Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Lituanie: vers le développement des services de garde d'enfants

Au cours des dernières décennies, la Lituanie a connu de profonds changements démographiques. C'est une société vieillissante qui se caractérise par un faible taux de fertilité (1,6 en 2012), un taux de migration élevé et une population en déclin. Le nombre d'enfants est passé d'un million en 1998 à 600 000 en 2012. Le niveau de pauvreté infantile demeure élevé : le taux total de risque de pauvreté et d'exclusion sociale est d'environ 33 %. Le nombre d'enfants qui vivent dans des familles à risques demeure élevé. Ces familles se caractérisent par divers types de dépendances et d'autres facteurs qui les empêchent de s'occuper convenablement de leurs enfants. Les enfants qui vivent dans ce type de famille sont la préoccupation essentielle du système de prise en charge des enfants. Deux mesures ont été prises: la création de centres d'accueil de jour pour enfants d'une part et de maisons de la jeunesse et d'espaces jeunes d'autre part, qui visent à desservir les groupes d'enfants les plus vulnérables et les jeunes confrontés à des risques particuliers.

Amélioration du bien-être des enfants et des jeunes à risque 

En 2012, le taux d'emploi des 15-64 ans a atteint 62,2 % et il a augmenté de 1,9 % au cours de l'année. En 2012, le taux d'emploi des hommes de 15–64 ans s’élevait à 62,5 % et celui des femmes à 61,9 %. Au cours de l'année, ces taux ont augmenté respectivement de 2,1 et 1,7 %. Les femmes sont très actives sur le marché du travail lituanien. En 2012, le taux d'emploi des femmes de 61,8 % était supérieur à la moyenne de l'UE (58,5 %). Les femmes qui ont des enfants de moins de six ans sont encore plus susceptibles de travailler : 72,5 % en 2012 contre une moyenne européenne de 59,1 %. Cependant, il existe un écart important entre les salaires des hommes et ceux des femmes. En 2012 l'écart de rémunération entre les femmes et les hommes était inférieur à celui de l'UE-27 puisqu'il s'élevait à 12,6 % contre une moyenne communautaire de 16,2 % (données 2011). Sur le marché du travail, les parents biologiques, les parents nourriciers ou les tuteurs qui élèvent des enfants jusqu'à l'âge de 8 ans, bénéficient d'aides par le biais d'outils actifs d'aide à l'emploi (subventions, rotation des postes, etc.). 

Le Programme de développement national de 2014-2020 s'engage quant au bien-être des enfants et des familles, en vue de renforcer et préserver la santé publique. Cet objectif vise spécifiquement la pauvreté infantile, l'exclusion sociale et l'égalité des chances, ainsi que la participation des familles élevant des enfants au marché du travail. Ce programme prévoit entre autres les principales mesures suivantes : l'investissement dans l'accessibilité des services de garde d'enfants, le développement des services sociaux et de santé pour les familles, le renforcement de la protection des droits des enfants ainsi que la mise en place de services d'assistance pour les enfants à risque (les enfants qui présentent des troubles comportementaux, émotionnels, mentaux, qui souffrent d'addictions ou qui ont d'autres besoins spéciaux, les enfants victimes de violence, les enfants susceptibles de commettre des actes criminels, les enfants de rues, les enfants dont les parents sont en prison, les enfants dont les familles sont en situation de risque social, les enfants de familles monoparentales, etc.).

Un autre programme important, le Programme pour le bien-être de l'enfant 2013-2018 a été voté en 2012. Ce programme permanent vise à créer les conditions préalables nécessaires pour permettre aux enfants de vivre avec leur famille biologique, en développant et en fournissant des services préventifs et intégrés pour les enfants et les familles, et au cas où les parents perdraient la garde de leurs enfants, en garantissant des conditions adéquates de tutelle ou d'adoption qui correspondent à l'intérêt supérieur de l'enfant, afin qu'il vive dans son cadre familial ou à proximité et soit bien préparé à vivre une vie indépendante.   

Une autre expérience positive est l'introduction de services intégrés pour les familles en situations de crise, financés par le ministère de la Sécurité sociale et du Travail par le biais d'octroi de subventions pour des projets. Ces services incluent l'assistance sociale, la fourniture de produits de première nécessité ainsi que des services d'information, de médiation, de consultation et de représentation. Les familles en crise reçoivent des repas, un hébergement temporaire sûr, une consultation psychologique, juridique et médicale ainsi qu'une aide pour trouver un emploi et des services de garde d'enfants temporaires. Ces activités réduisent le placement d'enfants en institutions. Elles permettent à la famille de surmonter la crise et de maintenir l'enfant au sein de sa famille. La majorité des bénéficiaires de ces services sont les familles qui élèvent des enfants jusqu'à l'âge de 3 ans.

Un autre outil qui permet de réduire le nombre de placements d'enfants en institution est la fourniture de services aux tuteurs et parents nourriciers. Un système spécial de formation et d'assistance a été mis en place et un programme spécial de formation  a été lancé en 2008. Au cours de la période 2008-2012, plus de 1 500 tuteurs et parents nourriciers ont participé à ce programme.

