Chemin de navigation

Autres outils

  • Version imprimable
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

Chypre: Un soutien généreux aux familles nombreuses

Les familles chypriotes bénéficient de conditions favorables pour garder un équilibre entre vie active et vie de famille. Le taux de pauvreté des enfants y est de 27.5% en 2012, et les familles nombreuses jouissent d’allocations généreuses qui réduisent de façon significative le risque de pauvreté. Cependant, à 1,39 enfant par femme en 2012, le taux de fertilité est inférieur à la moyenne européenne parmi les 27 états membres (1,57 enfants par femme en 2011).

Une aide plus substantielle pour les familles de trois enfants et plus

En 2011, les dépenses en aides financières aux familles et enfants représentaient 2 % du PIB, un taux plus bas que celui de la dépense moyenne dans le reste de l’UE mais supérieur à la plupart des autres pays. Les familles ayant un ou deux enfants de moins de 18 ans ont droit à des allocations familiales d’un montant de €421 une fois par an.

En 2011 les familles plus nombreuses, dans lesquelles grandissent 24% des enfants Chypriotes, reçoivent une allocation mensuelle de €70 (environ €842 par an) par enfant dans une famille comptant trois enfants, et €115 (environ €1390 par an) par enfant pour des familles comptant quatre enfants et plus.

L’équilibre entre vie professionnelle et vie de famille

Chaque parent a droit à un congé parental sans solde de 13 semaines maximum à condition d’avoir travaillé pendant au moins six mois. Cette période est souvent jugée trop courte : 72 % des Chypriotes souhaiteraient voir la durée des congés parentaux augmenter, une mesure qui, selon un sondage Eurobarometerpdf Choisir les traductions du lien précédent  n’est approuvée que par  47 % des citoyens de l’UE. Les mères ont droit à 18 semaines de congé maternité (commençant au plus tard deux semaines avant la date de naissance prévue). De retour au travail, pendant les neuf mois suivant la naissance, elles peuvent alors réduire leur journée de travail d’une heure par jour (par exemple en temps de pause) afin d’allaiter ou de prendre soin de leur enfant.

Les allocations de maternité représentent 75 % du revenu de la mère (jusqu’à €751 par semaine en 2011). Cette allocation est payée pendant 18 semaines, entre la 6ème et la 2nde semaine avant la naissance. Les parents reçoivent aussi une prime maternité (un versement unique de €521).

En ce qui concerne l’adhésion à une garderie, d’après des données Eurostat de 2011, 23 % des enfants de moins de trois ans et 73 % des enfants entre 3 et 6 ans fréquentent des structures d’accueil de jour. Ces deux statistiques sont en dessous de la moyenne européenne (30 % et 83 % respectivement) ainsi que des objectifs de Barcelone en matière de services d’accueil des enfants. Cependant la famille étant au cœur de la structure sociétale et de la culture chypriote, les grands-parents ont tendance à jouer un rôle dans la garde de leurs petits-enfants lorsqu’ils sont très jeunes et après l’école.

Un taux d’emploi élevé des mères, mais des services d’accueil insuffisants pour les enfants en bas âge

En 2012 le taux d’emploi des mères d’enfants de moins de 6 ans était supérieur à celui des femmes en général (68.4 % contre 59.4 %) les deux statistiques étant supérieures aux moyennes européennes (59.1 % contre 58,5 % respectivement). Le même schéma s’applique aux hommes, avec 70.4 % des hommes en général étant dans la vie active (contre 69.6 % en UE). La semaine des femmes a aussi tendance à être plus longue à Chypre que la moyenne européenne : 37,9 heures contre 33,9. En 2010, l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes était de 16.4 %, plus élevé que la moyenne européenne qui est de 16.2 %. Le travail à temps partiel est moins populaire que dans d’autres parties de l’Europe (13.7 % des femmes travaillent à temps partiel contre 32,5 % dans le reste de l’UE).

L’étude ‘Modèles d’équilibre entre carrière et vie de famille, et revendications en matière  d’égalité des chances basée sur le genre – Les réseaux sociaux pour un équilibre entre carrière et vie de famille’ menée dans le cadre du programme européen EQUAL a montré le besoin pressant pour une amélioration des structures officielles et des services de garde d’enfants. Interrogés sur la manière dont les enfants sont pris en charge pendant qu’ils travaillent, 38 % des parents interrogés ont indiqué qu’ils confiaient leurs enfants aux grands-parents ou un autre membre de la famille; 29 % ont expliqué qu’ils les laissent seuls à la maison et 26 % ont répondu que leur(s) enfant(s) étaient avec leur conjoint(e). Seulement 9 % des répondants ont dit avoir inscrit leurs enfants à une garderie près de leur domicile, et 6 % utilisent les services d’une nourrice professionnelle.

Les informations présentées dans le profil pays datent de février 2014.

Renforcer les structures d’accueil des enfants d’âge préscolaire

Afin de trouver une solution au manque de disponibilité des services d’accueil de la petite enfance, les Services Sociaux (SWS) ont lancé l’initiative ‘Expansion et amélioration des services de soins pour les enfants, les personnes âgées, souffrant d’un handicap, et tout autre personne à charge’, co-financée à 50% par le Fonds social européen. L’initiative met à disposition des centres de garde préscolaires subventionnés pour les enfants dont les mères ont des difficultés à entrer sur le marché du travail.

L’initiative soutient aussi des heures d’ouverture flexible dans les centres existants et est à l’origine d’une étude sur les services de soin ouverts à Chypre. Par conséquent, 31 programmes de support ont été financés pour les enfants, personnes âgées, personnes handicapées et autres personnes dépendantes. Ces programmes sont réalisés en association avec les autorités locales et des organisations non gouvernementales.

 Les services sociaux ont en parallèle démarré une étude sur le rôle des autorités locales dans la promotion de politiques de support dans la réconciliation de la vie active et familiale. Le but de cette initiative étant d’aider les femmes à entrer, revenir, ou rester sur le marché du travail.