Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Conférence de la Présidence belge de l’Union européenne sur l’élimination de l’écart de salarial au sein de l’UE

15/11/2010

Perspectives de la Commission européenne/ du Parlement européen au sujet de l’écart de rémunération

Lors de la session d’ouverture, Xavier Prats Monne, Directeur à la DG Emploi, affaires sociales et égalité des chances, a suggéré de modifier l’orientation des arguments en vue de la réduction de l’écart salarial lors des discussions avec les décideurs politiques qui abordent ce sujet délicat. Il a en effet proposé que les discussions soient moins axées sur l’aspect “équité” des salaires et qu’elles portent davantage sur l’aspect économique de l’égalité entre les genres. Selon lui, les femmes constituent une source importante de capital humain sur laquelle les sociétés peuvent s’appuyer.

Eva-Britt Svensson, présidente de la Commission des droits de la femme et de l''égalité des genres du Parlement européen, a fait une présentation sur la résolution adoptée par le Parlement européen en 2008. L’une des recommandations de cette résolution prévoit que les organismes chargés de la promotion et de la surveillance de l''égalité de traitement devraient jouer un rôle plus important en matière de réduction de l''écart de rémunération entre les femmes et les hommes en leur conférant la capacité juridique de saisir un tribunal dans des cas de discrimination salariale.

Aperçu des stratégies des États membres de l’UE

Des représentants de la Finlande, du Royaume-Uni, de la France et de la Suède ont présenté les stratégies mises en œuvre sur leur territoire pour réduire l’écart de rémunération. Le Dr Helen Carrier, économiste en chef au Bureau des égalités du Gouvernement britannique, a déclaré que l’approche du Royaume-Uni se concentrait de plus en plus sur des changements comportementaux et non législatifs. En matière d’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, le Royaume-Uni entend « encourager le partage des tâches parentales depuis les premiers stades de la grossesse, en soutenant notamment un système de congé parental flexible » et « soutenir la mise en place de crèches gratuites pour les enfants en âge préscolaire ». Elle a également déclaré qu’il était important « d’observer ce qui se passe dans les foyers et de voir qui s’occupe des enfants, car il s’agit d’un élément moteur important de l’écart salarial ».

Mari-Elia McAteer, de l’Unité pour l’égalité du Ministère finlandais des Affaires sociales et de la Santé, a présenté les efforts mis en œuvre par le gouvernement finlandais pour porter l’écart salarial à 15% d’ici 2015 grâce à son programme pour l’égalité de traitement. Et même si on observe une diminution de l’écart de rémunération, elle a toutefois expliqué que l’objectif des 15% ne serait probablement pas atteint avant 2022.

Elisabeth Tome-Gertheinrichs, du ministère français de l’Emploi, de la Solidarité et de la Fonction publique, a présenté une initiative qui prévoit que les sociétés privées ont jusqu’au mois de décembre 2010 pour mettre en place des mesures visant à éliminer l’écart de rémunération. En fait, la France a décidé de traiter la problématique de l’écart salarial dans le cadre plus vaste de l’égalité en matière d’emploi et de formation.

Ulrika Johansson, qui travaille à l’Ombudsman de l’Égalité en Suède, a présenté un exposé sur la surveillance effectuée par l’Ombudsman dans le cadre d’un programme qui prévoit que les sociétés doivent mener une étude sur les salaires tous les trois ans. Si un employeur refuse d’effectuer cette étude, l’Ombudsman peut demander l’application d’une amende. Mme Johansson a déclaré que cette menace s’était avérée efficace.

