Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

La présidence hongroise à l’œuvre sur le front de l’éducation préscolaire universelle et de qualité

15/03/2011

La conférence « Excellence et équité dans l’éducation et l’accueil des jeunes enfants » s’est tenue les 21 et 22 février à Budapest. Ce premier rendez-vous de haut niveau organisé sur le thème de l’éducation sous la présidence hongroise de l’UE a réuni des experts des ministères des États membres, des décideurs politiques et des représentants de diverses organisations internationales.

La conférence s’est tenue quelques jours à peine après la publication, par la Commission, d’une communication qui préconise l’accès universel à une éducation préscolaire de qualité dans l’UE. Les participants ont analysé les avantages de la préscolarisation, la structure, la gouvernance et le financement des systèmes d’éducation préscolaire et d’accueil de la petite enfance, les compétences du personnel et les cadres pédagogiques globaux. Ils ont également abordé la nécessité d’établir un partenariat avec les parents et les communautés locales.

L’éducation préscolaire est essentielle au développement des enfants

Dans leur discours d’ouverture, tant Rózsa Hoffmann, ministre déléguée auprès du ministère des ressources humaines chargée de l’éducation, qu’Androulla Vassiliou, commissaire européenne en charge de l’éducation, ont rappelé l’importance de la qualité de l’éducation préscolaire pour le bien-être et le développement global des enfants. Toutes deux ont insisté sur l’importance cruciale d’une augmentation des investissements dans l’éducation préscolaire.
Mme Vassiliou a rappelé que « dans l’UE, un élève de 15 ans sur cinq a des difficultés en lecture, et qu’un sur sept, toujours dans le même groupe d’âge, fait l’école buissonnière ou abandonne l’école pour de bon. Nous devons combler ce fossé », a-t-elle insisté. Et d’ajouter que l’éducation préscolaire joue un rôle majeur dans l’accomplissement d’objectifs de la stratégie « Europe 2020 », en l’occurrence ramener le taux d’abandon scolaire sous la barre des 10 % et protéger 20 millions contre le risque de pauvreté d’ici 2020.

Dans l’ensemble, les participants s’accordent à reconnaître que bénéficier d’un accueil et d’une éducation de qualité à un âge précoce améliore par la suite les résultats scolaires des enfants, leurs compétences cognitives et non cognitives, jette de bonnes bases pour les amener à se livrer à l’apprentissage tout au long de la vie et aide à combattre à la fois le handicap scolaire et l’abandon scolaire.

Le professeur Edward Melhuish, de l’Université de Londres, a expliqué qu’un accueil et une éducation préscolaires équitables et de qualité généraient le rendement le plus élevé en termes de développement de capital humain et étaient à la clé de la réussite: de meilleurs résultats scolaires, un plus grand épanouissement social, de meilleures compétences et une plus grande réussite professionnelle, des abandons scolaires moins nombreux et une utilisation plus efficiente des deniers publics.

Deborah Roseveare, de l’OCDE, a analysé plusieurs aspects économiques de l’éducation préscolaire et de l’accueil de la petite enfance. Elle a par exemple souligné que des avantages s’observaient chez tous les enfants pris en charge, certes, mais qu’ils étaient nettement plus importants chez les enfants de condition modeste ou victimes d’exclusion sociale, comme les enfants issus de l’immigration et les Roms. « Les enfants de milieu défavorisé commencent l’école avec un désavantage en termes d’apprentissage, d’écriture et de compétences sociales. L’éducation préscolaire est particulièrement importante pour qu’ils réussissent à apprendre et qu’ils rattrapent leur retard plus tard », a-t-elle souligné.

Une offre et une qualité inégales dans l’UE

John Bennett, du Thomas Coram Research Institute (Royaume-Uni), a tiré la sonnette d’alarme à propos des énormes disparités qui s’observent dans l’éducation préscolaire et l’accueil de la petite enfance en termes de structure, de gouvernance et d’assurance qualité en Europe. Il a insisté sur l’importance de mettre en place des structures intégrées et d’adopter des approches coordonnées au sein des ministères nationaux.

« La plupart des pays ont largement réussi à maintenir un système public d’éducation préscolaire pour les enfants âgés de trois à six ans et enregistrent des taux élevés de préscolarisation. Dans de nombreux cas toutefois, la qualité et l’accessibilité de ces structures pourraient être grandement améliorées », a-t-il expliqué. Il a également insisté sur le fait que les services pour enfants de moins de trois ans étaient souvent peu nombreux et qu’ils restaient sous-financés et insuffisamment réglementés dans de nombreux pays. Les populations vulnérables, comme les familles de Roms, n’ont pas la possibilité d’accéder aux structures d’éducation préscolaire et réussir l’entrée dans l’enseignement primaire est un défi énorme pour leurs enfants.

