Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

L’Espagne, la Belgique et la Hongrie signent la déclaration sur la pauvreté infantile

11/10/2010

Sur les 100 millions d’enfants et adolescents âgés de 0 à 17 ans que compte l’Europe, 20 millions sont confrontés au risque de pauvreté. Un chiffre qui a sans nul doute encore augmenté avec la récente crise économique. La lutte contre la pauvreté infantile est une priorité de l’UE. La Présidence belge de l''Union a donc organisé, les 2 et 3 septembre, une conférence intitulée « Agir : Feuille de route pour une recommandation pour combattre la pauvreté infantile »). L’événement a été organisé en coopération avec la Fondation Roi Baudouin, l’UNICEF et Eurochild.

Combattre la pauvreté infantile pour  briser un cercle vicieux

L’événement a réuni trois cents spécialistes de la pauvreté et du bien-être des enfants.  Ces experts ont participé à des débats visant à assurer des ressources suffisantes, la garantie d''un accès à des services de qualité et la participation active et l''inclusion des enfants et des jeunes.

Tous les participants ont pris part aux discussions et ont ainsi enrichi le débat. Une priorité fondamentale était de donner la parole aux enfants : des enfants sont ainsi venus de Chypre, de Bulgarie et du Portugal, porteurs de messages dont ils avaient discutés lors d’une réunion d’Eurochild, en juillet.

Du côté des experts, l’avis est unanime : pour briser le cercle vicieux de la pauvreté, il faut absolument donner la priorité à la lutte contre la pauvreté infantile,  et ce pour deux raisons : les enfants sont l’un des groupes les plus vulnérables au sein de la société et la réduction contre la pauvreté infantile implique de stopper la transmission transgénérationnelle de la pauvreté.

Vers une recommandation européenne sur la pauvreté infantile

Au terme de la conférence, le Trio de présidences – l’Espagne, la Belgique et la Hongrie – ont signé une déclaration appelant l’UE à accorder une priorité particulière à la pauvreté et au bien-être des enfants, notamment en cette période de crise économique.

Cette déclaration a été signée par Philippe Courard, secrétaire d’État belge à l’Intégration sociale et à Lutte contre la pauvreté, Juan Carlos Mato Gomez, du ministère espagnol de la Politique sociale et de la Santé et Zoltán Balog, secrétaire d’État hongrois à la Pauvreté des enfants.

La Présidence belge de l’UE a fait de la pauvreté et du bien-être des enfants une priorité absolue.  Cette déclaration représente une avancée importante en vue d''une recommandation européenne qui doit fixer des objectifs politiques et mettre en place des mécanismes de suivi pour évaluer les progrès au sein de l’UE-27.   Dans un message vidéo, László Andor, commissaire européen en charge de l''Emploi, des Affaires sociales et de l''Égalité des chances, s''est engagé à adopter une recommandation européenne sur la pauvreté des enfants en 2011.

For further information

 
Subscribe
Unsubscribe