Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Finlande: services universels et prestations financières pour promouvoir le bien-être de tous les enfants et de leurs familles

La Finlande a l'un des taux de pauvreté infantile le plus faible de l'UE et le taux d'emploi des femmes figure parmi les plus élevés. Cela est dû en grande partie à l’aide importante quel l‘État consacre aux enfants et aux familles. Lapdf politique finlandaise en faveur de la famille privilégie la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale et garantit un niveau de revenu adéquat pour toutes les familles. Chaque enfant de moins de sept ans a obligatoirement droit à une place dans une crèche ou garderie publique et un généreux système de congé parental et de prestations familiales permet aux parents d'élever leurs enfants tout en conservant leur emploi. Les services en faveur des enfants et des familles se basent sur le principe de l'aide préventive.

Accès aux ressources adéquates

Soutenir la participation des parents dans le marché du travail

Concilier la vie professionnelle et la vie familiale constitue depuis longtemps une priorité de la politique familiale finlandaise. En 2014, le taux d'emploi global des femmes de 68 % était nettement supérieur à la moyenne de l'UE, à savoir 59,6 %. Le taux d'emploi à temps partiel des femmes est de 20,2 % par rapport à la moyenne de l'UE de 32,8 %, en 2014.

Le taux d’emploi des mères ayant des enfants âgés de moins de six ans est cependant plus faible, s’élevant à 60,2 % en 2014. Alors que le taux d’emploi général des hommes dans ce même pays était de 69,5 % en 2014 (soit la moyenne de l’UE), celui des pères de jeunes enfants est beaucoup plus élevé, atteignant 89,8 %.

Un régime de congé parental complet donne aux deux parents une chance de concilier l’exercice d’un emploi rémunéré et les responsabilités liées à l’éducation de leurs enfants. Le congé de maternité est de 105 jours ouvrables (environ 18 semaines), le congé parental est de 158 jours ouvrables (environ 26 semaines) et le congé de paternité est de 54 jours ouvrables (environ 9 semaines), ce qui couvre en gros la première année de la vie de l'enfant. Les prestations versées pendant les congés de maternité, de paternité et parental sont liés aux revenus et représentent 70-90 % du salaire de l'année précédente.

Tous les enfants de moins de sept ans ont automatiquement droit aux services municipaux de garde d'enfants. Les parents ont également droit à un congé de garde d'enfant rémunéré à la fin de leur congé parental s'ils décident de ne pas utiliser les structures d'accueil pour enfants. Cela leur permet de s'occuper d'un enfant de moins de trois ans sans avoir à abandonner leur travail. En 2015, cette allocation parentale d'éducation s'élevait à 342,53 EUR par enfant et par mois, et il était significativement inférieur pour les autres enfants élevés au sein du foyer. En fonction du niveau de revenus des parents et du montant du supplément familial, les parents recevront un maximum de 183,31 EUR.

De plus, les parents qui travaillent ont le droit de réduire leurs horaires de travail depuis la fin de la période de congé parental jusqu'à la fin de la deuxième année d'école de l'enfant. En septembre 2013, le gouvernement a proposé une « allocation de garde flexible » pour encourager les parents d'enfants de moins de trois ans à travailler à temps partiel. Les parents qui travaillent au maximum 3 jours par semaine ou 4,5 heures par jour recevront la somme de 244,18 EUR et ceux qui travaillent au maximum 4 jours par semaine ou 6 heures par jour recevront 162,78 EUR. Lors des deux premières années de scolarité de l’enfant, les parents ont la possibilité de bénéficier d’une allocation parentale d’éducation partielle d’un montant de 98,09 EUR par mois, s’ils travaillent jusqu’à 30 heures par semaine.

Fournir des conditions de vie adéquates à travers un ensemble de bénéfices

La Finlande enregistre le troisième taux le plus faible d’enfants âgés entre 0 et 17 ans et menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale de l'UE (15,6 % en 2014). Les prestations financières en faveur des enfants et des familles s'élevaient à 3,4 % du PIB finnois en 2013, ce qui représente une part importante des dépenses gouvernementales par rapport à la moyenne de l'UE de 2,4 %. La plus grande partie de ces prestations concernent les allocations familiales et les structures d'accueil pour les enfants.

Les familles ont droit aux allocations familiales universelles pour les enfants de moins de 17 ans. En 2015, le versement mensuel se situait entre 95,75 EUR pour un enfant unique à 174,27 EUR pour le cinquième enfant et les enfants suivants. Les parents isolés reçoivent un supplément de 48,55 EUR par enfant. En 2011, le niveau des allocations familiales a été rattaché à l'indice national des pensions mais en janvier 2013, cette indexation a été gelée pour 2013-2015.

Accès à des services de qualité et abordables

Réduire les inégalités parmi les plus jeunes en investissant dans l’éducation et les soins des enfants 

Tous les enfants de moins de sept ans ont automatiquement droit aux services municipaux de garde d'enfants. Le tarif mensuel par enfant variait de 0-283 EUR en 2015, selon la taille et le revenu de la famille. L'enseignement préscolaire pour les enfants de six ans est gratuit. Il concerne 96 % de ce groupe d'âge.

