de l’Intégration, Mr Jesper Brask Fischer, a indiqué les priorités soulignées lors de cette Conférence au niveau des politiques. Parmi celles-ci figure la nécessité d’assurer une protection sociale appropriée par des programmes décrits d’une façon précise et correctement évalués, afin de s’assurer que les enfants et les familles vulnérables bénéficient de l’aide et du soutien qui leur est offert, l’identification précoce des familles et des enfants à risque, la reconnaissance du rôle de la famille et l’indispensabilité d’un soutien familial et d’un soutien en réseau en matière de protection sociale des enfants vulnérables, et l’offre d’avantages familiaux adéquats et bien conçus avec un accès aux services sociaux. Il a aussi indiqué que le personnel professionnel de première ligne travaillant dans les écoles et les services de garde des jeunes enfants doit jouer un rôle important dans le domaine d’une intervention précoce et dans les programmes de prévention.


Subscribe
Unsubscribe