Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Berlin épingle le phénomène de la pauvreté des enfants en Europe

01/12/2009

Le 31 août et le 1er septembre 2009, Berlin a accueilli le symposium « Child poverty – a European challenge » (« La pauvreté des enfants – un défi européen ») organisé par l’AGF, la fédération allemande des associations familiales. L’événement a réuni plus de 100 participants de 17 pays européens, parmi lesquels des représentants d’ONGs et d’associations familiales, ainsi que des représentants de gouvernements nationaux et des représentants européens.

La pauvreté, un risque pour 19 millions d’enfants européens

Au cours de la première journée, les présentations et les débats ont abordé un large éventail de thèmes aussi divers que les taux actuels de pauvreté des enfants et des adolescents dans l''UE, les outils et les méthodes de mesure de la pauvreté des enfants à l''échelon national et international, mais aussi la pauvreté des enfants et les droits des enfants vus par ces derniers.

« Dans l’UE, 19 millions d’enfants vivent actuellement dans la pauvreté et sont victimes de nombreuses formes d’exclusion, explique Edith Swab, présidente de l’AGF, qui a inauguré l’événement. Ce phénomène frappe surtout les familles monoparentales, les familles nombreuses et les familles à faibles revenus, ainsi que les enfants d''origine étrangère. » Mme Swab a également prévenu que le nombre d’enfants victimes de la pauvreté augmentera probablement, en conséquence de la crise économique et financière, qui frappe aujourd''hui de nombreux États membres.

Les participants ont souligné le long chemin qu’il reste à parcourir pour éradiquer la pauvreté des enfants dans l’UE. Les taux de pauvreté varient considérablement d''un État membre à l’autre, allant de taux faibles dans les pays scandinaves (13% au Danemark, 15% en Suède) à des taux alarmants dans d''autres pays (36% au Portugal et même 42% en Roumanie).

La stratégie de l’UE contre la pauvreté des enfants

La seconde journée a mis l''accent sur la stratégie de lutte contre la pauvreté de l''UE, ses instruments mais aussi de ses limites. Ces dernières années, l''UE s''est de plus en plus intéressée au problème de la pauvreté des enfants. Pour exemple, en est la décision de faire de 2010 l''Année européenne de lutte contre la pauvreté et l''exclusion sociale.

Antonia Carparelli, chef de l’unité « Inclusion sociale » de la Commission européenne, a proposé un aperçu détaillé de la stratégie de l’UE de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale des enfants. Mme Carparelli a rappelé l’engagement de l’UE dans le domaine de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale et a expliqué la Méthode Ouverte de coopération dans le domaine de la politique sociale – un mécanisme destiné à coordonner et à faire avancer la stratégie de lutte contre la pauvreté des enfants. Elle a également souligné que dans leurs rapports 2006-2008, les États membres se sont engagés à développer une approche stratégique, intégrée et à long terme pour prévenir et combattre la pauvreté et l''exclusion sociale chez les enfants. Elle a toutefois fait remarquer que « la réalisation d’objectifs communs reste un défi pour de nombreux pays ».

Pour avancer

Les débats ont ensuite porté sur une proposition officielle préparée par l’AGF, mett en avant des aspects clés de la lutte contre la pauvreté des enfants et formule des recommandations quant aux mesures à prendre par les gouvernements nationaux et par l''UE.

Les participants au symposium ont appelé à la mise en place d’une approche globale et centrée sur l’enfant pour lutter contre ce phénomène. Cette stratégie entend offrir aux enfants des possibilités d’enseignement quelles que soient leurs origines sociales et leur permettre, ainsi qu’à leurs parents, de faire entendre leur voix dans le processus décisionnel.

Parmi les recommandations concrètes formulées lors de ce symposium, retenons l’objectif paneuropéen de réduction de 50% de la pauvreté des enfants d’ici à 2020. Le document de position appelle également à une rationalisation des indicateurs de mesure et d''évaluation de la pauvreté des enfants afin de les cibler davantage sur les problèmes réels rencontrés par les enfants et leurs familles, en particulier les groupes les plus vulnérables.

L’agenda, le document de position et les présentations seront bientôt disponibles sur le site Internet de la
Fédération allemande des associations familiales. (AGF).

Subscribe
Unsubscribe