Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Un jeu sérieux pour répondre au déclin démographique

18/04/2011

Quelque 35 représentants des régions et des villes de l’Union européenne, de la Commission européenne et du gouvernement néerlandais se sont rencontrés à Bruxelles le 23 mars 2011 lors d’un séminaire portant sur « Un jeu sérieux et les conséquences du déclin démographique pour les communautés locales. » Organisé par le ministère néerlandais de l’intérieur et des relations du Royaume ainsi que par la Commission européenne (DG Emploi, affaires sociales et inclusion), le séminaire a exploré les réponses des politiques européennes au déclin démographique et a présenté un outil pédagogique appelé aussi « un jeu sérieux » visant à aider les autorités et les parties prenantes à prendre les bonnes décisions. Quelque 35 représentants des régions et des villes de l’Union européenne, de la Commission européenne et du gouvernement néerlandais se sont rencontrés à Bruxelles le 23 mars 2011 lors d’un séminaire portant sur « Un jeu sérieux et les conséquences du déclin démographique pour les communautés locales. » Organisé par le ministère néerlandais de l’intérieur et des relations du Royaume ainsi que par la Commission européenne (DG Emploi, affaires sociales et inclusion), le séminaire a exploré les réponses des politiques européennes au déclin démographique et a présenté un outil pédagogique appelé aussi « un jeu sérieux » visant à aider les autorités et les parties prenantes à prendre les bonnes décisions.

Planifier et faire face au déclin

Selon le Professeur Thorsten Wiechmann de l’Université technique de Dortmund, trois développements majeurs ont contribué au recul démographique en zone urbaine : le développement des banlieues, la restructuration économique et le changement démographique. L’exposé du Professeur Wiechmann a examiné cinq villes européennes confrontées au déclin démographique. Même si les facteurs spécifiques sous-jacents au déclin démographique varient d’un cas à l''autre, les cinq villes étudiées présentent toutes des caractéristiques communes, telles que le vieillissement de la population et des capacités financières limitées pour faire face aux pressions. Le Professeur a également souligné que l’aménagement urbain était généralement conçu pour faire face à une croissance démographique et non à un déclin, ce qui nécessite un changement de paradigme.

Le Dr. Anna Kurowska de l’Université de Varsovie a concentré son étude sur la Pologne, pays où la population a régressé depuis la fin du XXe siècle, et qui risque encore de diminuer au cours des 25 prochaines années. Les régions du Centre Sud et de l’Est sont notamment menacées par ce déclin démographique. Au niveau des politiques, les réponses proposées incluent les mesures visant à lutter contre le faible accroissement naturel de la population (les politiques familiales telles que le congé de maternité) ; les mesures luttant contre le solde migratoire international négatif (telles que les crédits d’impôt et les cotisations de sécurité sociale plus faibles pour les migrants qui retournent dans leur pays) ; et les mesures qui visent à lutter contre la migration intérieure (favoriser le développement régional en investissant dans les infrastructures de transport et en encourageant l''esprit d''entreprise).

Les Pays-Bas : conséquences et prochaines étapes

La croissance négative est plus fréquente en Europe centrale et en Europe de l’Est mais elle affecte également un pays comme les Pays-Bas. Même si l’on doit s’attendre à un accroissement de la population nationale jusqu’en 2040, explique William Segers du ministère de l''intérieur, 45 % des communes pourraient voir leur population diminuer d’ici à 2025. Ce phénomène pourrait avoir des impacts positifs sur la société tels que la baisse des prix de l’immobilier, la diminution des embouteillages, et l’élargissement des espaces contribuant au développement du paysage urbain. Toutefois, les impacts négatifs ne sont pas négligeables : dégradation des zones industrielles, baisse des revenus pour les communes et perspectives d’emploi moindres.

L’approche des politiques aux Pays-Bas se base sur l’anticipation des problèmes en amont, les enseignements tirés des expériences précédentes et la coopération avec d’autres parties. Un exemple de l’application concrète de cette politique est le développement de l’outil informatique ou « un jeu sérieux » par le ministère néerlandais de l’intérieur et des relations du Royaume. Conçu pour jouer en groupe, ce jeu vise à sensibiliser les décideurs à la question et permet aussi aux utilisateurs de s’exercer et d''expérimenter des choix politiques complexes, tout en tenant compte des intérêts des autres.

Un instrument pratique pour les décideurs

Déjà utilisé par les responsables politiques néerlandais, ce jeu est désormais disponible en version anglaise. Les participants au séminaire se sont essayé à la démo du jeu (une session entière prend toute une journée). Pour Paul Engelen de la Chambre des provinces néerlandaises et organisateur de l''événement, l’aspect essentiel de ce jeu consiste à découvrir que pour faire face au déclin démographique il faut « coopérer avec d’autres organisations. Par exemple, un gouvernement provincial ne peut rien faire s''il ne coopère pas avec d’autres collectivités, coopératives immobilières, hôpitaux ou écoles. » Sur les 27 États membres de l’UE, 18 enregistrent un déclin de leur population dans une ou plusieurs régions. Le ministre de l’intérieur néerlandais espère donc que ce jeu se révèlera utile à d’autres pays européens également. Comme l’a déclaré M. Engelen, « Il s’agit là d’une bonne simulation permettant d’aborder une situation très concrète. »

For further information

Subscribe
Unsubscribe