Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Le groupe d’experts sur les questions démographiques se penche sur le vieillissement actif et l''accueil des enfants au Danemark

16/10/2009

Au Danemark, une initiative innovante entend relever le double défi du vieillissement actif et de l''accueil des enfants. Le dispositif « Grands-parents de substitution » permet aux aînés de se porter volontaires pour garder des enfants malades pendant que leurs parents travaillent. Ce dispositif a été examiné le 16 octobre à Bruxelles lors d''un séminaire organisé par la Commission européenne pour les membres du Groupe d’Experts sur les Questions Démographiques.

Mis en place par la Commission européenne en juin 2007, ce Groupe d''experts réunit des représentants de tous les États membres de l’Union européenne, ainsi que quelques experts indépendants. Ce groupe est chargé de conseiller la Commission dans le suivi du changement démographique et sert de plateforme pour l''échange de bonnes pratiques dans toute une série de domaines, parmi lesquels l''accueil des enfants, la jeunesse, le bien-être des enfants et le vieillissement actif.

Politique familiale danoise : un large éventail de mesures pour les parents qui travaillent

Pendant la première partie de la réunion, Mai Heide Ottosen, du Centre National Danois pour la Recherche Sociale, et Anne Katrine Bertelsen, du ministère danois des affaires sociales, ont passé brièvement en revue les éléments clés du système d’accueil de la petite enfance au Danemark, qui est un dispositif très développé, ainsi que les politiques danoises de conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée. Citons le système d’accueil des enfants pour tous, la flexibilité du temps de travail, les régimes de congés parentaux de petite et de longue durée et de généreuses allocations familiales.

La réussite de ces politiques se traduit par un taux d’emploi élevés des pères comme des mères, un taux de fécondité relativement élevé et une réelle satisfaction par rapport à la vie familiale. « Le Danemark se classe en tête des pays de l’UE sur le plan de la participation des femmes à l’emploi », souligne Mme Ottosen. « En outre, près de 80% de tous les enfants de moins de six ans sont inscrits dans un service officiel de garde d''enfant. En 2009, les petits Danois de moins de trois ans ont passé en moyenne 6,6 heures par jour dans un service de garde », précise-t-elle.

Dispositif « Grands-parents de substitution » : quand les aînés donnent un coup de main

Malgré l’efficacité de ce dispositif, les parents danois rencontrent toujours des problèmes de garde, soulignent les conférencières. Ainsi, les heures d’ouverture des crèches ne sont pas encore assez adaptées à la journée de travail des parents, et les enfants de familles immigrées sont peu nombreux à fréquenter ces crèches. Se pose en outre le problème de la garde des enfants malades. Les parents ont certes le droit de prendre un jour de congé chaque fois que leur enfant est malade, mais ces maladies durent souvent plus d''une journée. Et les parents ont souvent le plus grand mal à trouver quelqu''un qui pourra garder leur enfant malade lorsqu’ils devront reprendre le travail.

Pour remédier à ce problème, le Ministère des Affaires Sociales a investi 650.000 euros en 2008 pour financer sept dispositifs de grands-parents de substitution gérés par des municipalités et des ONG qui recrutent des aînés pour aider les parents à reprendre le travail lorsque leur enfant est malade.

« Notre objectif est de tirer parti du nombre croissant de personnes âgées pour aider les familles, explique Helle Kristine Petersen, coordinatrice du dispositif de grands-parents de substitution dans la ville de Gladsaxe, près de Copenhague, mais l''idée est en même temps d''offrir aux aînés la chance de se rendre utile à la société. » Ces « grands-parents de substitution » sont sélectionnés sur base de critères stricts, parmi lesquels l''absence de casier judiciaire et une bonne condition physique. Au titre de ce dispositif, chaque « grand-parent » peut rendre ces services de garde à cinq familles au maximum.

« À Gladsaxe, la demande de grands-parents de substitution dépasse de loin d’offre, et notre défi est donc de recruter des aînés, souligne Mme Petersen. Les retraités mènent aujourd''hui une vie active et bien remplie, il nous faut donc aussi prendre en compte leurs jours de disponibilité et le type de familles qu''ils souhaitent aider », ajoute-elle.

Enfin, les participants ont discuté de l’efficacité et des avantages de ces dispositifs et ont examiné des pistes pour inciter les aînés à garder ou accueillir les enfants.

For further information

Présentations:

Child care, work-life balance and intergeneration solidarity in Danemarkpdf(378 kB) , Dr Mai Heide Ottosen, directrice de programme, Centre national danois pour la recherche sociale

The Substitute Grandparent Scheme in Denmarkpdf(307 kB) , Anne Katrine Bertelsen, Conseillère spéciale, ministère danois des affaires sociales

Reserve grandparent scheme in Gladsaxepdf(595 kB) , Helle Kristine Petersen, coordinatrice du système des grands-parents de substitution à Gladsaxe

 
Subscribe
Unsubscribe