Investissement dans les centres d'accueil de jour pour enfants

Les centres d'accueil de jour constituent un bon moyen d'encourager la participation des enfants à des activités ludiques et culturelles. Ils sont établis dans les municipalités de Lituanie et sont souvent gérés par des ONG. Ils sont actuellement au nombre de 175 et sont fréquentés par environ 5 000 enfants de familles socialement vulnérables, ce qui représente environ un quart de la demande. Les enfants peuvent venir au centre après l'école, pour faire leurs devoirs, se livrer à des activités de loisirs avec leurs pairs,  prendre des repas chauds et profiter d'un environnement favorable à leur développement. Les fonds budgétaires de l'État sont destinés à financer le programme de protection des enfants 2013-2018, l'une des mesures visant à développer les activités des centres dans les municipalités, l'éducation informelle et les services sociaux pour les enfants et leur famille. Il est prévu d'investir 7,5 millions de Lt en 2013, pour la mise en Ĺ“uvre de ces mesures. 

Les enfants participent aux processus de prise de décision grâce à l’inclusion de leurs représentants aux conseils et groupes de travail. Depuis 2005, en Lituanie, le Conseil pour le bien-être des enfants regroupe des représentants des ministères appropriés, des ONG et du Parlement des élèves. Le Parlement des élèves est composé de représentants des différentes régions du pays qui coopèrent avec les institutions publiques, les groupes de travail, etc. En 2012, le Conseil pour le bien-être des enfants s'est réuni deux fois pour parler de la Loi sur la supervision minimum et moyenne des enfants en Lituanie. Les enfants ont également des représentants dans les conseils d'école qui regroupent enseignants, parents et élèves.

Conclusion 

Conformément à la recommandation en matière de réduction de la pauvreté infantile et d'exclusion sociale, trois orientations stratégiques ont été définies : 

- La prévention, c'est-à-dire la fourniture de services accessibles aux enfants et aux familles et visant à maintenir l'enfant dans sa famille biologique. Elle couvre également la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale, les services de garde d'enfant, des services complexes intégrés en cas de crise au sein de la famille, les pratiques parentales positives, etc. 

- L'intervention, lorsque la famille et l'enfant ont besoin d'aide. Elle couvre les familles en situation de risque social, les cas de maladies mentales, les dépendances, la violence et les abus, la traite des êtres humains etc.

- L'orientation d'intégration qui vise à faire participer l'enfant à la vie de la société, à s'assurer de son bien-être, d’une éducation sociale et émotionnelle positive au sein de la famille, tout en favorisant  la coopération interinstitutionnelle et internationale.

Les fonds de l'Espace Économique Européen seront utilisés pour encourager « le travail ouvert des jeunes »

Les fonds de l'Espace Économique Européen seront utilisés pour encourager les centres d'accueil de jour destinés aux enfants à ouvrir des espaces jeunes car les centres sont beaucoup plus nombreux et beaucoup mieux distribués géographiquement que les maisons de la jeunesse. La situation actuelle indique que les centres d'accueil sont principalement fréquentés par des enfants de 7 à 14 ans et que passé cet âge, le nombre de jeunes diminue. Une brève enquête portant sur les (109) centres d'accueil de jour destinés aux enfants a indiqué que 62 % d'entre eux envisageraient la possibilité d'accueillir des enfants et des jeunes plus âgés (de 14 à 29 ans) et de travailler avec eux selon les principes du travail ouvert des jeunes. Jusqu'ici les principaux obstacles à l'intégration des espaces jeunes dans les centres d'accueil de jour sont : le manque de personnel compétent pour travailler avec des jeunes plus âgés (35 %) et les ressources matérielles / le financement (81 %) (locaux plus vastes, adaptation des locaux aux besoins des jeunes plus âgés ; rénovation des équipements, achat de nouveaux outils/instruments ; organisation d'occupations et d'activités ; achat de services externes). Le Programme contribuera au développement des centres d'accueil de jour, des maisons de la jeunesse et d'espaces jeunes en Lituanie, ce qui aura des répercussions directes sur le bien-être des enfants et des jeunes à risque. Il contribuera également au développement des compétences du personnel de ces centres et à l'expansion des services fournis par les centres d'accueil et les maisons de la jeunesse. 

Les informations relatives au profil pays ont été mises à jour en février 2014.

 

Le site Web www.pagalbavaikams.lt de la ligne d'assistance pour les enfants contient des informations importantes concernant les enfants et joue un rôle inclusif. Le site Web www.pagalbavaikams.lt a remporté le concours international du meilleur contenu électronique du World Summit Award (WSA) au Caire (en Égypte) en 2012 – pour le meilleur projet dans la catégorie Intégration et Participation électroniques. C'est la première fois que la Lituanie participait à un tel concours. En 2012, la ligne d'assistance pour les enfants a préparé des recommandations pour communiquer avec les enfants souffrant de troubles émotionnels et les a distribuées dans 254 établissements éducatifs.