Malgré l'offre de prise en charge dans des structures d'accueil officielles pour les enfants, 22 % seulement des enfants de moins de 3 ans sont pris en charge à plein temps et 7 % à temps partiel, en 2013. En ce qui concerne les enfants de 3 ans et plus, 57 % sont pris en charge à plein temps et 20 % à temps partiel, en 2013. Le nombre total des enfants d'âge préscolaire qui sont pris en charge dans des structures d'accueil officielles pour les enfants (29 % pour les moins de trois ans et 77 % pour les enfants âgés de trois ans et plus) est donc inférieur aux Objectifs de Barcelone, mais supérieur à la moyenne de l’UE.

Améliorer l’impact du système éducatif sur l’égalité des chances 

Un des principes fondamentaux de l’éducation finnoise repose sur le fait que chaque individu, quels que soient son origine ethnique, son statut social et sa situation économique, a le droit d’accéder à une éducation et à une formation de qualité. En Finlande, toute personne a droit à une éducation de base gratuite, incluant le matériel et les manuels scolaires nécessaires, les transports scolaires ainsi que les repas. L’enseignement qui succède à l’école primaire obligatoire est également gratuit, sans aucun frais de scolarité pour l’école secondaire supérieure, l’école professionnelle, les écoles polytechniques et les universités.

Améliorer la capacité des systèmes de santé à répondre aux besoins des enfants les plus démunis 

Les services de soins de santé primaires sont fournis par les centres sanitaires municipaux. Au cours de sa première année, l'enfant devra passer 9 visites médicales dans un centre médical pour enfants. Il passera ensuite 6 visites médicales jusqu'à ce qu'il ait l'âge d'aller à l'école. Depuis 2011, trois de ces visites médicales doivent être des examens médicaux approfondis, organisés en coordination avec d'autres professionnels comme le personnel de la garderie qui joue un rôle dans la vie de l'enfant et de la famille. Cela, afin de surveiller et de promouvoir la santé de l'enfant mais aussi le bien-être de toute la famille.

Lorsque l'enfant entre à l'école, les visites médicales régulières se poursuivent dans le cadre du système de soins de santé de l'école. Les visites médicales dans les centres médicaux pour enfants, les visites médicales à l'école ainsi que les visites chez les médecins sont gratuites pour les enfants de moins de 18 ans.

Fournir aux enfants un cadre et des conditions de vie sûrs et appropriés 

Le plan d’action de 2012 à 2015 concernant la politique de logement vise à développer la construction de logements et à améliorer le cadre de vie de ceux qui ont besoin d’un soutien particulier. Afin d’empêcher les pressions inutiles des frais de logement sur les foyers ayant des revenus faibles, la politique de logement finnoise met à leur disposition des logements à des prix abordables. Les objectifs d’une telle démarche à but non lucratif s’inscrivent dans la loi. Les mesures de la politique de logement permettent une distribution égale des services d’aide sociale et économique à travers les différentes zones résidentielles.

Améliorer le soutien aux familles et la qualité des établissements de santé alternatifs 

Les enfants âgés de moins de 16 ans peuvent recevoir une allocation d’invalidité s’ils présentent une maladie ou une blessure nécessitant des soins et une rééducation pendant au moins 6 mois, représentant un certain fardeau, et requérant une attention plus grande que celle accordée aux enfants du même âge ne souffrant d’aucune invalidité.

Droit des enfants à participer

Soutenir la participation de tous les enfants dans les jeux, les loisirs, le sport et les activités culturelles

L’assistance sociale est une solution utilisée en dernier recours pour assurer la sécurité des revenus. Elle est généralement accordée tous les mois, et est basée sur les dépenses de base du client. L’assistance sociale de base, fondée sur la loi finnoise relative à l’assistance sociale, est ajustée tous les ans par l’indice national des pensions. En 2015, le montant total de base s’élevait à 485,50 EUR. Cette pension permet des dépenses telles que la nourriture, les vêtements, les soins de santé mineurs, l’hygiène, les transports, les journaux, l’abonnement TV et l’utilisation du téléphone. Elle permet également de couvrir les frais liés aux loisirs des adultes et des enfants.

Mettre en place des mesures permettant aux enfants de prendre part aux décisions qui les concernent

Depuis 2014, toutes les écoles primaires de Finlande disposent de conseils d’élèves officiels. Ces derniers visent à encourager la participation des enfants au sein des écoles dans les prises de décisions.

Conclusion

En Finlande, les défis à venir concernant la politique en faveur des enfants et le bien-être de l’enfant sont en lien avec la crise économique actuelle et le besoin d’instaurer des mesures d’austérité touchant à la fois les bénéfices et les services d’aide aux enfants et aux familles. D’autre part, le nouveau gouvernement élu en 2015 souhaite revoir tous les services mis à la disposition des enfants et des familles afin de créer un système plus intégré qui sera en mesure de répondre aux besoins des enfants et de leurs parents.

Dernière mise à jour du profil de pays : janvier 2016.

L’ONG Allianssi, en partenariat avec les écoles de Finlande, a organisé neuf élections pour la jeunesse, en parallèle aux élections officielles. Le vote des jeunes fait partie intégrante de l’éducation civique des enfants de moins de 18 ans.

L’ONG Save the Children active en Finlande propose un programme visant à promouvoir l’égalité des enfants, leur participation et leur développement positif, en leur donnant accès à l’école et aux activités extrascolaires, en particulier pour ceux qui sont issus de familles ayant de faibles revenus. Le programme fournit notamment du matériel scolaire pour les élèves de l’enseignement secondaire, des loisirs pour les jeunes âgés de moins de 18 ans, et des tuteurs pour motiver les élèves de l’enseignement secondaire supérieur et les étudiants.