Lutter contre les stéréotypes de genre

Anu Sajavaara de la Confédération des industries finlandaises a souligné le problème de la « ségrégation horizontale ». En effet, selon ce principe, on constate que les femmes et les hommes sont cantonnés dans des secteurs qui sont traditionnellement associés à un genre particulier, comme les emplois d’ingénieur pour les hommes ou les emplois de secrétariat pour les femmes. Mme Sajavaara a expliqué que cette ségrégation pouvait constituer une des raisons sous-jacentes à l’écart salarial entre hommes et femmes. Elle a ajouté que les jeunes étaient peu informés au sujet de la vie active et qu’il conviendrait de leur donner des conseils en matière d’éducation et de vie professionnelle tout au long de leur cursus. « Nous devons établir des ponts entre les autorités en charge de l’éducation et le monde des affaires », a-t-elle déclaré. Elle a également suggéré de combattre les stéréotypes de genre en faisant appel à des modèles de rôle plus stimulants. Ce point de vue a été relayé par Liliane Volozinskis de l’UEAPME, l’association européenne des PME.

Au cours de la conférence, il est apparu que dans l’ensemble, les efforts des États membres n’ont pas permis d’accomplir de réelles avancées dans la réduction de l’écart salarial. Melle Sajavaara a épinglé cet échec lorsqu’elle a déclaré qu’il y avait eu « beaucoup d’investissements, mais peu de résultats » et que les efforts de la Finlande pour venir à bout de la ségrégation horizontale n’avaient pas abouti. Melle Volozinskis a ajouté : « Nous avons tout essayé, mais le blocage est de nature culturelle et davantage lié aux stéréotypes. Nous devons donc prendre le problème à la source et commencer dès le plus jeune âge, avec les jeunes, dans les familles, à l’école, à l’université ».

Arni Hole, responsable du département norvégien de la famille et de l’égalité, a également souligné le besoin de combattre les stéréotypes. Selon elle, il faut faire évoluer les mentalités pour passer “des hommes qui donnent un coup de main [à la maison]” aux “hommes qui partagent les tâches [à la maison]”. Elle a également indiqué que les services de garde d’enfants devraient être accessibles à toutes les personnes qui souhaitent y avoir recours et être du ressort public.

Melle Hole a aussi fait remarquer que de nombreuses gardiennes se trouvent dans une situation professionnelle précaire. « Nous devons lutter pour faire de ce travail une vraie profession qualifiée qui attirerait aussi les hommes », a-t-elle déclaré.

Une meilleure répartition du congé parental entre la mère et le père

La dernière session a été consacrée à la présentation de bonnes pratiques nationales visant à réduire l’écart salarial. Le Dr Ingolfur Gislason, professeur en sociologie à l’Université d’Islande, a présenté un exposé sur l’utilisation des congés parentaux par les pères en Islande.

La loi islandaise sur les congés de maternité/paternité et les congés parentaux a été revue en 2000. Le congé parental a été prolongé pour passer de six à neuf mois. Sur toute cette période, trois mois doivent être pris par la mère et trois par le père. Les parents peuvent décider librement de la répartition des trois mois restants. Cette décision a permis de « renforcer la relation entre le père et l’enfant et d’amener les hommes à mieux réaliser l’ampleur de la tâche qui consiste à s’occuper des enfants », a expliqué le Dr Gislason.

Besoin de plus d’infrastructures pour la petite enfance

Pour conclure la conférence, Joëlle Milquet, ministre belge de l’Emploi et de l’Égalité des chances, a défini une série de sujets qui seront débattus lors de la réunion des ministres européens de l’Emploi, de la Protection sociale, de la Protection des consommateurs, de la Santé et de l’Égalité des chances (EPSCO) qui aura lieu en décembre. Parmi les thèmes principaux, elle a notamment mentionné l’augmentation du taux d’emploi des femmes, la réduction de l’écart salarial et le renforcement de la qualification des femmes.

Elle a également souligné l’importance de la lutte contre les stéréotypes de genre et du problème de la “ségrégation horizontale”. En ce qui concerne les services de garde d’enfants, elle a déclaré que les objectifs de Barcelone étaient toujours d’actualité et devaient être renforcés si nous voulions aider les femmes à accéder à des emplois et à leur permettre de trouver un équilibre entre leur vie professionnelle et privée ».

For further information

Compte-rendu de la conférence produit par la Présidence belge de l’UE
 

 
Subscribe
Unsubscribe