Le nouveau plan d’action de la Commission : l’accès universel à une éducation préscolaire de qualité dans l’UE

Quelques jours avant la tenue de la conférence, la Commission européenne a publié une communication intitulée: « Éducation et accueil de la petite enfance : permettre aux enfants de se préparer au mieux au monde de demain ». Son projet vise à donner à chaque enfant un meilleur départ dans la vie et à jeter les bases de son apprentissage tout au long de la vie, de son intégration sociale, de son épanouissement personnel et de son employabilité.

Les propositions de la Commission constituent une réponse à la demande formulée par les ministres de l’éducation lors de leur réunion de mai 2009, a expliqué Mme Vassiliou. « Les pays ont reconnu que les enfants peuvent en profiter beaucoup, ils seront mieux préparés à l’apprentissage tout au long de la vie et une vie plus belle s’offre à eux », a-t-elle ajouté.

Selon Adam Pokorny, de la direction générale de l’éducation et de la culture (Commission européenne), « la communication est historique, car jusqu’ici, l’UE considérait uniquement l’éducation préscolaire et l’accueil de la petite enfance sous l’angle du marché de l’emploi.  Elle s’attelle maintenant à améliorer l’accessibilité et la qualité de l’éducation préscolaire institutionnelle dans l’intérêt des enfants. Comme l’explique la communication, plus la préscolarisation est précoce, plus les avantages en sont grands, en particulier pour les enfants de condition modeste. Si nous voulons briser le cycle de la pauvreté, c’est à ce stade-là qu’il faut intervenir », a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs expliqué que le texte vise à encourager tous les États membres à proposer l’accès universel à une éducation préscolaire de qualité, sur la base d’un financement stable et d’une bonne gouvernance, et à adopter une approche intégrée à l’égard de l’éducation et de l’accueil de la petite enfance.

L’amélioration de la qualité de l’éducation préscolaire compte parmi les grandes priorités. Entrent dans ce domaine d’action l’analyse de la formation et des qualifications du personnel, la revalorisation de leur rémunération et l’amélioration de leurs conditions de travail. Parmi les autres aspects importants évoqués dans les propositions, citons la nécessité d’adapter les cursus à l’âge des enfants, la mise en place de systèmes d’assurance qualité et l’élaboration d’indicateurs pour suivre les progrès accomplis dans chaque pays.

Impliquer les familles et les communautés

Le choix d’une pédagogie de grande qualité et l’implication des parents et de la communauté dans l’éducation préscolaire et l’accueil de la petite enfance ont été étudiés lors d’ateliers spécifiques. Les participants s’accordent à reconnaître que des lieux propices d’apprentissage, dans des bâtiments et des environnements pédagogiques de qualité, sont cruciaux, tout comme la mise à disposition gratuite et libre de matériel pédagogique adapté aux enfants. Il a également été observé que la participation active des enfants à des activités (chant, danse, musique, bricolage) avait un impact à court et long terme sur leur développement ainsi que sur leur image et estime de soi. Irene Nagy Jenoné, de l’Université Szent István (Hongrie), a présenté un nouveau programme artistique éducatif qui vise à enrichir et à différencier la façon dont les enfants considèrent l’art d’un point de vue moral, intellectuel et esthétique.

L’implication des parents et leur grand soutien au développement de leurs enfants font partie des éléments jugés cruciaux pour une préscolarisation réussie. Myriam Mony, de l’École Santé Social Sud-Est (France), a présenté un modèle d’éducation préscolaire « parents admis », qui prévoit que les parents passent une partie de leur temps dans une structure d’accueil de la petite enfance. Cet engagement volontaire contribue à la qualité à plusieurs égards. Les parents sont confrontés à d’autres enfants qui sont en contact avec les leurs.

Le Conseil exploitera les travaux de la conférence pour élaborer, puis adopter des conclusions quant à l’amélioration de l’accessibilité et de la qualité de l’éducation préscolaire et de l’accueil de la petite enfance, avec en ligne de mire le projet plus vaste de créer un cadre politique pour renforcer la coopération européenne dans ce domaine.

For further information

Programme et présentations de la conférence

Communication de la Commission pdf Choisir les traductions du lien précédent du 17 février 2011 "Éducation et accueil de la petite enfance: permettre aux enfants de se préparer au mieux au monde de demain" 
 

 
Subscribe
Unsubscribe